Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 15:12

P1060564.jpg

Il y a 20 ans, jour pour jour, il faisait grand soleil, le printemps pointait son nez et la température était douce. Le souvenir en est profondément ancré. 

P1060541.jpgCe matin c’est une toute autre musique. La neige recouvre la nature d’un manteau épais et vent souffle en blizzard, balayant les étendues vides, accumulant la poudre blanche en tas énormes. 

 

Bien dressé nous tentons néanmoins de prendre la voiture et au pas prendre la direction de la métropole. Il est tôt et la campagne encore déserte – du moins le croyons nous. Mais bientôt nous rattrapons le cortège funèbre des autres véhicules en perdition. Certains pour avoir été trop véloces reposent dans le fossé, tandis que d’autres, trop timorés ou maladroits se sont enlisés, parfois au milieu de la route. Nous persévérons cependant. Peine perdue. Un accident est annoncé à mi-chemin, contraignant à rebrousser. 


A la gare du village nous croisons des regards congelés aux mains agrippées à leurs cellulaires comme à des bouée de sauvetage. L’attente perdure, dans l’espoir d’un train, chacun nourrissant, malgré l’impuissance, un sourd sentiment de culpabilité. « Et si un collègue parvenait à se rendre malgré tout au travail, que penserait-on de nous ? », semblent dire les regards mi-navrés mi- perplexes. Ainsi va le naufrage… Tout ces travailleurs, décrits bien souvent par leur hiérarchie comme fainéants ou pas assez motivés, ils sont là, battant semelle sous la neige au bord des rails, anxieux. Les managers, du moins la cohortes de ceux qui ne dépendent que d’eux-mêmes - je parle d’expérience - n’ont pas les mêmes scrupules et sont restés au chaud, sans même tenter, dans leur véhicule de fonction, la moindre sortie. L’ouvrier ou l’employé, lui, risque le quart de sa paye si par malheur il verse au talus. Mais ainsi vont les choses.

P1060563.jpg

L’esprit rebelle –ou le détachement, je ne sais - est ici d’utilité. Et d’un ennui il faut savoir tirer un bénéfice.


Aussi, lâchant tout ce monde aux abois, c’est le retour en nos pénates, suivi de la décision de profiter de cette journée que nous accorde les intempéries. 

P1060513.jpg

Et aussitôt dans la campagne, avec mon fils et ma fille, dans le petit sentier qui courre loinP1060508.jpg derrière chez nous, entre les champs séparé d’un petit maquis par un ruisseau, c’est une autre journée qui commence. Une aventure qui nous conduit aux confins de notre petit univers, transfiguré par la tourmente. Le vent, rasant les champs en bourrasque nous pique le visage et nous rions. Nous nous imaginons dans la série « Game of throne », au-delà du mur, cernés par les marcheurs blancs. 

Suivant la trace des animaux nous rencontrons une compagnie de perdrix, un couple de faisans, un amoncellent de vanneaux huppés, une mésange charbonnière, venue très proche nous observer, puis, au détour d’un sentier, un chevreuil en quête de nourriture. 

Pas le moindre hominidé sur le l’horizon. Que du bonheur ! 

L’appétit et la fatigue venants, nous voltons alors dans la neige, non sans un dernier détour vers une petite mare ou nous nous rendons épisodiquement au cours de nos promenades depuis des années. Tout est y figé. Solennel. De la vieille cabane ne reste que quelques planches branlantes.

Cette journée sera inoubliable.

 

Et aujourd’hui, jour pour jour, ma fille a 20 ans. 

P1060568.jpg

P1060570.jpg

P1060582.jpg

 


P1060521.jpg

 


.
.

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Société
commenter cet article

commentaires

Axel 13/03/2013 16:54


Cher Jean-Michel,


 


Sur le couplet manager, dans mon esprit il pas n’est pas question de généraliser.  Entre le manager  bien au chaud dans une filiale de multinationale et un responsable dans une PME il y
a souvent tout un écart abyssal.


Mais ce que j’ai écrit correspond a du vécu (et pas qu’une fois / version multinationale). Et qui s’est encore vérifié très largement hier. 


En aparté, il est amusant de voir d’ailleurs comment sont moqués les fonctionnaires dans ces multinationales, alors que les procédures ubuesques, les gâchis de toutes sortes et autres aberrations
y sont souvent plus manifestes. Il me faudrait en faire chronique… (j’ai déjà noté, en observateur consciencieux quelques phrases d’anthologie)


 


Très bonne fin d’après-midi.

Nuageneuf 13/03/2013 16:33


 


Très beau texte pour ce jour de grâce tout auréolé de paysages familiers : les deux sont en osmose, les mots semblent tomber des étoiles, ils serpentent sereinement au fil de l'eau claire, une
eau couleuvre près laquelle une nouvelle espèce d'ormes repousserait enfin. Enfin, l'heureuse vingtenaire : Qu'elle vive, qu'elle vive, qu'elle vive à jamais etc...!!! Une bien douce promenade
stellaire...


 


 


ps : on aurait pu éviter (peut-être ?) le couplet manageur! -;)


 



Axel 13/03/2013 08:40


Aujourd’hui les routes sont gelées, mais je suis (hélas ?) parvenu à me frayer passage entre les congères. La productivité n’attend pas ; seules les écoles demeurent fermées…

Alfonso 12/03/2013 20:42


Alors là c'est la grâce.

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact