Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 11:38

De funes 

 

Ce n’est pas tous les jours qu’une étude scientifique vienne explicitement à la rescousse d’une thèse, disons d’orientation philosophique - ou d’une intuition relevant d’un parti pris idéologique. Ce me semble pourtant être le cas avec une publication récente d’une équipe de chercheurs américano-canadiens sortie dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).



C’est à l’écoute de l’édifiante l’émission Du grain à moudre du 05 mars (Si les riches n'existaient plus, faudrait-il les réinventer ?) que je dois cette - pas si singulière que cela - information. Edifiante cette émission, disais-je, non pas par le choix du sujet, tout à fait digne d’intérêt, mais, outre la révélation des résultats de cette étude, par le côté surréaliste des propos tenus par certain un avocat fiscaliste dont je m’en voudrai de faire publicité en le nommant ici.
Passant, je remercie Hervé Gardette d’avoir mis en réponse à ma question le lien vers l’article du Monde signé par Stéphane Foucart relayant cette étude  - et qui m’a permis de remonter aux sources.


PNAS
Pour entrer dans le vif de sujet et pour faire court, cette étude menée par Paul Piff, du département de Psychologie de université de Berkeley, donne raison à Orwell et à sa ‘common decency (ou morale commune). 
Le titre de cette publication, « Higher social class predicts increased unethical behavior », est sans ambiguïté. Je ne reviendrais pas ici sur la manière dont fut conduite l’étude. Ceux qui souhaitent entrer dans le détail et qui ne sont pas rebutés par la langue de Shakespeare peuvent consulter le texte de ces chercheurs in extenso ici (à défaut l’article du Monde donne un bon résumé de la méthodologie employée par les chercheurs) :
http://redaccion.nexos.com.mx/wp-content/uploads/2012/02/1118373109.full_.pdf
Bien sûr, face à un tel constat, il convient de nuancer le propos : il se trouve naturellement des exceptions à cette fracassante vérité. Aussi, devançant l’objection Paul Piff de préciser dans un courriel adressé à un éditorialiste d’un quotidien californien : « There are important exceptions to our findings — for instance, the notable philanthropy of super rich individuals like Bill Gates and Warren Buffett — but in general, what we find in the lab resonates with patterns observed in timely political events, from scandalous acts of insider trading to the unethical acts committed by financiers in the times leading up to the recent financial meltdown”.



Mais que recouvre cette  ‘common decency’, telle que définie par Orwell ?  Pour en avoir meilleure idée laissons la parole à Jean-Claude Michéa. Voici ce qu’il rapporte dans un extrait de son livre La double pensée. Retour sur la question libérale :



« Le terme est habituellement traduit par celui d’ « honnêteté élémentaire », mais le terme de «le-riche-et-le-pauvre décence commune » me convient très bien. Quand on parle de revenus "indécents" ou, à l’inverse, de conditions de vie "décentes", chacun comprend bien, en général (sauf, peut-être, un dirigeant du Medef) qu’on ne se situe pas dans le cadre d’un discours puritain ou moralisateur. Or c’est bien en ce sens qu’Orwell parlait de « société décente ». Il entendait désigner ainsi une société dans laquelle chacun aurait la possibilité de vivre honnêtement d’une activité qui ait réellement un sens humain. Il est vrai que ce critère apparemment minimaliste implique déjà une réduction conséquente des inégalités matérielles. En reprenant les termes de Rousseau, on pourrait dire ainsi que dans une société décente « nul citoyen n’est assez opulent pour pouvoir en acheter un autre, et nul n’est assez pauvre pour être contraint de se vendre ». Une définition plus précise des écarts moralement acceptables supposerait, à coup sûr, une discussion assez poussée. Mais, d’un point de vue philosophique, il n’y a là aucune difficulté de principe.
J’ai récemment appris qu’il existait à Paris un palace réservé aux chiens et aux chats des riches. Ces charmantes petites bêtes — que vous aimez sans doute autant que moi — s’y voient servir dans des conditions parfaitement surréalistes (et probablement humiliantes pour les employés qui sont à leur disposition) une nourriture d’un luxe incroyable. Le coût de ces prestations est, comme on s’en doute, astronomique. Eh bien, je suis persuadé que dans un monde où des milliers d’êtres humains meurent chaque jour de faim — et où certains, dans nos sociétés occidentales, ne disposent pas d’un toit pour dormir, alors même qu’ils exercent un travail à temps complet —, la plupart des gens ordinaires s’accorderont à trouver une telle institution parfaitement indécente. Et il en irait probablement de même si j’avais pris comme exemple le salaire des vedettes du football professionnel ou des stars politiquement correctes du show-biz. Or pour fonder de tels jugements, il est certain que nous n’avons pas besoin de théorisations métaphysiques très compliquées. Une théorie minimale de la common decency suffirait amplement. Dans son Essai sur le don, Mauss en a d’ailleurs dégagé les conditions anthropologiques universelles : le principe de toute moralité (comme de toute coutume ou de tout sens de l’honneur) c’est toujours — observe-t-il — de se montrer capable, quand les circonstances l’exigent, de « donner, de recevoir et de rendre » ».



Pour en revenir à cette étude. Comment expliquer de tels résultats ?
S’y hasarder est sans doute délicat. Mais jouons un peu. L’une des hypothèses pour expliquer cette indélicatesse des riches (ceux dotés d’un capital social compris), pourrait résider dans le fait que ceux qui se trouvent en position dominante, le sont précisément parce qu’ils avaient ces caractéristiques - ou ces qualités - (capacité à mentir, tricher, etc.). Bref, il ne s’agirait qu’un constat rétrospectif : ceux qui sont parvenus là ou ils en sont (exception faite des héritiers / rentiers de naissance) le sont parce qu’ils considèrent que ne nous ne sommes pas chez les bizounours, et que dans ce monde de compétition à outrance la fin justifierait les moyens. Mieux, ces individus seraient des ‘engagés’, des ‘motivés’ et croiraient au système. Guillaume Paoli ne dit pas autre chose dans, je le redis, son excellent Eloge de la démotivation, qui me sert de bréviaire :



« Il est futile de dénigrer encore la cuistrerie politicienne, mais il n’en va pas autrementRiche libéral ailleurs, dans les médias par exemple : un journaliste soucieux d’enquêtes minutieuses, de longs reportages, d’indépendance d’idées et de style n’a aucune place dans le paysage médiatique actuel. Refusant d’avilir à ce qu’il croit, il s’abstiendra d’y entrer, laissant aux jocrisses de troisième ordre le soin de nous désinformer. (…) On pourrait sans peine multiplier les exemples où l’exercice d’une profession est contrariée par une vocation véritable. Il est de grands disparus tel Alexandre Grothendieck, le Rimbaud des mathématiques, qui avait radicalement rompu avec le milieu scientifique parce qu’il ne supportait pas la collusion de celui-ci avec l’Etat et l’industrie, et médite depuis trente ans à l’écart du siècle. Mais il en est une foule d’autres, anonymes et inaperçus ; Tel brillant chercheur en génétique, dont l’éthique personnelle s’accommodait mal avec les pratiques mercantiles de sa branche, écrit maintenant des romans. Tel rejeton des grandes écoles devant lequel toutes les portes étaient ouvertes a effectué un retrait tactique dans le « revenu minimum d’activité ». Tel élément d’élite d’un grand institut boursier s’est mis sur la touche, se contentant de publier ses analyse et commentaires pour les autres. Comme je l’interroge sur ses motifs, il me répond : « La bourse étant un domaine semi-criminel », c’était une mesure de sauvegarde personnelle de m’en tenir à distance »



D’où sa thèse :

« Ma thèse est qu’il existe un auto-écrémage spontané des intelligences laissant au petit-lait le soin d’accéder au sommet des organisations. Comme l’avait entrevu Yeats dès 1921 : « Les meilleurs manquent à toutes conviction tandis que les pires sont pleins d’intensité passionnée ». (…) Certes, ces objecteurs de conscience n’en sont pas devenus pour autant des drop out mendiant leur vie sur les routes. Ils se sont simplement trouvés une niche socioprofessionnelle, qui peut d’ailleurs être confortable, leur évitant de trop exposer leur talent ».



Dès lors il n’est pas étonnant à ne presque plus trouver que de voraces requins et de médiocres intrigants à certaines altitudes.



Une autre hypothèse (qui peut d’ailleurs être cumulative à la précédente) pourrait aussi résider dans l’ivresse éprouvée à respirer l’air des sommets ; se sentir au-dessus de la mêlée et de la plèbe, avec, pour corolaire, un sentiment d’impunité et de puissance difficile à réfréner. 
En guise d’illustration voici un exemple tiré d’un article récent de Mediapart. Gérard Dalongeville y explique aux journalistes « (sa) vérité ». (…) Il explique le fonctionnement de ce « système » et répète que, sans cet épisode judiciaire, il en serait encore l'un des maillons : « On se sent dans une impunité totale. S'il n'y avait pas eu cet enchaînement policier et judiciaire en 2009, on se verrait aujourd'hui dans mon bureau en mairie et je vous dirais que tout va bien dans le bassin minier. » ».
Les auteurs de cette étude vont dans la même direction lorsqu’ils disent : « A second line of reasoning, however, suggests the opposite prediction: namely, that the upper class may be more disposed to the unethical. Greater resources, freedom, and independence from others among the upper class give rise to self-focused social cognitive tendencies (3–7), which we predict will facilitate unethical behavior ».

La-fable-des-abeilles-270x300

Pour finir, on ne peut manquer de songer pareillement à la fable des abeilles. Si les vices privés, selon Mandeville, contribuent tant au bien public – ils en sont même condition sine qua non -, alors se comporter vicieusement, loin d’être répréhensible, serait en réalité une vertu hautement recommandable ; un acte citoyen par excellence !
On voit ou cela peut mener…



Quoi qu’il en soit, nul doute que cette étude n’a pas fini de faire parler d’elle.
Et à parier que quelques magnats dotés en capital ont déjà soudoyés leurs meilleurs mercenaires pour contredire ce travail, tâchant a minima d’obtenir acquittement par vice de procédure. Il y a de bons avocats fiscalistes pour cela.
Une affaire à suivre….

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Société
commenter cet article

commentaires

Axel 07/03/2012 18:19


Pour ceux qui écouteraient cette émission Du grain à moudre du 05 mars, un mot tout de même sur cet édifiant avocat fiscaliste, histoire de savoir un peu mieux à qui l’on a à faire.


 


Pour cela deux liens (le premier est repris d’un commentaire à la suite de l’émission ; le second en découle) :


 


http://sebmusset.blogspot.com/2012/02/supplement-au-roman-fiscal.html


http://www.liberation.fr/politiques/0101262069-enquete-sur-la-droite-2-chez-les-millon-l-esprit-de-belle-famille-c-est-le-clan-de-madame-qui-a-les-idees-et-monsieur-qui-les-expose


 


Je trouve dommage, que contrairement à ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons, on ne connaisse pas mieux le pedigree des spécialistes, experts, etc. qui interviennent dans le débat public.

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact