Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 10:02

frida.jpg

N’ayant point d’appétence particulières aujourd’hui pour rédiger un nouveau billet avec quelques matières personnelles, je me contenterai de reprendre ici la citation de Frida Kahlo, tirée d’une lettre, qui charpente le cinglant commentaire du Chêne parlant, publié sur l’espace du Lorgnon en réponse à l’aigreur surréaliste d’un autre commentateur.

 

Je précise avoir lu à l’âge de 20 ans Les Chants de Maldoror, et que la complainte de Ducasse m’avait alors fait un effet tel qu’il me fallut relire le livre dans la foulée. 

Il me faut ajouter - ceci expliquant peut-être pour part cela - qu’alors j’écoutais en boucle le premier album de Noir désir, et en particulier le titre Les écorchés, où l’on pouvait entendre : 

 

« Allez enfouis-moi / Passe-moi par-dessus tous les bords / Mais reste encore / Un peu après / Que même la fin soit terminée / Moi j'ai pas allumé la mèche / C'est Lautréamont / Qui me presse / Dans les déserts / Là où il prêche / Ou devant rien / On donne la messe »


 

.

Je ne sais absolument pas quel serait aujourd’hui l’effet produit par une telle prose sur mes neurones.

Quoiqu’il en soi je n’ai jamais vraiment aimé Breton que j’ai toujours vu comme le gourou d’une sorte de secte. Aussi l’appréciation de Frida Kahlo me ravit-elle, elle qui ne s’est jamais considéré surréaliste, malgré bien des tentatives de récupérations. 

 


 

« Tu ne peux pas imaginer combien ces gens sont des fils de pute », écrivit-elle (1937) à Nicolas Muray en février, pleine de mépris pour les artistes parisiens. « Ils me font vomir. Ils sont si foutûment ‘intellectuels’ et dépravés que je ne peux vraiment pas les supporter plus longtemps. (…) Cela valait la peine de venir jusqu’ici rien que pour voir pourquoi l’Europe pourrit et que tous ces bons à rien sont la cause de tous les Hitlers et Mussolinis. Je donnerais ma tête à couper qu’aussi longtemps que je vivrai je haïrai cet endroit et ses habitants ».

 

Kahlo – Andrea Kettenmann – Taschen, P 51

Frida KHALO Muse e imaginaire la colonne Brise e 1944

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Citations d'outre-tombe
commenter cet article

commentaires

Axel 22/03/2013 19:03


Cher Pascal,


 


 


Merci pour le lien vidéo. 


 


Même si je n’accroche pas véritablement à ce type d’expression artistique, je n’ai rien de particulier contre les surréalistes en tant qu’artistes – la philosophie qui sous-tend le mouvement
m’apparaît par contre plus problématique. 


Mais il est vrai je n’aime pas le dogmatique Breton (j’aurai tendance à le classer dans la catégorie intellectuel pédant). J’ai dû lire Nadja à peu près à la même époque que les Chants de
Maldoror et ce récit de Breton ne m’a pas laissé le moindre souvenir. J’avais à l’époque aussi mis le nez dans le manifeste du surréalisme dont je n’ai rien retenu non plus, sans doute faute d'’
trouver un véritable intérêt. 


Pour ce qui est de Frida Kalho, je ne savais pas même son nom il y a de cela un an, et il m’aura fallut une plongée dans les terres du milieu pour rencontrer l’œuvre de cette peintre. Je ne dirai
d’ailleurs pas que je suis en arrêt devant ses toiles. Mais j’y trouve une singularité intéressante qui tient sans doute à sa personnalité attachante, sa relation à Rivera et aux épreuves
auxquelles elle fut confrontée. 


 


Enfin, l’outrance de la citation que j’ai reprise dans ce billet, je le vois comme un élan de sincérité, un relâchement qu’on se permet un proche dans une correspondance n’étant pas a priori
destiné à la publication. Il n’y a pas ici d’enrobage, d’entortillage destiné à dire les choses dans les formes ; la violence du propos se trouve à l’état brut. C’est le ressenti de Frida Kalho.
Voilà ce qui me plait.


 


Interview de Jean Clair (ça date un peu…
2003) –  j’ai un peu honte de reprendre un entretien publié sur un site appelé le « nouveau réactionnaire » (ne me sentant pas vraiment réactionnaire ; mais peut-être le suis-je par certains
aspects de manière peu consciente)


 


Très bon début de soirée


Axel

Pascal Klein 22/03/2013 09:45


Cher Axel,


Ce n'est pas la première fois que nous rencontrons des écrivains peu fréquentables dans la vie civile mais savoureux par leur écrit. Si nous devions dresser une liste des fils de pute
des arts et des lettres, nous en serions accablés au premier quart. Quoique fût André Breton, je lui dois un ravissement de lecture avec Nadja. Ce qui ne m'est pas arrivé en regardant
les toiles de Frida Kahlo bien qu'elle parût une fille bien.


N'en déplaise à André Breton, ceux qu'il a exclus n'ont pas manqué de s'épanouir hors du mouvement. N'en déplaise à Frida Kahlo, il n'y avait pas que des enfants de putain dans le surréalisme.


http://www.dailymotion.com/video/x3b6ys_soupault-le-surrealisme-partie-1_creation#.UUwZM1c6fAI


Bien à vous


P.K.


 

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact