Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 08:59

P1010109

A l’abri du vent, le premier mai dernier, avec pour horizon les ramures de quelques fruitiers en fleurs, j’ai clos le livre premier des Essais de Montaigne

Aussitôt à la foulée, m’a pris envie de croquer De l’inconstance de nos actions, faisant ouverture au livre suivant. 

 

J’y ai relevé de belle phrases ; parmi elles : 

« Je donne à mon âme tantôt un visage, tantôt un autre, selon le côté où je la couche » 

 

Ou encore : 

« Notre façon ordinaire c’est d’aller après les inclinations de notre appétit, à gauche, à dextre, contremont, contrebas, selon que le vent des occasions nous emporte » 

 

Cette entame s’accorde bien mieux à mon tempérament que le dernier chapitre du premier livre, ou d’une manière oblique se trouve fait l’éloge d’une longue vie de travail, étant qu’on ne « devrait pas faire si grande part à la naissance, à l'oisiveté et à l'apprentissage »  – ce pourquoi me suis-je enveloppé dans l’inconstance, ne voulant pas rester sur piètre humeur. 

Et de me dire que parfois mieux vaut suivre le maître par l’exemple de vie qu’il mène plutôt que par le verbe ; même si les deux souvent s’entremêlent.  

 

Il m’aura fallu ainsi presque six années pour siroter à mon rythme le livre premier des Essais ; à ce compte il faudra douze cycles encore pour en atteindre la vieillesse – mais je ne suis point pressé :

« Les plus belles vies, sont à mon gré celles, qui se rangent au modèle commun et humain avec ordre : mais sans miracle, sans extravagance. Or la vieillesse a un peu besoin d'être traitée plus tendrement, Recommandons là à ce Dieu, protecteur de santé et de sagesse : mais gaie et sociale… »

 

Il faut dire ma méthode laborieuse, bien que je la trouve savoureuse : une lecture en langue d’origine avec consultation des notes (édition Pochothèque ; seuls les conjugaisons sont révisées – ce qui me rend la lecture plus limpide), une lecture ensuite en version modernisée (Quarto), et une relecture enfin en version première, si possible à haute voix pour goûter toute la saveur du périgourdin, merveilleux compagnon…

P1010156


Je restitue ici cette ouverture du second chapitre, ayant pour cela repris une édition en ligne sur laquelle j’ai modifié moi-même les conjugaisons (n’ayant pas sous la main ma propre édition pochothèque, il se trouve peut-être quelques coquilles dont je m’excuse par avance) . 
P1010209
Ceux qui s'exercent à contrôler les actions humaines, ne se trouvent en aucune partie si empêchés, qu'à les rapiécer et mettre à même lustre : car elles se contredisent communément de si étrange façon, qu'il semble impossible qu'elles soient parties de même boutique. Le jeune Marius se trouve tantôt fils de Mars, tantôt fils de Venus. Le Pape Boniface huitième, entra, dit-on, en sa charge comme un renard, s'y porta comme un lion, et mourut comme un chien. Et qui croirait que ce fut Néron, cette vraie image de cruauté, comme on lui présentant à signer, suivant le style, la sentence d'un criminel condamné, qui eut répondu : Plut à Dieu que je n'eusse jamais su écrire : tant le cœur lui serrait de condamner un homme à mort. Tout est si plein de tels exemples, voire chacun en peut tant fournir à soi-même, que je trouve étrange, de voir quelquefois des gens d'entendement, se mettre en peine d'assortir ces pièces : vu que l'irrésolution me semble le plus commun et apparent vice de nôtre nature ; témoin ce fameux verset de Publius le farceur,

Malum consilium est, quod mutari non potest.
[C'est un mauvais plan que celui qu'on ne peut pas changer]

P1010204Il y a quelque apparence de faire jugement d'un homme, par les plus communs traits de sa vie ; mais vu la naturelle instabilité de nos mœurs et opinions, il m'a semblé souvent que les bons auteurs mêmes ont tort de s'opiniâtrer à former de nous une constante et solide contexture. Ils choisissent un air universel, et suivant cette image, vont rangeant et interprétant toutes les actions d'un personnage, et s'ils ne les peuvent assez tordre, les renvoient à la dissimulation. Auguste leur est échappé : car il se trouve en cet homme une variété d'actions si apparente, soudaine, et continuelle, tout le cours de sa vie, qu'il s'est fait lâché entier et indécis, aux plus hardis juges. Je croie des hommes plus mal aisément la constance que toute autre chose, et rien plus aisément que l'inconstance. Qui en jugerait en détail et distinctement, pièce à pièce, rencontrerait plus souvent à dire vrai.

En toute l'ancienneté il est malaisé de choisir une douzaine d'hommes, qui aient dressé leur vie à un certain et assuré train, qui est le principal but de la sagesse : Car pour la comprendre tout en un mot, dit un ancien, et pour embrasser en une toutes les règles de notre vie, c'est vouloir, et ne vouloir pas toujours même chose : Je ne daignerais, dit-il, ajouter, pourvu que la volonté soit juste : car si elle n'est juste, il est impossible qu'elle soit toujours une. De vrai, j'ai autrefois appris, que le vice, n'est que dérèglement et faute de mesure ; et par conséquent, il est impossible d'y attacher la constance. C'est un mot de Démosthène, dit-on, que le commencement de toute vertu, c'est consultation et délibération, et la fin et perfection, constance. Si par discours nous entreprenions certaine voies, nous la prendrions la plus belle, mais nul n'y a pensé,

Quod petiit, spernit, repetit quod nuper omisit, Æstuat, et vitæ disconvenit ordine toto.
[Ce qu'il a recherché, il le dédaigne, il cherche à nouveau ce qu'il vient de laisser, il s'agite et contrevient à l'ordre entier de sa vie]

Notre façon ordinaire c'est d'aller après les inclinations de nôtre appétit, à gauche, à dextre, contremont, contrebas, selon que le vent des occasions nous emporte : Nous ne pensons ce que nous voulons, qu'à l'instant que nous le voulons : et changeons comme cet animal, qui prend la couleur du lieu, où on le couche. Ce que nous avons à cette heure proposé, nous le changeons tantôt, et tantôt encore retournons sur nos pas : ce n'est que branle et inconstance :

Ducimur ut nervis alienis mobile lignum.
[Nous sommes tirés comme une marionette de bois par les ficelles d'autrui]

Nous n'allons pas, on nous emporte : comme les choses qui flottent, ores doucement, ores avec violence, selon que l'eau est ireuse ou bonasse.

nonne videmus Quid sibi quisque velit nescire, et quærere semper,Commutare locum quasi onus deponere possit ?
[Ne voyons-nous pas que chacun ignore ce qu'il veut, qu'il est toujours en quête, qu'il change de place pour une autre comme s'il ne pouvait jeter bas sa charge ? ]

Chaque jour nouvelle fantaisie, et se meuvent nos humeurs avec les mouvements du temps.

Tales sunt hominum mentes, quali pater ipse Juppiter auctifero lustravit lumine terras.
[Les pensées des hommes sont pareilles à la lumière fécondante que le Père lui-même, Jupiter, a répandue sur terre]

Nous flottons entre divers avis : nous ne voulons rien librement, rien absolument, rien constamment.
A qui aurait prescrit et établi certaines lois et certaine police en sa tête, nous verrions tout par tout en sa vie reluire une equalité de mœurs, un ordre, et une relation infaillible des unes choses aux autres. (Empédocle remarquait cette difformité aux Agrigentins, qu'ils s'abandonnaient aux délices, comme s'ils avaient l'endemain à mourir : et bâtissaient, comme si jamais ils ne devaient mourir)

Le discours en serait bien aisé à faire. Comme il se voit du jeune Caton : qui en a touché une marche, a tout touché : c'est une harmonie de sons très accordants, qui ne se peut démentir. A nous au rebours, autant d'actions, autant faut-il de jugements particuliers : Le plus sûr, à mon opinion, serait de les rapporter aux circonstances voisines, sans entrer en plus longue recherche, et sans en conclure autre conséquence.

Pendant les débauches de nôtre pauvre état, on me rapporta, qu'une fille de bien près de là oùP1010244 j'etais, s'etait précipitée du haut d'une fenêtre, pour éviter la force d'un bélitre de soldat son hôte : elle ne s'était pas tuée à la chute, et pour redoubler son entreprise, s'était voulu donner d'un couteau par la gorge, mais on l'en avait empêchée : toutefois après s'y être bien fort blessée, elle même confessait que le soldat ne l'avait encore pressée que de requêtes, sollicitations, et présents, mais qu'elle avait eu peur, qu'en fin il en vint à la contrainte : et là-dessus les paroles, la contenance, et ce sang témoin de sa vertu, à la vraie façon d'une autre Lucrèce. Or j'ai su à la vérité, qu'avant et depuis elle avait été garce de non si difficile composition. Comme dit le compte, tout beau et honnête que vous êtes, quand vous aurez failli votre pointe, n'en concluez pas incontinent une chasteté inviolable en votre maitresse : ce n'est pas à dire que le muletier n'y trouve son heure.

Antigonus ayant pris en affection un de ses soldats, pour sa vertu et vaillance, commanda à ses médecins de le penser d'une maladie longue et intérieure, qui l'avait tourmenté long temps : et s'apercevant après sa guérison, qu'il allait beaucoup plus froidement aux affaires, lui demanda qui l'avait ainsi changé et encouardi : Vous-mêmes, Sire, lui répondit-il, m'ayant déchargé des maux, pour lesquels je ne tenais compte de ma vie. Le soldat de Lucullus ayant été dévalisé par les ennemis, fit sur eux pour se revancher une belle entreprise : quand il se fut remplumé de sa perte, Lucullus l'ayant pris en bonne opinion, l'employait à quelque exploit hasardeux, par toutes les plus belles remontrances, dequoy il se pouvait aviser :

Verbis quæ timido quoque possent addere mentem :
[Par des mots propres à donner du coeur même à un poltron :]

Employez y, répondit-il, quelque misérable soldat dévalisé :

quantumvis rusticus ibit, Ibit eo, quo vis, qui zonam perdidit, inquit.
[tout qu'il était : il ira, dit-il, il ira où tu veux, celui qui a perdu sa bourse]
et refuse résolument d'y aller.
P1010143
Quand nous lisons, que Mahomet ayant outrageusement rudoyé Chasan chef de ses Janissaires, de ce qu'il voyait sa troupe enfoncée par les Hongres, et lui se porter lâchement au combat, Chasan alla pour toute réponse se ruer furieusement seul en l'état qu'il était, les armes au poing, dans le premier corps des ennemis qui se présenta, où il fut soudain englouti : ce n'est à l'aventure pas tant justification, que ravisement : ni tant prouesse naturelle, qu'un nouveau dépit.

Celui que vous vîtes hier si aventureux, ne trouvez pas étrange de le voir aussi poltron le lendemain : ou la colère, ou la nécessité, ou la compagnie, ou le vin, ou le son d'une trompette, lui avait mis le cœur au ventre ; ce n'est pas un cœur ainsi formé par discours : ces circonstances le lui ont fermy : ce n'est pas merveille, si le voilà devenu autre par autres circonstances contraires.

Ceste variation et contradiction qui se voit en nous, si souple, a fait qu'aucuns nous songent deux ames, d'autres deux puissances, qui nous accompagnent et agitent chacune à sa mode, vers le bien l'une, l'autre vers le mal : une si brusque diversité ne se pouvant bien assortir à un sujet simple.

P1010127Non seulement le vent des accidents me remue selon son inclination : mais en outre, je me remue et trouble moi-même par l'instabilité de ma posture ; et qui y regarde primement, ne se trouve guère deux fois en même état. Je donne à mon âme tantôt un visage, tantôt un autre, selon le côté où je la couche. Si je parle diversement de moi, c'est que je me regarde diversement. Toutes les contrariété s'y trouvent, selon quelque tour, et en quelque façon : Honteux, insolent, chaste, luxurieux, bavard, taciturne, laborieux, délicat, ingénieux, hébété, chagrin, débonnaire, menteur, véritable, savant, ignorant, et libéral et avare et prodigue : tout cela je le vois en moi aucunement, selon que je me vire : et quiconque s'étudie bien attentivement, trouve en soi, voire et en son jugement même, ceste volubilité et discordance. Je n'ay rien à dire de moi, entièrement, simplement, et solidement, sans confusion et sans mélange, ni en un mot. Distinguo, est le plus universel membre de ma Logique.
Encore que je sois toujours d'avis de dire du bien le bien, et d'interpréter plutôt en bonne part les choses qui le peuvent être, si est-ce que l'étrangeté de nôtre condition, porte que nous soyons souvent par le vice même poussez à bien faire, si le bien faire ne se jugeait par la seule intention. Parquoy un fait courageux ne doit pas conclure un homme vaillant : celui qui le serait bien à point, il le serait toujours, et à toutes occasions : Si c'était une habitude de vertu, et non une saillie, elle rendrait un homme pareillement résolu à tous accidents : tel seul, qu'en compagnie : tel en camp clos, qu'en une bataille : car quoi qu'on dit, il n'y a pas autre vaillance sur le pavé et autre au camp. Aussi courageusement porterait il une maladie en son lit, qu'une blessure au camp : et ne craindrait non plus la mort en sa maison qu'en un assaut. Nous ne verrions pas un même homme, donner dans la brèche d'une brave assurance, et se tourmenter après, comme une femme, de la perte d'un procès ou d'un fils.

Quand étant lâche à l'infamie, il est ferme à la pauvreté : quand étant mol contre les rasoirs des barbiers, il se trouve roide contre les épées des adversaires : l'action est louable, non pas l'homme.

Plusieurs Grecs, dit Cicero, ne peuvent voir les ennemis, et se trouvent constants aux maladies. Les Cimbres et Celtiberiens tout au rebours. Nihil enim potest esse æquabile, quod non à certa ratione proficiscatur. [Rien en effet ne peut être constant, qui ne parte d'un principe ferme]

Il n'est point de vaillance plus extrême en son espèce, que celle d'Alexandre : mais elle n'est qu'en espèce, ni assez pleine par tout, et universelle. Toute incomparable qu'elle est, si a elle encore ses taches. Qui fait que nous le voyons se troubler si éperdument aux plus légers soupçons qu'il prend des machinations des siens contre sa vie : et se porter en ceste recherche, d'une si véhémente et indiscrète injustice, et d'une crainte qui subvertit sa raison naturelle : La superstition aussi de quoi il était si fort atteint, porte quelque image de pusillanimité. Et l'excès de la pénitence, qu'il fit, du meurtre de Clytus, est aussi témoignage de l'inégalité de son courage.

Notre fait ce ne sont que pièces rapportées, et voulons acquérir un honneur à fausses enseignes. La vertu ne veut être suivie que pour elle-même ; et si on emprunte par fois son masque pour autre occasion, elle nous l'arrache aussi tôt du visage. C'est une vive et forte teinture, quand l'âme en est une fois abreuvée, et qui ne s'en va qu'elle n'emporte la pièce. Voilà pourquoi pour juger d'un homme, il faut suivre longuement et curieusement sa trace : si la constance ne s'y maintien de son seul fondement, Cui vivendi via considerata atque provisa est, [Chez qui a examiné et prévu le chemin de sa vie] si la variété des occurrences lui fait changer de pas, (je dis de voie : car le pas s'en peut ou hâter, ou appesantir) laissez le courre : celui-là s'en va à vau le vent, comme dit la devise de notre Talebot.
P1010173
Ce n'est pas merveille, dit un ancien, que le hasard puisse tant sur nous, puis que nous vivons par hasard. A qui n'a dressé en gros sa vie à une certaine fin, il est impossible de disposer les actions particulières. Il est impossible de ranger les pièces, à qui n'a une forme du total en sa teste. A quoi faire la provision des couleurs, à qui ne sait ce qu'il a à peindre ? Aucun ne fait certain dessein de sa vie, et n'en délibérons qu'à parcelles. L'archer doit premièrement savoir où il vise, et puis y accommoder la main, l'arc, la corde, la flèche, et les mouvements. Nos conseils fourvoient, par ce qu'ils n'ont pas d'adresse et de but. Nul vent fait pour celui qui n'a point de port destiné. Je ne suis pas d'avis de ce jugement qu'on fit pour Sophocle, de l'avoir argumenté suffisant au maniement des choses domestiques, contre l'accusation de son fils, pour avoir vu l'une de ses tragédies.

Ni ne trouve la conjecture des Pariens envoyez pour reformer les Milesiens, suffisante à la conséquence qu'ils en tirèrent. Visitant l’ile, ils remarquèrent les terres mieux cultivées, et maisons champêtres mieux gouvernées : Et ayants enregistré le nom des maitres d'icelles, comme ils eurent fait l'assemblée des citoyens en la ville, ils nommèrent ces maitres la, pour nouveaux gouverneurs et magistrats : jugeant que soigneux de leurs affaires privées, ils le seraient des publiques.

Nous sommes tous de lopins, et d'une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque moment, faict son jeu. Et se trouve autant de différence de nous à nous-mêmes, que de nous à autrui.Magnam rem puta, unum hominem agere. Puis que l'ambition peut apprendre aux hommes, et la vaillance, et la tempérance, et la libéralité, voire et la justice : puis que l'avarice peut planter au courage d'un garçon de boutique, nourri à l'ombre et à l'oisiveté, l'assurance de se jeter si loin du foyer domestique, à la merci des vagues et de Neptune courroucé dans un frêle bateau, et qu'elle apprend encore la discrétion et la prudence : et que Venus même fournit de résolution et de hardiesse la jeunesse encore sous la discipline et la verge ; et gendarme le tendre cœur des pucelles au giron de leurs mères :

Hac duce custodes furtim transgressa jacentes Ad juvenem tenebris sola puella venit.
[Sous sa conduite, la jeune fille passe furtivement parmi ses gardiens endormis, et seule dans les ténèbres s'en va trouver un jeune homme.]

Ce n'est pas tour de rassis entendement, de nous juger simplement par nos actions de dehors : il faut sonder jusqu’au dedans, et voir par quels ressors se donne le branle. Mais d'autant que c'est une hasardeuse et haute entreprise, je voudrais que moins de gens s'en mêlassent.
P1010100
P1010150
P1010222
P1010155
P1010117
P1010226
P1010242
P1010205
P1010244
P1010221

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact