Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 19:26

Craterope-ecaille.JPG

 

Dans la continuité du billet précédent, Continent science accueillait le 26 novembre dernier Viviane Despret pour la sortie de son livre « Que diraient les animaux si… on leur posait les bonnes questions ? ».

 

Voici un mince passage de cet entretien ou il est évidemment question d’oiseaux, et plus précisément d’un oiseau du désert, le cratérope écaillé. De l’observation de ce passereau sur plusieurs décennies, l’ornithologue Amotz Zahavi a déduit  sa théorie, dite théorie du handicap.

 


« Zahavi, en observant pendant des décennies les cratéropes écaillés, qui sont des passereaux qui vivent dans le désert du Néguev – on en trouve également au Maroc et en Algérie – (…) décela chez eux des comportements bizarres ; et ces comportements étaient que ces cratéropes prenaient des risques qui contredisaient semble-t-il la théorie de la sélection naturelle : prendre son temps, intervenir dans des bagarres entre les cratéropes de sa propre troupe et ceux d’un territoire étranger, parfois même attaquer un prédateur de manière extrêmement risquée. Et surtout les cratéropes dansent ; et ils dansent au plus mauvais moment et au plus mauvais endroit : juste après le lever du soleil, on est encore dans une semi-pénombre, et ils le font non pas en dessous des acacias où ils ont passés la nuit, ce qui serait parfait puisque là au moins ils échappent à la vision des prédateurs qui passeraient au-dessus ; non, ils le font à découvert. (…) Toutes ces histoires de cadeaux, de prise de risque et de danse, Zahavi va les lier et il va dire : est-ce que ces cratéropes n’ont pas inventés en quelque sorte une manière de gagner du prestige ? C’est une hypothèse qui a été avancée aussi à propos des corbeaux – et on commence à l’envisager pour d’autres oiseaux. Cela signifie quoi ? Et bien, et c’est une hypothèse très intéressante, ca veux dire que ces cratéropes, lorsqu’ils font un cadeau alors qu’ils auraient dû se nourrir, lorsqu’ils vont secourir un congénère en difficulté, ils disent : j’ai les moyens, je suis assez fort pour attaquer ; quand ils vont nourrir la nichée d’un autre cratéropes ils disent j’ai du temps, j’ai les moyens de trouver à manger. Et la danse c’est : je prend le risque de m’exhiber entrain de danser à moment et dans un lieu où c’est dangereux parce que ca va augmenter ma fiabilité aux yeux des autres. Et pour Zahavi, cette histoire de prestige c’est quelque chose qui va pondérer les hiérarchies ; c’est-à-dire qu’il y a une hiérarchie chez les cratéropes liée à l’ordre des naissances et qui fait qui si vous êtes élevé dans la hiérarchie vous aurez plus de chance de pouvoir former un couple reproducteur et aurez un privilège d’accès à la nourriture, mais, dit Zahavi, cette hiérarchie qui est donnée par la naissance, elle va être pondérée par le prestige, et avec une certaine quantité de prestige vous pouvez monter dans la hiérarchie.
Ce qui permet en même temps de résoudre un problème, qui avait déjà été le problème de Conrad Lorenz, c’est-à-dire : comment concilie-t-on à la fois la nécessité à la fois d’entrer en compétition avec les autres oiseaux de la même troupe pour avoir une bonne position et la nécessité de coopérer ?  - parce qu’on sait que la compétition est en générale assez désastreuse pour les groupes. Et bien le cratérope a inventé un moyen d’entrer en compétition pour collaborer, ce qui donne une compétition qui n’est pas nocive au point de vue du stress, des combats, etc. et qui est en même temps extrêmement bénéfique pour le groupe ».


darwinevol.gif

 

Différentes espèces de pinsons observées par Darwin aux Galápagos. Celles-ci diffèrent notamment par la forme du bec, qui semble nettement en rapport avec la niche écologique occupée par chacune des espèces. En effet, les pinsons arboricoles vivent principalement d'insectes, tandis que les pinsons terrestres se nourrissent surtout de graines. Ces formes ont vraisemblablement été engendrées par une seule espèce.

1) Camarhynchus pauper ; 2) Camarhynchus heliobates ; 3) Camarhynchus psittacula ; 4) Camarhynchus pallidus ; 5) Camarhynchus parvulus ; 6) Camarhynchus crassirostris ; 7) Geospiza magnirostris ; 8) Geospiza fortis ; 9) Geospiza fuliginosa ; 10) Geospiza scandens ; 11) Geospiza conirostris ; 12) Geospiza difficilis ; 13) Certhidea olivacea ; 14) Pinaroloxias inornata.

 

Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ornithologie
commenter cet article

commentaires

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact