Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 19:12

P1070851.jpg

 

Le bon côté des firmes d’au moins 50 salariés c’est parfois son comité d’entreprise. En particulier lorsque celui-ci organise chaque année, à l’automne, un concours photographique sur un thème convenu par avance. 

 

Au jour de l’annonce du classement et de la remise des prix, on se dit que cela fait toujours une heure de retranchée, d’agréable façon, à la sacro-sainte productivité. Moment en général mis à profit pour siroter une coupe ou deux de champagne, tout échangeant des propos ce qu’il y a de plus banals. Certes il faut savoir faire montre de dextérité pour éviter les fâcheux de service ; mais avec un peu d’habitude cela devient un exercice d’un coût modeste. 

 

Evidemment, l’instant venu, malgré le détachement affiché, chacun espère ne pas être trop mal classé. Par principe tout d’abord - ou par fierté souvent déplacée -, mais aussi sachant que les premiers lots ne sont pas tout à fait anodins. Ce pourquoi, à force d’échecs plus ou moins compréhensibles, on fini par ne plus proposer la photographie qui, au regard du thème du concours nous plait le mieux, mais celle susceptible de satisfaire le goût d’un jury amateur. D’où parfois déboires, ou tout à rebours récompenses.

 

Selon cette logique imparable, si le thème proposé est « animaux », inutile de s’esquinter donc à passer des heures à ramper dans les bois pour saisir le regard fuligineux d’un sanglier irascible sur fond de brume ou encore le sourire mélancolique d’une biche aux abois, mais plutôt tirer plein cadre le portrait d’un canasson dans la première pâture venue, à défaut, bien sûr, du fatal daim sur fond de grillage à Bagatelle. 

Si, avant une longue traversée du désert, tel équidé m’avait permis, il y a de cela une dizaine d’année, de remporter à ma stupeur la mise, avant que le daim encagé ne sanctifie l’œuvre d’une collègue d’alors, aujourd’hui, avec le salutaire renouvellement des délégués du personnel, l’évaluation des images s’est affinée et se montre plus soucieuse de cadrage, de composition, de couleurs, de respect du thème ou d’originalité. 

D’où de nouveaux dilemmes dans le choix de la photographie à présenter. Et surtout résister aux anciennes tentations, comme celle de proposer sur le thème de « Reflets et miroirs d’eau », le sempiternel coucher de soleil passe-partout.

 

Au final, la délibération en famille m’aura été propice.

Ajoutons que cette victoire est celle de l’oiseau ; ce héron cendré, pêcheur infatigable parmi ses congénères, juste placé dans le bon rayon de soleil au moment opportun, entre foulques et sarcelles - dans un marécage situé à quelques coups de pédalier de mes pénates.

 

Mais assez de discours.

 

P1000817.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ornithologie
commenter cet article

commentaires

Axel 24/10/2013 13:54


Bonjour Jean-Michel,


 


 


C’est une sacré affaire que ce vol de truites par une bande ailée organisée !


 


Un château, un loup gris, un homme seul sujet aux dérèglements cardiaques, un élevage piscicole ceinturé par une caméra de surveillance, les monte-en-bas tournoyant au-dessus de l’œil du cyclope…
Tous les ingrédients pour une nouvelle se trouvent ici réunis. 


 


Amicalement


Axel 

Nuageneuf 24/10/2013 12:26


Bonjour Axel,


 


Tout d'abord j'espère ne pas avoir été mal perçu dans un commentaire sur le LAM où je louai votre style tout en faisant un parallèle élogieux avec celui de F.Schiffter. Je conviens n'être pas
très clair et peut-être désobligeant à votre endroit, ce qui serait à l'inverse de mon propos. Si tel est le cas, veuillez me pardonner.


 


Un de mes très proches amis se mit en tête  il y a une trentaine d'année d'installer dans sa propriété un petit élevage de truites. Bien lui en prit; il se dota d'un équipement des mieux
adaptés pour l'époque et surtout acquit des truites de qualité exceptionnelle. Chaque week-end, il retrouvait avec bonheur ses truites et s'enorgueillissait de sa réussite. Les truites
grossissaient et s'embourgeoisaient...Un dimanche matin d'été, dès l'aube, il m'appella au téléphone, sa voix était blanche. -Jean-Michel, viens tout de suite.


Je l'imaginais souffrant (il vivait seul), ou victime d'un rpoblème cardiaque dont il était coutumier. En 20 minutes, j'étais rendu au château. Tel Anne, il m'attendait sur le perron.


Sans un mot, il m'accompagna jusqu'au bassin. - Regarde, me dit-il d'une voix forte et douloureuse. Je ne voyais rien. - Tu ne vois pas qu'on a volé dans la nuit toutes mes truites ! Toutes ! Il
n'en reste plus une ! Elles étaient toutes vendues et devaient être enlevées la semaine prochaine ! Pourtant, comme d'habitude, Max était en liberté toute la nuit. (Max, c'est un loup gris de 12
ans, apprivoisé, son rpoche compagnon)


Bref. Il n'en parla à personne mais dès les jours suivants, il remplit à nouveau le bassin avec de nouvelles jeunes truites...jusqu'à ce que la même mésaventure se produisit!


 


J'abrège.


Il n'y avait aucune trâce de pattes d'animal autour du bassin. DE mauvais anges venaient-ils nuitamment procéder au carnage ? On se perdait en conjectures. C'était tout simplement les hérons qui
venaient festoyer sans faire de bruit et liquider toutes les truites en moins d'une heure...Le ballet fascinant des piqués de hérons fut filmé, bien entendu, avec une caméra de surveillance.

Axel 19/10/2013 19:25


Cher marquis, la guerre qui se trame sous le couvert de vos sous-bois, près de l’étang, me fait rêver !  


Ici il n’est question le plus souvent que de mornes plaines, saturées de cultures, avec, en cette saison, des coups de fusils un peu partout… Mais les perdrix sont bien plus malignes que les
porteurs de cartouches ! 


 


Je me joins au chêne que vous savez pour ce cordial salut crépusculaire.

Axel 19/10/2013 19:18


Bien le bonsoir Cédric,


 


En fait j’ai tiré la citation d’un livre qui ne se trouve jamais très loin de mon fauteuil. Son titre, « Dictionnaire des sentences latines et grecques », compilé par Renzo Tosi.


Il y était dit : « Cette expression, qu’on trouve déjà parmi les sentences médiévales, est empruntée à un passage de Plaute (Menaechmi, 1089), qui utilise d’ailleurs souvent des comparaisons avec
le lait (…). Nos langues modernes ont conservées des expressions semblables, notamment des comparaisons avec l’eau : Se ressembler comme deux gouttes d’eau….


 


Vous avez donc mis dans le mille et remportez le prix de la recherche Internet !


Quant au prix de ce concours photo, il va me permettre d’accroître sensiblement ma bibliothèque sans dépense. 


 


Vous souhaitant une fort bonne soirée

delorée 19/10/2013 15:53


Cher Axel, un cousin de votre oiseau passe de temps à autre à l'Orée pour essayer de happer les poissons qui paressent dans mon étang.


Assiègé par les chevreuils dans mon potager, harcelé par des chèvres et survolé de hérons, ici la guerre est totale.


Votre cliché est une splendeur.


Mais je vous laisse, car il est l'heure d'épandre du Bois Raméal Fragmenté.


Amitiés depuis l'Orée.


 


L'hors-là.

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact