Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 18:53

Quantom-13-quanto9.jpg

 

C’était la fin des années 80, l’époque où Les enfants du rock avaient substitué leur vieux générique,  New Order avec l’instrumental de Confusion, par The cure (Just like heaven)… J’aurai dû alors y songer : le remède au paradis, au lieu de cette vague de confusion synthétique aux contours ambigus ; cela ne pouvait que mal finir ! 

Ian Curtis était mort et, les doigts trop gourds pour faire de la guitare, je commençais tout juste à triturer un ordinateur doté de quelques kilos octets de mémoire vive – un Commodore, griffé Vic 20 en l’occurrence. Cela me permit de tirer quelques sons aux accents métalliques que j’assaisonnais de percutions bricolées avec des ustensiles de cuisine et de bruits divers, dont les pleurs de mon petit frère, que je sollicitais par de méchantes traîtrises  – la pénurie de moyen rend imaginatif. 

 

Miscellaneous.jpgPlus tard, tandis que les grandes années New wave s’exténuaient en mille mouvances plus ou moins obscures ; du sautillant au dépressif absolu, mon matériel s’étoffa : un clavier style supermarché et une véritable boite à rythme qui fit un temps ma fierté. Mais l’acmé de mes escapades musicales survint avec l’acquisition d’un sampleur, alors véritable boite à outil des musiques électroniques. Objet désirable entre tous ! Avec cette nouvelle machine je me mis à n’en plus finir à  boucler les sons les plus divers, du bruit d’un feu de cheminée aux extraits de films, passant par le singe en peluche poussant son cri, les triturant et les passants ensuite dans le lavoir d’effets de toutes sortes (reverb, delay crossover, etc.).

Avec le recul, je me rends compte que ce que j’aimais en particulier dans l’utilisation de ce style d’outils musicaux, étant de tempérament sauvage, c’était de pouvoir tout orchestrer seul ; me suffisant à moi-même. Ce qui n’empêcha pas mon frère, une fois grandi de rejoindre le projet et y associer une note de gothique au travers sa guitare. 

 

D’ordinaire on nous classait dans la case « coldwave » ou « darkwave ». Et si je n’ai jamais aimé les étiquettes, il demeure difficile de tout à fait les ignorer. 


Le morceau instrumental Elle est belle votre religion…date de la dernière époque de Quantom 1+3 et me fus inspiré par film que je trouvais alors fulgurant, Angel Heart (je ne l’ai pas revu depuis lors). D’ou l’idée de ce petit montage…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Axel 07/04/2014 09:16


Chère Christine,


 


Dans les liens musicaux que j’avais mis il n’y avait pas que de la musique sombre. Faun serait plutôt dans une mouvance médiéval-folk. Quant à Corvus Corax, ils ont contribués à pas mal
d’adaptations musicales pour des jeux vidéo dans la lignée de Donjons & dragons.


J’ai découvert Cocteau Twins à leur tout début, et j’écoute toujours leurs trois premiers albums avec plaisir. Ensuite j’avoue avoir moins adhéré… 


Ah Siouxie ! Que de souvenirs…


 


Pour le rondeau, je ne savais pas, jusqu’à hier, ce que ce mot regroupait comme style exactement


Le texte de celui-ci est comme un ciel sous le vent ; entre nuage précipités dans les nues et la saveur des groseilles, du soleil et de la pluie… 


Les mots sont toujours courts pour expliquer le ressenti provoqué par d’autres mots. Dire que c’est beau est mièvre ; tenter d’expliquer l’effet d’un texte c’est se perdre ; ne rien dire pourrait
passer pour de l’indifférence ; trop en dire pour de la flagornerie. Alors quoi ?


 


Fort agréable début de semaine


Axel

CL 05/04/2014 09:44


Cher Axel


J'ai vraiment une piètre culture musicale noire. Excepté Dead can dance, cocteau twins et les siouxie and the banshees (et les cure) et l'album Blue sunshine de The Glove, je ne connais pas le
reste. Mais je n'ai peut-être pas envie d'en connaitre plus... "Le désespoir, j'en ai ma dose". 


Mais j'aime aussi plein d'autres styles de musique...


En parlant de nostalgie, j'ai vous envoie un vieux poème (un rondeau plus exactement) : Tu te souviens ?


Dis, tu te souviens des doux paysages,
Qui berçaient jadis nos pensées sauvages?
On courait, on riait sous le soleil;
On partageait tout, même le sommeil...
Nous étions si fous, nous étions si sages...

Ensemble on rêvait sous de blancs nuages,
On emprisonnait le vent dans des cages,
Et on admirait le couchant vermeil...
Dis, tu te souviens?

On n'avait pas peur des violents orages;
Les nuits n'étaient pas des mauvais présages!
Nous étions si bien, les sens en éveil,
C'était différent, ça n'est plus pareil...
Le temps malgré nous a fait des ravages...
Dis, tu te souviens?


Je trouve que le hasard est étrange.


à bientôt


C.


 


 


 

Axel 04/04/2014 15:11


Chère Christine,


 


 


Merci de votre passage sur ces pages.


Il est vrai que le visuel est tiré d’un film m’ayant à l’époque beaucoup marqué (Angel Heart), mais qui n’est pas des plus réjouissant.  


 


Des voyageurs sur la toile inconnus ont repris un fort vieux morceau dont j’avais presque oublié l’existence. Cela sonne aujourd’hui fort mal, avec des imperfections multiples… Mais la nostalgie.


 


Quantom 1+3 – Narcisse 


 


 


Par ailleurs j’apprécie aussi beaucoup des formations telles Cocteau twins, Dead can dance, In the nursery, Trobar de Morte, Faun, Corvus Corax, et bien d’autres encore…


 


Au plaisir d’un prochain échange.


Bien amicalement


 


Axel

CL 04/04/2014 09:47


Cher Axel que je rencontre,


 


Votre univers éclectique est charmant. J'ai tenté de visionner ce clip-montage, mais j'y ai renoncé en cours de route. Cette atmosphère m'opresse. Je préfère, au noir, la douceur et la mélodie
d'un cocteau twins, un de mes groupes préférés, écoutés aux heures sombres...


Au plaisir d'échanger avec vous, ici ou là.


 


Christine

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact