Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 16:11

 

Entre deux averses, mettant à profit une mince trouée de ciel bleu avec ce sentiment d’urgence qui caractérise l’homo farnientus des climats mitigés, je m’affale sur le gazon après avoir compté mes pissenlits.
Mais à peine avoir calé ma lecture contre le moelleux d’un coussin, que me voici assaillit par un essaim de minuscules mouches, dont certaines viennent de se suicider dans mon thé !
Et me voila aussitôt occupé à tenter de dénombrer ces grains volatils ; à suivre leur ronde absurde…

 

Rien de mieux, ne manqueront pas d’observer les plus espiègles, pour illustrer telles velléités de lecture.

 

mouches-Ecclesiaste.jpg

 

Peu avant, j’apprenais rêveur dans un recueil de qualité que (relativement) non loin de ma retraite se trouvait Beloeil, petite ville de Wallonie dont le renom vaut pour son château et ses jardins, appartenant à la Maison de Ligne.
Docte savoir qui me servit alors à caler ma page afin d’immortaliser ces vaporeuses secondes… 

 

Je tire pour la circonstance de ce fort bel objet la citation suivante : « Il n’y a pas d’apparences que je croie valoir le divin Montaigne, La Bruyère et La Rochefoucauld. Si je m’avise d’écrire quelquefois sur le même sujet, c’est que les circonstances différentes des leurs, peuvent m’avoir donné d’autres aperçus. Les passions ne changent pas ; les nuances, les usages, les opinions changent. Les écrivains ne sont pas du même âge, ni du même monde. »

Ligne (1735-1815), tiré de Trésor des moralistes du XVIIIe siècle de Cyril Le Meur.

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 10:43

Pissenlits---baniere.jpg

 

Pissenlits-et-paquerettes.jpgPassant outre les sages conseils de mieux avisés que moi – ah, impétueuse jeunesse – cela fait désormais des années que je ne répands plus de pesticides sur ma famélique clairière. Aujourd’hui le sacrilège est  consommé et j’en paye le prix fort ! Ce ne fut pourtant pas faute d’injonctions réitérées à me plier à la coutume du ‘bon jardinier’ sous peine de me voir débordé par les mauvaises herbes et autres furoncles broussailleux…
Mais, par un effet naturel de ma tendance à faire exactement le contraire de ce qu’on attend de moi, ces perspectives de chaos me passèrent par dessus la tête…. Je me souviens même, plus d’une fois, m’être gaussé à gorge déployée, un brin de provocation tapis au fond des prunelles, à l’écoute de la prose terrible de ces bienveillants jardinistes m’exposant les périls prêts à envahir ma tranquillité dilettante. Que risquais-je donc de si affreux ? De la mousse peut-être ? Oui de la mousse précisément, et dont le propre, comme son nom l’indique, est de ne point être du gazon. Telle me fut la docte réponse de plus d’un de ces fins observateurs de la nature en pot ! Ce n’était pas tout… Bien d’autres maux vivaces menaçaient, tels ces épidémies de trèfles, de chardons, de pissenlits, que sais-je encore !

 

La lèpre s’est installée et il n’est désormais plus temps de cultiver le regret, c’est le jardin que j’aurai dû pulvériser.  A la coutume de l’offrande de la terre j’aurai dû me soumettre et le glyphosate acide couler à flots…
Lorsque j’y pense à présent, animé d’une haine coupable retournée contre mon esprit rebelle, quel émoi à l’évocation si douce de cet élixir dont la dénomination même, résonne tel un baume sur mon cœur : ‘désherbant total folliaire systémique’.
En outre, je le sais, souscrire au canon du jardin bien entretenu aurait eu d’autres effets bénéfiques. Celui de participer à la croissance du béni PIB n’en est pas des moindres - il n’y a pas de modestes contributions en la matière (il faudrait instaurer, j’en suis désormais convaincu, une taxe pour sanctionner les mauvais consommateurs de mon espèce !).

 Pissenlits-de-pres.jpg

A ma peine immense s’ajoute la honte d’avoir privé, par mon geste insensé, la firme pourvoyeuse du nectar du jardinier de substantiels bénéfices, si utiles pour alimenter ses recherches OGM afin d’éradiquer le fléau des famines dans le monde. Et c’est l’âme attendrie que je songe aujourd’hui au sacerdoce de ces travailleurs désintéressés qui ont jadis, sans compter, déversé le fruit de leur recherche, sur les populations récalcitrantes de l’Asie du Sud-Est.
Ô, molécules herbicides ; Gloire du génie humain ! Agent orange – mécanique… Décoction de dioxine, si stable, si parfaite qu’on en trouve de nos jours  encore à la pelle dans les sols et les sédiments : cécité, diabète, malformations, cancer…. Lait céleste répandu durant l'Opération Ranch Hand, et qui fit dire à la pauvre Perette : « adieu veau, vache, cochon, couvée ; »

 

Mais je m’égare !

 

Revenons à nos jardin, qui comme le clame avec sagesse Candide, il faut (soigneusement) cultiver.
Et ce soin à l’entretien de ce qui me tenais à cœur - m’a manqué…
Je peux bien alors avoir l’air d’un Paul de Tarse, et retourner avec rage destructrice contre ses anciens coreligionnaires du laisser-aller.
Mais comment réagir autrement à la vue de ces pustules jaunes crépitant sur la peau verte de mon gazon ? Pelouse d’ailleurs comme prédit mangée de mousse, de pâquerettes et de trèfles…

 

Mais il y a pire à confesser.
Au lieu d’éradiquer comme il se doit cette engeance envahissante, pris d’une incompréhensible sensiblerie, sous le joug même d’un délétère élan esthétique, m’a pris la folie, lors de ma tonte presque hebdomadaire, de contourner comme je l’ai pu ces horribles furoncles, et qui restent désormais posés là, comme une irréparable faute de goût, sur la moquette où, si le temps le permettait, j’aimerais me prélasser un bon livre à la main…

 

 Pissenlits.jpg

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ecologie politique
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 10:55

Devant-La-jeune-martyr-de-Paul-Delaroche.jpgThomas Bernhardt dans Maître anciens met en scène un vieux monsieur, Reger, qui depuis plus de trente ans se rend au Kunsthistorisches Muséum de Vienne, et s'assied sur la même banquette, dans la salle dite Bordone, face à L'homme à la barbe blanche de Tintoret."Il a suffit d'un tout petit pot-de-vin pour m'assurer pour toujours la banquette dans la salle Bordone, voilà ce qu'a dit un jour Reger, il y a des années".

 

Je ne trouve rien d'étrange à cela. Tout au contraire, il est bon, me semble-t-il, de se sentir familier d’un lieu, particulièrement d'un musée ayant quelque patine… La force de l’habitude, les connivences secrètes et le plaisir de se sentir en quelque sorte chez soi dans une place publique n'y sont probablement pas pour rien… Le corolaire livresque d'un tel état d'esprit est sans doute cette manière lente, décrite par Nietzsche, de remastiquer les nourritures érudites ou poétiques. "Il est vrai que, pour pratiquer de la sorte la lecture comme un art, une chose est nécessaire que de nos jours on a parfaitement oubliée (...), une chose pour laquelle il faut être presque bovin et, en tout cas, rien moins qu’ « homme moderne » : la rumination ».(Nietzsche, 1887, Généalogie de la morale)

 

Ainsi, sans pousser le vice ou l'infortune dans ses plus extrêmes retranchements, me plait-il plusieurs fois l'an - profitant de la gratuité mensuelle des musées nationaux  (1) - de remettre mes pas dans une certaine tanière à la devanture de pierre blanches.
D'y découvrir des toiles que je n'avais fait qu'effleurer du regard, à défaut de les avoir tout à fait dédaignées, de me trouver fortuitement placé de telle sorte qu'apparaissent, sous l'effet des jeux de lumière saisonniers, de nouvelles couleurs, des tonalités conférant aux œuvres un caractères que je n'aurai soupçonné, de déambuler encore parmi les sculptures, finir par m'accoutumer et à aimer même cette forme artistique dont mes sens, entre méfiance et inquiétude, me tenaient jusqu'alors sur les franges, d'arpenter le dédale vouté des galeries inférieures, parmi les Christs désarticulés et les dorures médiévales, de me délecter pareillement du spectacle de ces vases canopes, dont les égyptiens du Nouvel Empire faisaient grand cas, les remplissant des viscères des trépassés... Tout cela me charme.
Et je goûte ces jeux dilettantes à leur juste mesure. Savourant l'inutilité précieuse de ces doctes flâneries avec cette paisible langueur des dimanches après-midi où les au revoir ne sont jamais d'irrémédiables adieux.

 

Le long des cimaises s'élaborent de la sorte peu à peu mes lieux de prédilection. Etapes privilégiées d'un pèlerinage délicieux, où l'impromptu se mêle à l'attendu, un peu à la manière de ces rencontres en forêt, lorsque soudain le pas d'un chevreuil, le tambourinement d'un pic ou le vol d'un épervier effleure l'enivrante torpeur des sous-bois.

 

Voici quelques uns de ces étonnements.

Esquisse-pour-paradis---Veronese.jpg Esquisse-detail-.jpg

Ce rouge de fond de ciel, ne m'avait jamais tant frappé que se soir là d'automne - il n'est pas même certain que je visse la toile lors de mon précédent passage.
Gradin d'une Babel céleste, amphithéâtre à-rebours, avec la scène placé à son sommet et étirée tout en largeur : telle m'apparut cette paradoxale Esquisse pour paradis, à la saveur d'enfer. Cette étrange composition fût réalisée par Véronèse à l'occasion d'un concours organisé pour remplacer la fresque de Guariento (1365), détruite par un incendie, et qui ornait l'arrière-plan de la tribune du doge dans la salle de grand palais ducal de Venise. Bien qu'il remportât la compétition, pour des motifs inconnus le coloriste italien ne peignit jamais ce ciel de chaudron dans le dos du doge. Et cela sera le fils du Tintoret, Domenico, qui, suivant le programme de son père, dirigera l'équipe qui se chargera au final de la réalisation de l'œuvre.   

 

 Esquisse-pour-paradis--2----Veronese.jpg

Esquisse pour Paradis - Véronèse

(selon l'éclairage, et le réglage de l'appareil photo, le rendu est sensiblement différent. Cette teinte me paraît plus proche de l'original... mais peut-être est-ce effet de mon imagination)

 

 "Cléopâtre, s'écria-t-il, je ne me plains pas d'être privé de toi, puisque je vais te rejoindre dans un instant ; ce qui m'afflige, c'est qu'un empereur aussi puissant que moi soit vaincu en courage et en magnanimité par une femme". Tels sont les mots d'Antoine, selon la version qu'en donne Plutarque dans les Vies parallèles, à l'annonce de la mort de Cléopâtre avant de se plonger lui-même l'épée dans la poitrine. Mais la fille du roi d'Egypte, Ptolémée XII, retranchée dans son mausolée, n'était pas morte. Pas plus d'ailleurs que la blessure d'Antoine n'était de nature à lui offrir une prompte mort.


Laissons à l'historien romain d'origine grecque conter la suite de cette tragédie :

 

Cleopatre--2-.jpg"Antoine, apprenant qu'elle vivait encore, demande instamment à ses esclaves de le transporter auprès d'elle ; et ils le portèrent sur leurs bras à l'entrée du tombeau. Cléopâtre n'ouvrit point la porte; mais elle parut à une fenêtre, d'où elle descendit des chaînes et des cordes avec lesquelles on l'attacha; et à l'aide de deux de ses femmes, les seules qu'elle eût menées avec elle dans le tombeau, elle le tirait à elle. Jamais, au rapport de ceux qui en furent témoins, on ne vit de spectacle plus digne de pitié. Antoine, souillé de sang et n'ayant plus qu'un reste de vie, était tiré vers cette fenêtre ; et, se soulevant lui-même autant qu'il le pouvait, il tendait vers Cléopâtre ses mains défaillantes. Ce n'était pas un ouvrage aisé pour des femmes que de le monter ainsi : Cléopâtre, les bras roidis et le visage tendu, tirait les cordes avec effort, tandis que ceux qui étaient en bas l'encourageaient de la voix, et l'aidaient autant qu'il leur était possible. Quand il fut introduit dans le tombeau et qu'elle l'eut fait coucher, elle déchira ses voiles sur lui, et, se frappant le sein, se meurtrissant elle-même de ses mains, elle lui essuyait le sang avec son visage qu'elle collait sur le sien, l'appelait son maître, son mari, son empereur : sa compassion pour les maux d'Antoine lui faisait presque oublier les siens. Antoine, après l'avoir calmée, demanda du vin, soit qu'il eût réellement soif, ou qu'il espérât que le vin le ferait mourir plus promptement . Quand il eut. bu il exhorta Cléopâtre à s'occuper des moyens de sûreté qui pouvaient se concilier avec, son honneur (...). Il la conjura de ne pas s'affliger pour ce dernier revers qu'il avait éprouvé ; mais au contraire de le féliciter des biens dont il avait joui dans sa vie, du bonheur qu'il avait eu d'être le plus illustre et le plus puissant des hommes, surtout de pouvoir se glorifier, à la fin de ses jours, qu'étant Romain, il n'avait été vaincu que par un Romain. En achevant ces mots, il expira (...)".

 

Peu après, lorsque l'on eût mis au tombeau l'Empereur d'Orient, Cléopâtre se donna elle-même la mort. Les gens d'Auguste, arrivés trop tard, " la trouvèrent sans vie, couchée sur un lit d'or, et vêtue de ses habits royaux".


On a beaucoup glosé sur le suicide de la maîtresse d'Antoine et les versions divergent. La postérité retiendra la morsure d'un aspic.
" On prétend qu'on avait apporté à Cléopâtre un aspic sous ces figues couvertes de feuilles; que cette reine l'avait ordonné ainsi, afin qu'en prenant des figues elle fût piquée par le serpent, sans qu'elle le vît : mais l'ayant aperçu en découvrant les figues : « Le voilà donc! s'écria-t-elle; et en même temps elle présenta son bras nu à la piqûre. D'autres disent qu'elle gardait cet aspic enfermé dans un vase, et que l'ayant provoqué avec un fuseau d'or, l'animal irrité s'élança sur elle, et la saisit au bras. Mais on ne sait pas avec certitude le genre de sa mort. Le bruit courut même qu'elle portait toujours du poison dans une aiguille à cheveux qui était creuse, et qu'elle avait dans sa coiffure. Cependant il ne parut sur son corps aucune marque de piqûre, ni aucune signe de poison; on ne vit pas même de serpent dans sa chambre : on disait seulement en avoir aperçu quelques traces près de la mer, du côté où donnaient les fenêtres du tombeau. Selon d'autres, on vit sur le bras de Cléopâtre deux légères marques de piqûre, à peine sensibles : et il paraît que c'est à ce signe que César ajouta le plus de foi; car, à son triomphe, il fit porter une statue de Cléopâtre dont le bras était entouré d'un aspic. Telles sont les diverses traditions des historiens. César, tout fâché qu'il était de la mort de cette princesse, admira sa magnanimité; il ordonna qu'on l'enterrât auprès d'Antoine, avec toute la magnificence convenable à son rang; il fit faire aussi à ses deux femmes des obsèques honorables. Cléopâtre mourut à l'âge de trente-neuf ans, après en avoir régné vingt-deux, dont plus de quatorze avec Antoine, qui avait à sa mort cinquante-trois ans, et, suivant d'autres, cinquante-six."

 Cleopatre.jpg

Nombreuses œuvres peintes, ou sculptées, relatent cet épisode célèbre du suicide de Cléopâtre, bien plus d'ailleurs que ceux représentant le coup d'épée d'Antoine. C'est que les artistes y ont trouvé, bien souvent, le prétexte à la mise en scène d'une composition teintée d'un érotisme où le macabre se pare d'atours équivoques. Et l'expiration de la princesse égyptienne, l'exhalaison de son dernier souffle prend les allures de cette petite mort dont le XIXe, notamment, engoncé dans sa pruderie bourgeoise en haut-de-forme n'osait directement montrer.
Le plâtre de Charles Gauthier (1831 - 1891), artiste dont on ne sait presque rien, n'échappe pas à la règle. Son œuvre s'intitule tout simplement Cléopâtre (1880).

 

 Marie-Madeleine-agenouillee--1897----Georges-Lacombe.jpg

Marie Madeleine agenouillée (1897) - Georges Lacombe

(en arrière-plan, une toile d'Odilon redon, et une autre d'Emile Bernard)

 

 Emile-Breton---La-nuit-de-noel--1892-.jpg

Emile Breton - La nuit de noël (1892)


(1) Passant, parler de culture pour tous me parait bien excessif. Le musée reste généralement un endroit onéreux (Pour une famille de 4 personnes, par exemple, avec deux adolescents, la visite d’un musée national revient en moyenne entre 20 et 30 €. Ceci sans compter le complément à ajouter pour les expositions temporaires, ce qui, grosso modo, double la mise). Mais c'est un bien autre sujet.

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Peinture
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 12:51

Midway atoll

http://www.midwayfilm.com/

http://www.midwayjourney.com/

 

Entre l’homme et l’albatros c’est une vieille histoire…
Mais avec Midway nous sommes loin de sévices que faisaient endurer au ‘prince des nuées’ quelques marins désœuvrés.


Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.



Charles Baudelaire (1821-1867), Les Fleurs du Mal (1857), II.

 

A Midway personne ne cherche à nuire au grand oiseau blanc ; mais le désœuvrement de l’espèce humaine s’y coagule sous forme de millions de tonnes de déchets.
Le poète dans la société serait-il semblable à l’albatros ? C’est une possibilité. Pour s’en assurer il n’est qu’à sonder ses entrailles….
Funestes augures !

Pour le reste, les images se passent de commentaires.

(cliquer sur l'image pour le film)

Midway

Qu’est-ce que Midway ?
Midway Atoll is located near the apex of what is being called the Pacific Garbage Patch, a swirling soup of millions of tons of plastic pollution. In fact, much of this plastic can not be seen at, but it can’t be avoided as it comes ashore on these pristine beaches and in the stomachs of the birds. The islands are literally covered with plastic garbage, illustrating on several levels the interconnectedness and interdependence of the systems on our finite planet”

 

Midway 01

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ecologie politique
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 20:50

cap-croc-3.jpg

 

De-cape-et-de-croc-10.gifIl fut, il y a de cela une poignée de jours, question de belle langue et d’orthographe dans un billet rédigé avec toute la délicatesse qui s’impose lorsqu’on effleure des sujets controversés.

 

Aussi, vagabondant par association d’une idée l’autre, saluerai-je la parution de l’acte X de la délicieuse série BD De cape et de crocs.
En voici une goûteuse BD à la langue suspendue haut perchée dans les nues.

 

Honneur, panache, amour courtois, songes, machineries extraordinaires et joute de vers…

 

Avec dans le rôle du maître d’arme un certain Cyrano, celui-là même secrètement épris d’une gent damoiselle, la douce Séléné.
Rêveuse à son balcon la belle, qui endossera bientôt le rôle de Roxane, s’émeut des vers déclamés par un amant inconnu. Par un renversement de la célèbre histoire, le versificateur amoureux n’est point Cyrano, mais monsieur de Maupertuis, le renard. Ce dernier, caché dans les aubépines, déclare sa flamme, mais la belle se méprend ; elle en aime un autre…
Au comble du désespoir, sous les étoiles, peu après monsieur de Maupertuis apostrophe sans détour son rival : « Son bonheur vous importe-il ? ». « S’il m’importe ? !, s’exclame Cyrano, ah, Monsieur, plus que ma vie ! ». « En ce cas courez la rejoindre ! », répond tout sourire le canidé gentilhomme contrefaisant sa peine immense…cap-croc-1.jpg
Mais ce n’est ici qu’un mince épisode de ces aventures trépidantes sur la lune.

 

Il est question de masques et de retour sur terre ; mais pour cela encore bien des épreuves attendent nos héros.

 

J’ai évoqué brièvement les figures du maître d’arme, de Séléné et de monsieur de Maupertuis. Mais comment ne pas admirer encore Don Lope, le loup, hidalgo haut en couleurs et indéfectible ami de monsieur de Maupertuis. Comment ne pas être fasciné, à rebours, par la noire ambition du capitan Mendoza, de se prendre de passion pour la trajectoire du navire pirate projeté dans les froids espaces par Bombastus, savant fou allemand…
Il y a tant d’autres personnages encore, qui confèrent à cette saga un cachet si particulier. L’avare, bien sûr, mais aussi Eusèbe, point si naïf qu’il en a l’air, le Raïs Kader, ancien janissaire d’un Sultan et veille jalousement sur sa fille Yasmina. Tant d’autre encore…

 

Des pages ne suffiraient point à dire tout le bien que je pense de Cape et de Crocs. Ce nouvel opus, on l’aura compris, pour moi c’est que du bonheur.


Et je laisse chacun méditer sur la manière dont on règle, sur la lune, les affaires d’honneur.

 

cap-croc-2.jpg

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans BD
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 16:25

Narsaq---vue-du-bateau.jpg

 

terra-incognita.jpgJe ne suis pas de ces voyageurs frénétiques toujours en partance… De ces voraces de la nouveauté au pas de charge qui, à peine posés en un endroit, ne rêvent déjà plus que du suivant. Tout à rebours, je goûte la lenteur et la macération… Et longtemps après avoir rangé mes valises je me plais à me laisser imprégner des sensations et des couleurs dont j’aspire à garder la trace. Voyager mais point trop : ne pas céder aux ivresses de vins débouchés trop jeunes et toujours renouvelés. Laisser décanter cet alcool fort de l’esprit dilettante transplanté en terra icognita… 

 

Sur les motifs de ce sourd besoin à se rendre là où mes yeux n’ont jamais traîné, je n’ai pas de réponse bien nette. Sans doute l’attrait des ruines, des paysages singuliers, des vastes espaces, des forêts et des marécages plus que le désir de rencontrer autrui. J’assume cette paradoxale réserve a priori à l’endroit de mes congénères. 
Cette envie « d’ailleurs » n’est cependant pas une fuite. Ce pourquoi, pour le coup, je me sens plus proche de Sénèque lorsqu’il dit : « A quoi sert de voyager si tu t’emmènes avec toi ? C’est d’âme qu’il faut changer, non de climat », plutôt que de Montaigne : « Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent la raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche ». Mais on sait, au-delà de la gravelle, ce qui poussa l’auteur des Essais sur les routes d’Italie : « « Il faut croire que sa liberté, sa tranquillité et ses loisirs furent un temps perturbés par les tracasseries d’un séjour encombré de ses trois femmes – sa mère, sa femme et sa fille -, pour qu’il décidât, les 2 premiers livres de ses Essais tout frais publiés dans la poche, de s’arracher au sein des doctes Vierges… ».

 

narsaq_map.pngL’un des lieux dont l’empreinte demeure à vif en mon esprit est sans doute Narsaq.
Minuscule amoncellement de couleurs posées au détour d’un fjord à l’eau d’un bleu céruléen, la commune groenlandaise, fondée en 1830, aujourd’hui compte moins de 2000 âmes. A l’origine simple comptoir destiné à assurer le commerce entre les marchands venus d’Europe et les Inuits qui proposaient là peaux et graisse de phoque, la cité demeure cernée de glace, même en été. Mais, en juillet, ce ne sont plus là que des icebergs en déliquescence ; monstres blancs à la dérive, exténués par un soleil pale. Lorsque j’évoque d’ailleurs le blanc de ces blocs d’eau douce, je ne leur rends pas justice. En effet leur teinte est un véritable kaléidoscope où, reflété par la lumière, au blanc immaculé se mêlent les fragrances de l’opaline à celles deParmi-les-icebergs.jpg toute une palette de bleu, allant de l’azur au saphir. Parfois même, le souffle tellurique des volcans, vient saupoudrer ces voyageurs solitaires des mers glacées d’une garniture de noir et de gris. A l’agonie, portés au gré des courants, sous l’effet de la chaleur ils prennent des formes biscornues propices à la rêverie. Trolls polaires, ours faméliques, châteaux merveilleux, nefs fantomatiques ou cartes de territoires imaginaires ils craquent, gémissent et se tordent sous les assauts des éléments. Songes incarnés, ce sont là des nuages de la mer…
Mais assez de ces flâneries.

 

Nous arrivâmes au débouché du Tunulliarfik fjord par un matin de crachin, sous un ciel bas. Une brume tenace au ras de l’eau conférait à l’endroit un air de majesté sauvage. Calés derrière la vitre du restaurant du bateau ou nous buvions un café chaud avant de débarquer, nous observions silencieux, dispersées sur un socle de roche et de mousse, les habitations jaunes, bleues, rouges et vertes de Narsaq. Je ne pus m’empêcher alors de songer que cette explosion de couleurs vives n’était qu’un contrepoison destiné à conjurer la morne solitude de ces terres sans arbres ; d’oublier aussi les rigueurs du climat…

 

Pourtant, selon les critères groenlandais, Narsaq dont le nom signifie ‘vallée’ dans la langue locale, bénéficie d’un climat fort doux, ce qui en fait une contrée de prédilection pour l’élevage. Mais ne nous vîmes pas ce jour là de ces troupeaux de moutons pâturant alentour, parmi la caillasse et les herbes rases.

 Narsaq---bird-watching.jpg

Des arbres, ici, il n’y en a pas. Cependant certaines espèces oiseaux fréquentent ces paysages peu hospitaliers aux hommes. C’est ainsi que nous rencontrâmes le croassement lugubre et solitaire d’un grand corbeau (corvus corax) qui, perché sur un lampadaire nous accompagna ensuite jusqu’au sortir de la ville, survolant de ses ailes fuligineuses notre entêtement à progresser dans l’herbe spongieuse du plateau situé en surplomb de cette enfilade disparate de maisonnées situées à quelques encablures de l’endroit où, jadis, Erik le Rouge et ses vikings fondèrent une colonie  dont l’histoire fixera la mémoire sous le nom d’Etablissement de l’Est. C’était aux alentours de l’an mille.
Narsaq---into-the-wild.jpgIl faut dire qu’Eirik Raudi, surnommé le Rouge probablement à cause de la couleur de ses cheveux, n’en était pas à son coup d’essai au Groenland. Ce dernier, banni d’Islande trois années pour meurtre de sang froid, suivant les indications de Gunnbjorn Ulfsson, le premier navigateur à avoir signalé une terre au nord, avait en effet réussi à contourner le cap Farewell pour s’implanter avec sa famille en un lieu libre de glace. Sa peine purgée, revenu en Islande il parviendra à convaincre plus de 1000 colons à s’embarquer avec lui pour le Grønland (en danois « terre verte » (1) ). L’aventure tournera à la catastrophe et c’est seulement environ 450 personnes qui parviendront à s’établir à Brattahild (aujourd’hui Qassiarsuk, près de Narsaq). Quoi qu’il en soit la colonie perdura cinq siècles avant de s’éteindre mystérieusement. Parmi les explications avancées, celle de  Jarred Diamond dans « Effondrement » qui, au terme de deux gros chapitres consacrés au viking du Groenland conclut : « La structure sociale de la société viking créa donc un conflit entre les intérêts à court terme des détenteurs du pouvoir et les intérêts à long terme de l’ensemble de la société. La plupart des intérêts qui étaient défendus par les chefs et le clergé se révélèrent dommageable à la société dans son ensemble ; les valeurs socialement partagées qui étaient à l’origine même de sa force le furent finalement de ses faiblesses. Les vikings du Groenland parvinrent à élaborer un modèle de société européenne unique à l’avant-poste le plus éloigné de l’Europe. En même temps, ils se montrèrent capables de survivre plus de 450 ans. (…) Les chefs vikings finirent par voir disparaître tous leurs partisans. Le dernier privilège qu’ils purent s’attribuer fut celui d’être les derniers à mourir de faim » (2).
Aujourd’hui, non loin de Qassiarsuk, se lisent encore les ruines de cette implantation viking : la maison et la ferme où vécurent Erik le Rouge et les siens, l’église dites ‘de Thiodhild’, son épouse, mais aussi nombre de sépultures disposées en U autour du sanctuaire.

Traces-erik-le-rouge.jpgNarsaq---ecole.jpg 

Retour au proche passé, en ce jour symbolique du 30 juillet :
Nous avions pris le parti de prendre un chemin à rebours de celui emprunté par la majorité de ceux montés dans les chaloupes pour rejoindre la terre ferme. Le désir de nature et de tranquillité, le refus de l’instinct grégaire, que sais-je encore…
Aussi piquâmes-nous droit au sud, pour en arriver à cette sorte de plate-forme située au-Narsaq-hotel.jpgdessus de Narsaq, d’où le regard, après s’être  abîmé le long de la coque du Princess Danae,  se perdait à l’infini entre les icebergs, au-delà de l’embrouillaminis des îlots habités.
Chemin faisant, avions épinglés le souvenir de l’école de Narsaq, sans omettre au passage de souligner et d’immortaliser le nom du probable unique hôtel - ou peu s’en faut - de la contrée, l’hôtel Niviarsiaq, cube bleu-vert auquel se trouvait rattaché une enfilade de baraquements plantés face au fjord le long d’une maigre route.

Narsaq---overview.jpg 

Plus tard, dévalant la pente, nous traversâmes la ville pour rejoindre le port minuscule lové dans une enclave naturelle. Y dormaient quelques navires en mal de pêche, dont un frêle esquif à la bouée écarlate qui me vaudra, une fois revenu, quelques agréments. Le crachin avait cessé.
Résolus de filer au nord, longeant l’eau désormais sous le joug de l’horloge, nous fûmes alors surpris par de fortes odeurs d’entrailles ; les restes de découpe de poissons - et peu être de phoques - abandonnés aux charognards. Le dégoût des uns constitue l’ordinaire des autres. Ainsi va la vie. 
C’est alors que dans le lointain, à l’angle d’une montagne, perça le soleil. Ce n’était qu’une trouée de lumière jouant des coudes avec la grisaille, mais cette présence subite, ce contraste évanescent d’avec l’atonie générale du ciel me fit entrevoir ce sentiment trouble qui s’empare des âmes inquiètes, lorsque secouées loin de chez elles. C’était une sorte de saisissement devant l’immensité écrasante du monde. Une stupeur admirative face aux changements perpétuels de la nature ; la prise de conscience de ce souffle éternel devant lequel nous ne sommes rien ! Flux et reflux perpétuel, pulsation de l’ouroboros… Phénomène imparable qui fit dire un jour, à un sage désabusé : « Une génération passe, une génération vient, et la terre subsiste toujours ». Et c’est cette crainte instinctive des ténèbres qui, à ce moment là, je crois, m’étreignit.

Narsaq-lumiere.jpg 

Mais les périples s’achèvent toujours par le regret d’avoir manqué quelque chose. Et il nous fallut bien refluer vers le navire. Nous attendaient encore deux rencontres – deux anecdotes que je narre brièvement.

 

 Tout d’abord, alors que la pluie avait repris par intermittence, nous fumes hélés par un Inuit sorti de chez lui avec un vieil appareil photo qu’il brandissait sous nos yeux tout en s’expliquant dans une langue que nous ne pouvions évidemment comprendre. Nous crûmes d’instinct (c’est là un préjugé d’occidental) qu’il voulait nous signifier de le prendre avec notre propre appareil, moyennant sans doute quelques pièces. Il n’en était rien et, à la vérité, sa requête renversa tout à fait les perspectives. C’est qu’il ne s’agissait pas moins, pour lui, d’immortaliser sur sa pellicule, le passage d’une famille à ses yeux probablement digne de figurer dans sa collection de curiosités. Et c’est de la sorte qu’aujourd’hui nous figurons peut-être rangés dans le tiroir d’une commode groenlandaise, placés dans un album ethnologique entre un couple d’allemand et un groupe de touristes japonais.

 

 

Enfin, alors que désormais l’averse redoublait, nous trouvâmes belle illustration de ce que peuvent les forces de l’amour. Nous avions en effet trouvé refuge au syndicat d’initiative de Narsaq. Dans l’attente d’une accalmie, tout farfouillant de ci de là parmi les babioles proposées aux voyageurs, la conversation s’engagea et nous apprîmes bientôt que le gérant des lieux était de nationalité espagnole. Devant notre étonnement ce dernier s’empressa aussitôt d’expliquer que le motif principal en était son mariage avec la charmante danoise tenant boutique avec lui. A la question : regrettez-vous parfois le soleil de l’Espagne ? il se lança dans une longue explication, vantant les mérites incomparables des terres du nord, la paix des  grands espaces enneigés, le bonheur des jours interminables en été et du plaisir à vagabonder dans la nature à perte de vue. Cependant, alors qu’il parlait, son regard avec pris la teinte grise des nostalgies inconsolables.
 
On doit à Barbay d’Aurevilly la sentence suivante : « Qu’est-ce qu’en général qu’un voyageur ? C’est un homme qui s’en va chercher un bout de conversation au bout du monde ». Si l’on entend par conversation un échange avec soi-même, cette définition me va.

Narsaq---Princess-danae.jpg 

Quoi qu’il en soit, ce jour là, cette croisière philosophique prit là tout son sens.


(1) On a beaucoup glosé sur l’appellation de « terre verte » utilisée par Erik le Rouge. Aurait-il délibérément voulu tromper les candidats à l’implantation au Groenland ? Il semble bien que non. « Elle l’est (verte) d’autant plus que l’époque où Erik entreprend sa grande aventure est celle de ce que l’on appelle ‘l’optimum climatique médiéval’. Il s’agit d’un moment de réchauffement général du climat, qui commence vers le début du Xe siècle et qui va durer jusque vers le milieu du Xve siècle. Il englobe donc exactement l’épopée viking au Groenland, et est sans doute largement lié à sa fin ». (Texte entre guillemets tiré de la brochure ‘L’aventure de la raison’)
 

(2) Jared Diamond, Effondrement, page 449-45

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 22:09

internet_addict.jpg

 

La tenue d’un blog est parfois fastidieuse… Passées les délectations des premiers billets, une fois relégués au fin fond de notre espace les premiers échanges par commentaires ou courriels interposés, une espèce de routine s’installe. A chacun selon son rythme et son humeur ? Pas si sûr dirais-je. Car une fois notre tribune ouverte nous nous prenons au jeu. Et ce qui n’était, somme toute, qu’un passe temps anodin prend les allures d’une addiction. N’a t-on pas fait au minimum son billet hebdomadaire (ou quotidien, bi-mensuel, etc.), voit-on sa fréquentation en berne ? La tension monte, le pouls s’accélère…Vite, vite !

 

Et c’est avec un goût d’urgence dans la bouche, prestissimo, qu’on va chercher dans les replis de notre clavier de menues semences à mettre fissa en culture, à moins que, plus prévoyant, n’ayons déjà en réserve quelques récoltes dont il ne reste plus qu’à faire la mise en caisse avant de les proposer à la consommation.
Une autre option est de recycler un écrit destiné initialement à un autre usage. J’y reviendrai.

 

Dans le genre addictif, le rituel de la consultation des statistiques joue aussi son petit rôle. Et les données sur l’évolution de la fréquentation d’un blog agissent exactement de la même manière que le passage des niveaux de votre personnage dans un jeu vidéo (j’en sais quelque chose). A peine votre ensorceleur elfe niveau 12, et alors que vous vous êtes donné tant de mal  pour y parvenir, que vous voici blasé. Vous lorgnez déjà sur les sorts disponibles au niveau 13…

 

Revenons aux statistiques mises à dispositions des blogueurs, comme autant d’indicateurs de performance dignes des plus capitalistiques firmes. A chaque plate-forme son système (je suppose qu’ils se ressemblent tous plus ou moins). Chez Overblog, par exemple, existe ce qu’on appelle le Blog rank, nombre magique basé sur un calcul occulte, prenant en compte nous dit-on moult paramètres (les valeurs apparaissent parfois surprenantes, si ce n’est farfelues : genre un BR qui augmente avec beaucoup moins de visiteurs et moins de pages vues). Ce nombre est mis à jour quotidiennement et vous pouvez suivre son évolution sur une courbe (il va de 0 à 100). Cela conduit à d’étranges comportements chez certains, comme : « Dis t’as vu mon gros BR ? », sans compter ceux qui vont claironner, ou carrément afficher sur leur page ce fameux BR (évidemment élevé). Le nec plus ultra étant d’obtenir la petite étoile des top blog – distinction des distinctions ; véritable rosette arborée avec fierté au revers de votre veston résolution 1366x768 – ou mieux…  

BR.jpg

D’où un sérieux dilemme : rester indifférent aux sirènes de la visibilité (ou se déclarer tel – mais qui, hormis le soiïste, assez insensé pour s’affirmer imperméable à toute influence insidieuse ?), ou y compromettre parfois son intégrité par un petit billet (ou une image) plus racoleur que les autres ? …

 

Car dans ces fameuses statistiques dansant sous l’œil du blogueur outre le nombre de visiteurs et de pages vues quotidiennement vous avez accès au nombre de visites sur chaque billet (jour / semaine / mois). Ainsi ai-je rédigé, fut un temps, un petit article sur un livre qui m’avait beaucoup plu : Limonov. Coup de bol, le roman fut primé. Mais si aujourd’hui j’ai toujours tant de visites sur cet article ce n’est pas tant – à mon grand désarroi – pour la qualité intrinsèque de mon écrit que pour la photographie de la sulfureuse Elena. En effet, Overblog donne aussi accès aux mots clés tapés par les internautes ayant atterris sur votre espace.  Et c’est parfois atterrant. CommeLimonov elena d’attirer des chasseurs intéressés par « le fusil le plus cher du monde » alors que j’ai publié un billet reprenant la lettre de Romain Gary en faveur de la protection des éléphants ! – je passe aussi tous ceux tombés chez moi pour avoir tapé « blog libertin », au motif que j’ai un billet intitulé « sagesses libertines » et un autre, beaucoup récent « l’amour au temps des libertins »…Je comprends leur déception.
Bref, je ne vais pas ici énumérer toutes les statistiques proposées à l’appétit voraces du blogueur en mal d’évaluations chiffrées, et conclurai ce chapitre disant que n’être que peu fréquenté, n’est pas un meilleur gage de qualité que d’être référencé dans les top blog. L’inverse est aussi vrai. 

Top-article.jpg

 

Plus généralement, n’écrit-on pas pour être lu ? Certes. Mais pourquoi persévérer et poursuivre sur sa lancée, semaines après semaines ? L’explication tient peut-être pour part, dans la théorie de l’âne, du bâton et de la carotte tel qu’expliqué par Guillaume Paoli. Et une fois l’animal bien installé dans sa routine il va « … va continuer sur sa lancée, par vitesse acquise, pour ainsi dire, sans plus se poser la question du pourquoi. Plus exactement, cette question va s’inverser pour lui. Il se demandera : quelle raison aurais-je donc de m’arrêter ? ».
C’est vrai ça. Pourquoi s’arrêter ? D’autant qu’au fil du temps se sont formées certaines affinités électives virtuelles dont on aurait désormais peine à se couper. Et puis, à portée de quelques clics, brille ce petit esprit communautaire sympathique auquel on s’est accoutumé ; cette forgerie d’idée toujours en mouvement, ces élans de singularité partagée, ces saillies délicieuses et ces pointes fulgurantes, ces obscurités seules comprises d’un petit nombre « d’initiés », ces traits d’humours et ces alliances tacites, ces courtoisies amicales et ces divergences admises – sinon dépassées, etc., etc.
Bref, autant d’attaches qui, quelque part, préservent du vide insondable de l’isolement numérique.
Mais cela ne répond pas tout à fait à la question. Pourquoi persister à se vouloir tenancier d’auberge plutôt que pilier de quelques comptoirs choisis ? Il y a fort à parier que l’Ecclésiaste ait ici raison : « Vanité des vanités ! dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. »
Sans doute, sans doute…

 

Mais voilà que je me suis encore laissé entraîné bien loin de mes intentions initiales. Car je ne voulais rédiger que quelques lignes d’introduction pour précisément justifier de l’emploi d’un texte rédigé ce matin au titre de commentaire sur le fil d’un forum rattaché à une émission radiophonique. Il y était question d’écologie.
Je me le garde donc en réserve pour une prochaine fois.

Profile-of-Your-Typical-Tech-Blog-Addict.jpg

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Société
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 17:41

«    Nous ouvrirons, nos yeux nos ailes, vers la lumière crue du soleil éternel…    »

 krystal-system.jpg

 

Telle est la complainte post-modern assénée par un duo français que j’affectionne tout particulièrement : Krystal System.

 
Peinture sonore d’une époque. La solitude des réseaux dégoulinante de couleurs, l’hubris désincarnée, les guerres presse-bouton, les terroristes et les affamés… Champagne sous les sunlights tandis que la légion des réfugiés climatiques refluent, finance en délire sur fond d’effondrement généralisé.

 

Enjoy !

 

Stoïcisme contemporain

 

Suicide marchandisé :
Au bout du rouleau ? Un seul coup de fil suffit !

 

Thank you for calling 1 * 800 - SUICIDE
If you wish to self terminate by electric shock, press 1.
For termination by overdose, press 2.
If you would like to make a reservation to visit our drowning pool, please press 3.
For termination by hanging, please press 4.
For death by self Inflicted gunshot, press 5.
To speak to a representative, stay on the line.
If you do not wish to die, please hang up now.

 

(Texte extrait de Dr Online du groupe Zeromancer)

 

 

Eloge de la consommation ; haine de la gratuité

 

« L'un des étudiants leva la main ; et, bien qu'il comprît fort bien pourquoi l'on ne pouvait pas tolérer que des gens de caste inférieure gaspillassent le temps de la communauté avec des livres, et qu'il y avait toujours le danger qu'ils lussent quelque chose qui fît indésirablement « déconditionner » un de leurs réflexes, cependant... en somme, il ne concevait pas ce qui avait trait aux fleurs. Pourquoi se donner la peine de rendre psychologiquement impossible aux Deltas l'amour des fleurs ? Patiemment, le D.I.C. donna des explications. Si l'on faisait en sorte que les enfants se missent à hurler à la vue d'une rose, c'était pour des raisons de haute politique économique. Il n'y a pas si longtemps (voilà un siècle environ), on avait conditionné les Gammas, les Deltas, voire les Epsilons, à aimer les fleurs – les fleurs en particulier et la nature sauvage en général. Le but visé, c'était de faire naître en eux le désir d'aller à la campagne chaque fois que l'occasion s'en présentait, et de les obliger ainsi à consommer du transport.
- Et ne consommaient-ils pas de transport ? demanda l'étudiant.
- Si, et même en assez grande quantité, répondit le D.I.C., mais rien de plus. Les primevères et les paysages, fit-il observer, ont un défaut grave : ils sont gratuits. L'amour de la nature ne fournit de travail à nulle usine. On décida d'abolir l'amour de la nature, du moins parmi les basses classes, d'abolir l'amour de la nature, mais non point la tendance à consommer du transport. Car il était essentiel, bien entendu, qu'on continuât à aller à la campagne, même si l'on avait cela en horreur. Le problème consistait à trouver à la consommation du transport une raison économiquement mieux fondée qu'une simple affection pour les primevères et les paysages. Elle fut dûment découverte. - Nous conditionnons les masses à détester la campagne, dit le Directeur pour conclure, mais simultanément nous les conditionnons à raffoler de tous les sports en plein air. En même temps, nous faisons le nécessaire pour que tous les sports de plein air entraînent l'emploi d'appareils compliqués. De sorte qu'on consomme des articles manufacturés, aussi bien que du transport. D'où ces secousses électriques ». 

Huxley, Le meilleur des mondes

 

De l’alimentation

soleil-vert-1973-05-g.jpg

 

Usage de la langue

 

« Le ministère de la Vérité - Miniver, en novlangue - frappait par sa différence avec les objets environnants. C’était une gigantesque construction pyramidale de béton d’un blanc éclatant. Elle étageait ses terrasses jusqu’à trois cents mètres de hauteur. De son poste d’observation, Winston pouvait encore déchiffrer sur la façade l’inscription artistique des trois slogans du parti.

 

LA GUERRE C’EST LA PAIX
LA LIBERTE C’EST L’ESCLAVAGE
L’IGNORANCE C’EST LA FORCE »

 

Orwell, 1984

 

Pour finir en beauté

 

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Société
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:48

Masque-par-Nicolas-Debroux-.jpg

 

 

Mon précédent billet, de la persona, n’ayant fait qu’effleurer du bout de la plume un sujet aux ramifications infinies, j’ai songé qu’il n’était pas tout à fait vain de poursuivre ces déambulations en terres chargées de mystères…

 

Lorsque la profondeur touche au futile.

 


Le masque selon Nietzsche

Ecoutons en premier Clément Rosset :

 
« Comme la surface figure la visibilité de la profondeur, le masque figure la visibilité de la ‘personne’. Toute l’œuvre de Nietzsche, on le sait, témoigne d’un intérêt constant à l’égard du masque et du déguisement. (…) Toutefois, le statut nietzschéen du masque est très singulier. Le masque n’apparaît jamais chez Nietzsche comme véritable déguisement, indice de fausseté et occasion de leurre. Tout au contraire : il se présente plutôt, et assez curieusement, comme un des meilleurs et des plus sûrs indices du réel. Du réel il a la profondeur, la richesse, l’aristocratie propre, comme le dit l’aphorisme 40 de Par-delà le bien et le mal : ‘Tout ce qui est profond aime le masque’
On peut distinguer chez Nietzsche deux principales fonctions du masque. Première fonction, de pudeur : destinée à ne pas exhiber à tout bout de champ, et devant tout un chacun, sa propre richesse. (…) Mais il y a une seconde fonction nietzschéenne du masque : destinée à dire l’éternelle insuffisance de toute parole et de toute vérité, fût-elle la plus profonde et la plus décisive, en tant qu’elle est nécessairement partielle et obérée par le point de vue d’où elle est énoncée ». (Clément Rosset, La force Majeure – édition de minuit p 64-65)

  tete

 

Le masque des Anonymous / V pour vendetta.

Dans le numéro de ce mois ci de Philosophie magazine, Raphaël Enthoven évoque la postéritéanonymous.jpg du masque arboré par les Anonymous. Voici l’introduction de son billet : « En se parant du visage goguenard de Guy Fawkes, conspirateur anglais du XVIIe siècle popularisé par la bande dessinée V pour Vendetta, certains ‘indignés’ se masquent pour lutter contre un ennemi réputé sans visage. Se cacher derrière un sourire pour exprimer son mécontentement ? Est-ce bien sérieux ? »

 

Je laisse à chacun le soin de méditer cette question.
Quant au fauteur de la conspiration des poudres, démasqué précisément, il ne tardera pas à connaître un sort funeste. Plus proche de nous, reste à imaginer ce qui adviendra des soi-disant têtes pensantes de l’hydre Anonymous arrêtés par le FBI.  

 

 


Les masques Nô

Je ne m’avancerai pas ici en ces territoires inconnus. Aussi laisserai-je parole à mieux informé que moi.

 

Souvenir de Pascal Klein :
« Je me souviens il y a une paire d'années avoir assisté à une représentation d'une pièce de Nô. Il se trouve qu'il est possible pour un acteur d'interpréter par le biais d'un masque plusieurs personnages, de sexe opposé. Et il n'y a guère plus de deux acteurs sur scène pour des représentations pouvant durer jusqu'à 8 heures. Mon amie japonaise m'a confié qu'il existait des versions authentiques, longues et fidèles, et des versions modernes et abrégées ».

 masque_no_2-Masque-de-n--de-type-maij-.jpg

 

Les masques du côté de Verlaine

 

Clair de lune

 

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.
Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

 

Paul Verlaine, Fêtes galantes

 

Monsieur cent têtes et la femme 100 têtes

(Je remercie ici Constance et Ashby)

 

Monsieur cent têtes, est un livre de Ghislaine Herbéra, sorti dans la collection jeunesse des éditions MeMo. L’histoire ravira sans doute les jeunes, les moins jeunes et les Chênes parlants.
Il y est question d’un monsieur ayant rendez-vous avec son amoureuse et qui « …essaie successivement toutes les têtes de son placard sans pouvoir se décider ».

 orsay.jpg

 

Quant à la femme 100 têtes, roman-collage de 1929 réalisé par Max Ernst et tiré à 1003 exemplaires, il doit désormais valoir les yeux de la tête chez les collectionneurs.
« Le titre est déjà en soi un collage riche de significations : La femme cent têtes tout comme La femme sans tête - et il y a encore d'autres possibilités comme: '100 têtes', 'sans tête', 's'entête' ou 'sang tête'. »

 Max-Ernst--La-femme-100-tetes--1929.jpg

 

 

 

Le masque post-modern

La tragédie, ou chant du bouc par son étymologie, [τραγῳδία / tragôidía est composé de τράγος / trágos (« bouc ») et ᾠδή / ôidế (« chant »] voilà ce qui caractérise l’hédonisme joyeux du masque post moderne…
Deux rondelles de Cucumis sativus, et le large sourire du jeunisme forcené…  Un seul mot d’ordre : Jouissons ! 

 

masque-au-concombre-300x192.jpg

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:58

Patrick-Wald-Lasowski.jpg

 

Voici la transcription, pratiquement exhaustive (session de questions / réponses exclue), de la passionnante conférence donnée dans le cadre de Citéphilo par Patrick Wald Lasowski le 16 novembre dernier autour de ses deux derniers livres en date, L’amour au temps des libertins et le Dictionnaire libertin.
Cette conférence étant l’une des rares de la saison 2011 n’ayant pas de support audio ou vidéo, j’ai pensé cette mise en partage utile (j’invite tout un chacun à consulter les archives sur le site de Citéphilo ; s’y trouvent les enregistrement de moult rencontres depuis 2007).

 

L’exercice de transcription est une tâche assez fastidieuse, mais non sans intérêt. Et je l’ai réalisée avec plaisir – malgré quelques petites fatigues sur la fin. J’espère cependant ne pas avoir laissé trop de coquilles ni d’énormes fautes d’orthographes.

 

Bonne lecture.

 

Ps :
j’ajoute avoir fini il y a peu L’amour au temps des libertins, plongée au cœur du XVIIIe siècle tout à fait indispensable pour qui se délecte des détours essentiels de l’Histoire. Un ouvrage érudit tout en légèreté.
Quant au Dictionnaire libertin, nous l’avons placé en un endroit propice, toujours à portée de main.

 

J’ai des beautés piquantes,
De vives, d’agaçantes ;
J’en ai de languissantes,
D’autres dont les yeux doux
Respirent la tendresse ;
Je puis de sa Hautesse
Contenter tous les goûts.

 

(Etienne Morel Chédeville, La caravane du Caire, 1783).

 


Que se cache derrière le mot libertin ?

 

amour-temps-libertins.jpgOn peut commencer par une réflexion sur le mot, sur l’histoire du mot, sur son étymologie par exemple, puisque le mot appartient à l’origine à la langue du droit, à la langue juridique du monde romain. Libertinus c’est le fils de l’esclave affranchi à Rome. Libertus c’est l’affranchi, libertinus c’est son fils ; il y a une petite nuance entre les deux qui va vite d’ailleurs disparaître : l’affranchi a encore des devoirs à l’égard de son maître. Le fils de l’affranchi n’en a théoriquement plus. Donc ce que l’on peut retenir de là c’est ce mouvement, cette notion d’affranchissement – il y a bien sûr quelque part de la liberté dans le mot libertin. Et ce mouvement d’affranchissement va caractériser à travers les siècles, sans doute, ce qui va ensuite être entendu sous le nom de libertinage.
Donc le mot apparaît pour la première fois en français dans des traductions de textes romains, textes d’historiens ou textes de rhéteurs, textes de romans dans lesquels apparaît un affranchi. Et puis le mot va avoir un rebondissement assez extraordinaire à cause d’une circonstance très particulière et religieuse. Il faut savoir qu’à Jérusalem il existait une synagogue dite des affranchis, dites des libertins. Cette synagogue a donné lieu d’ailleurs au premier martyre, puisque le diacre Etienne qui cherchait à persuader à la conversion vers le christianisme a été martyrisé par les affranchis libertin de cette synagogue en question. Et il faut attendre des siècles pour que Calvin retrouve l’usage religieux du mot, en désignant à la vindicte au fond de toutes les croyances, à la fois catholique et réformée – protestante, une secte dite des libertins qui sévissait alors aux Pays-bas et dans le nord de la France. Cette secte des libertins a donc été vouée aux gémonies et exécrée par Calvin qui intervient dans plusieurs pamphlets ou opuscules plutôt très violents pour réclamer la destruction de cette secte et l’exécution de ses membres. Et donc, par des circonstances historiques particulières, c’est le mot de libertin qui revient au XVIe siècle pour désigner l’hérésie religieuse. Au fond, le geste de Calvin est un geste commun à tous les fondateurs de grandes religions : il faut montrer l’ennemi ; se définir soi-même par rapport à un ennemi qu’on désigne à la vindicte du groupe, de la communauté sur lequel (on veut) exercer son autorité, son pouvoir en le rejetant.
Il est bien entendu que pour les catholiques les libertins se sont les réformés. Pour les réformés les libertins c’est la secte en question, qui a en effet des revendications d’existence communautaire, d’existence, on dirait aujourd’hui libertaire, et donc condamnable aux yeux de l’Eglise. Et c’est ainsi que le mot libertin entre dans la fureur théologique. Au XVIe siècle nombreux sont les catholiques, les jésuites par exemple, qui condamnent les libertins et qui traquent les libertins, l’un des plus célèbres alors sera le poète Théophile de Viau, qui sera poursuivi par un jésuite, le père Garras, qui réclamera son exécution ; qu’il soit brûlé par le feu, qu’il soit condamné, et Théophile va passer deux ans en prison à la suite desquelles il mourra d’épuisement et d’humiliation.
Pour replacer le cadre de cette histoire, le libertinage va se caractériser par la notion d’hérésie.Desade.jpg Sachant simplement que les hérétiques en question vont très vite être associés à l’idée de débauche. C’est-à-dire qu’un hérétique croise souvent, et c’est ce que va expliquer Bayle dans son dictionnaire historique et critique à la fin du XVIIe siècle ; il dit : grattez un peu toutes les hérésies et ce que vous y trouverez c’est le désir vénérien. C’est-à-dire qu’au fond la construction hérétique, la construction religieuse, cache quelque part un désir sexuel. Sans parler du fait que très vite des libertins vont associer explicitement à la fois la distance prise avec les pratiques, les rites et les croyances de la religion catholique, et en même temps la recherche du plaisir sexuel. Du coup, vous voyez, les deux sens se croisent. Dans les dictionnaires du XVIIe et du XVIIIe siècle le premier sens du mot libertin désigne l’hérésie. Et cependant, à la fin du XVIIIe siècle, dans la dernière édition du dictionnaire de l’Académie, le libertin est celui qui mène une vie déréglée. On oublie le sens religieux pour ne garder que la recherche du plaisir, le sens de débauché.
Pour bien caractériser la différence (l’évolution) du mot, ceux qui se souviennent des Pensées de Pascal (noterons que) ceux à qui Pascal s’adresse, se sont des libertins. Pour qui connaît un peu Pascal ces libertins là ne sont pas du tout préoccupés par la recherche du plaisir sexuel, mais en effet prennent leurs distances peu à peu avec la foi chrétienne. Dans ce cas là, bien entendu, il s’agit de l’hérésie. En revanche, Théophile que j’évoquais tout à l’heure, lui, au fond, témoigne de l’association des deux dimensions, à la foi de l’hérésie et de la sexualité effrénée qu’on lui reproche. L’un de ses amis, poète lui aussi, était par exemple appelé le prince de Sodome et évidemment il y a quelque chose d’intéressant dans cette notion de sodomie qui est ici explicite, c’est-à-dire d’homosexualité, puisque c’est une double hérésie : une hérésie parce qu’une distance prise avec les dogmes de la foi chrétienne, mais aussi avec la sexualité hétérosexuelle, comme une sorte d’hérésie à l’intérieur même de la pratique de la sexualité.
Pour conclure, il faudrait juste ajouter une dimension supplémentaire, celle qu’on retrouve dans tous les jugements portés sur les libertins au long du XVIIIe, c’est la notion de dérèglement. J’avais pris plaisir dans une édition de romanciers libertins pour la bibliothèque de la Pléiade, de recueillir tous les dictionnaires, depuis le premier jusqu’au dernier du XVIIIe siècle aux articles libertin, libertinage. Et neuf définitions sur dix insistent sur la notion de dérèglement. Je trouve cela extrêmement significatif : le libertin est l’homme déréglé par excellence, et qui par son dérèglement contribue à dérégler à son tour – influence et décompose l’ordre social au nom de ses pratiques.

 


On commence avec la mort de Louis XIV qui met un terme à un monde qui était sclérosé, empêtré dans une religiosité sordide et maladive et qui voit l’apparition de la régence qui marque l’éclatement du libertinage des mœurs…

 

Pour le XVIIIe siècle évidemment - souvenez-vous pour les cinéphiles du film de Bertrand tavernier, Que la fête commence, dans lequel Philippe Noiret incarne le régent Philippe d’Orléans – il y a là, avec Louis XIV qui n’en fini plus de mourir, ou dont on attend impatiemment qu’il meurt, tellement il impose à la cour des contraintes sous l’influence et avec l’assentiment de madame de Maintenon (des contraintes sur les apparences qu’il faut préserver  et respecter) un climat de bigoterie religieuse à la cour de France. Par ailleurs c’est un règne qui souffre beaucoup de la ruine de l’Etat, des guerres, (et) même aux yeux d’un certain nombre  des aristocrates les plus marqués comme Saint-Simon, (…) Louis XIV est un roi qui ne sait pas commander, qui ne sait pas régner ; paradoxalement par rapport à l’image qu’on en a, ce n’est pas un grand roi, c’est un petit roi.
Jean-Raoux.jpgAvec la personnalité de Philipe d’Orléans, avec la Régence, il y a à ce moment là une sorte d’accélération de la société et du mouvement social, opprimé finalement par Louis XIV, et qui retrouve une coïncidence entre l’attente des mœurs, la réalité de la mutation sociale et son expression au quotidien. Un exemple plus récent, encore que se soit peu être pour les plus anciens d’entre nous : pensez à l’Espagne, à la mort de Franco. Ce qu’on a appelé ensuite ce mouvement la movida. Et, au fond, la régence c’est l’équivalent de la movida dans le contexte de l’époque. C’est-à-dire un rattrapage historique. Il faut aller vite dans la recherche des plaisirs, il faut aller vite dans la coïncidence des aspirations d’une société avec sa réalité. Tout cela est favorisé par la personnalité de Philippe d’Orléans, qui est lui-même un grand libertin, qui a été du reste à bonne école, c’est-à-dire à l’école de l’abbé Dubois qui lui a enseigné, dit Saint-Simon lui-même, les principes (de l’exemple ?) libertins, avant de le tourner vers la débauche sexuelle proprement dite. Donc formé à la fois intellectuellement comme ce que l’on appelait les esprits forts, et intéressé très vite par l’abbé Dubois lui-même qui est disons à l’époque son maquereau favori, ou son précepteur maquereau, qui l’introduit auprès des filles du Palais Royal, puisque le Régent est installé dans sa propriété du Palais Royal, implantée au plein cœur de Paris. Donc il y a là un mouvement d’effervescence extraordinaire, de volonté de rattrapage d’une époque qui veut coïncider avec elle-même, qui s’ouvre à des vérités nouvelles, à des aspirations nouvelles. Pensez par exemple que le grand roman de la Régence se sont les Lettres persanes de Montesquieu, qui disent bien elles-mêmes cette critique à la fois d’un certain état social – sur tous les plans : philosophique, politique, religieux, sociologique au fond – et en même temps derrière l’aspiration à la quête du plaisir et à la reconnaissance du plaisir lui-même comme une valeur. Ce qu’il n’était pas jusque là, puisqu’il était condamné par l’Eglise, qui soit ne savait pas qu’en faire, soit le condamnait explicitement.
Le plaisir devient un motif littéraire, un motif philosophique, un motif social dans tous les sens. Au XVIIIe siècle par exemple, là je vais au-delà de la Régence, les chirurgiens vont commencer à s’interroger sur le fait qu’il faille ou non souffrir quand on est malade ou quand on doit être opéré. (…) L’amour au temps des libertins commence par un chapitre intitulé ivresse de la Régence qui explique ce que c’est que ce Régent, (…) ce qu’est le système de la Régence, avec d’une part l’abbé Dubois, le Premier ministre dont on vient de parler, mais aussi le système de Law, l’économiste grand joueur aventurier qui va créer un nouveau système économique et bouleversant ainsi les images nation. C’est-à-dire créant les conditions de cette effervescence qui est aussi politique, avec des changements d’alliances en Europe, avec le retour de la cour qui jusque là était à Versailles et qui s’installe à Paris, puisque Louis XV est trop jeune pour régner. Ce changement est capital, comme une sorte de retour vers la ville, qui peu à peu, au terme du XVIIIe siècle, prendre le pouvoir pour ainsi dire. Il y a trois espaces : Versailles, la ville, la campagne. Et il ne restera plus qu’à la fin du siècle que la ville et la campagne ; la ville ayant, à travers la Révolution française, à travers le pouvoir révolutionnaire occupé tout l’espace politique. Donc la Régence est un moment fondamental dans notre histoire.

casanova---Auguste-Leroux.jpg 


Vitesse ; l’adverbe vite : réflexion sur le mouvement, la voiture, le déplacement à travers le pays. Le transport comme terme polysémique, comme source d’un grand mouvement de liberté.

 

(….) Ce qui m’intéresse dans le Dictionnaire libertin c’est le langage lui-même ; la façon dont tel ou tel mot – et il y a plus de 450 / 500 entrées dans ce dictionnaire – est porteur de sens ; une espèce de fusion qui témoigne de la spécificité d’un imaginaire qui s’exprime - ou que nous pouvons essayer de repérer à travers cette constellation de mots solidaires les uns des autres - à travers le libertinage.
Prenez le mot transport par exemple. C’est un mot extraordinaire, auquel j’ai consacré un petit traité, le Traité du transport amoureux, tellement je trouve ce mot pour nous édifiant. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’abord de l’intensité d’une émotion : nous sommes transportés par l’amour, la haine, le désir, la colère – pensez au théâtre de Racine dont les personnages sont essentiellement transportés. Il arrive même que, corrigeant dans des éditions ultérieures ses premières pièces, Racine supprime le mot transport à plusieurs reprises, tellement il en met partout dans la bouche de tous ses personnages. Pensez à Phèdre : toute la pièce c’est le transport de Phèdre.
Ce transport là c’est l’intensité d’une émotion qui vous enflamme tout à coup. En particulierdico-libertin.jpg lorsque vous pensez à Manon Lescaut : ‘je fus enflammé à la vue de Manon’, dit Des Grieux, ‘enflammé jusqu’au transport’ ; ‘moi qui n’avait pensé jusque là à regarder les filles, ni même songé une seconde à la différence des sexes, comme écrit Prévost, la formule est assez extraordinaire, je fus tout à coup enflammé jusqu’au transport’. Cette émotion transportante  elle va, par exemple, dans le roman de Manon Lescaut croiser l’autre sens du mot transport, c’est-à-dire un déplacement dans l’espace. Si vous vous souvenez du roman, ça ne cesse de bouger, ça ne cesse de transporter en permanence.
(…) Or ce mot transport a aussi un troisième sens, qui est un sens clinique, un sens médical. Pour la médecine on parle très fréquemment de transport : de façon absolue, lorsqu’on dit il est mort d’un transport, ou quand on caractérise plus précisément d’un transport au cerveau. C’est ce qu’on appellerait aujourd’hui un AVC, qui frappe tout à coup à la mort le personnage qui en est saisi.
Vous avez toute une somme de sens différents, mais qui s’expriment à travers le même mot et qui se réalise dans le libertinage à travers naturellement l’intensité du désir – le transport qui émeut les personnages tout à coup enflammé à la vue d’une jolie femme – et c’est aussi le déplacement, et là je pense à Casanova. Il raconte dans ses mémoires le plaisir qu’il prend à faire l’amour en voyage, et à faire l’amour au moment même ou se déplace un carrosse, un fiacre, un coche par exemple. Il va jusqu’à énumérer quatre ou cinq de ce genre d’aventures. Et ce qui est très beau dans ce moment là, c’est que les personnages qui ont pu passer la nuit ensembles, comme Casanova le dit lui-même, poursuivent le transport de leurs caresses en carrosse (…).
Inutile de vous dire que le fin du fin à la fin du siècle, dans les romans libertins, le bonheur absolu est de faire l’amour en ballon (il y a une entrée Montgolfière dans le dictionnaire libertin). (…) Un roman comme Le petit-fils d’Hercule, par exemple, montre un personnage qui, gouverneur du province en Russie, fait venir de la France un certain nombre de ballons, à la fois montgolfière et ballons hydrogène, pour emmener les demoiselles faire un tour en ballon. Vous voyez que l’idée de cette apothéose que représente à la fin du siècle la montgolfière, comme l’apothéose de ce transport que j’évoquais.
Evidemment il arrive des accidents. Il y a un revers au libertinage. J’ai cherché et trouvé, après beaucoup de temps – je vous assure que je savais que cela devait exister – quelqu’un qui est victime d’un transport au cerveau au moment où il fait l’amour à quelqu’un dans un déplacement en carrosse. (…)
Ce qui veut dire qu’en effet le mot transport appelle nécessairement une réflexion, appelle un arrêt. De la même manière que le mot faveur, le mot mouche, le mot vitesse qui prennent un sens tout à fait différent dans la mesure où ils représentent le XVIIIe siècle. Ils en sont la configuration, comme une espèce d’astre verbal dont on essaye de fixer les éléments qu’ils constituent.

 


La société change. Il y a des rapprochements étonnant et la courtisane qui est célèbre à la cour commence à se rapprocher aussi des plus basses couches de la prostitution.

 

Jeanne-Antoinette-Poisson--Marquise-de-Pompadour--painted-a.jpgCe mouvement social est assez extraordinaire. Restent les cadres à la fois de la pensée théologique, de la pensée chrétienne, les cadres de la monarchie absolue, mais on sent bien qu’a l’intérieur ils sont comme rongés, avec des paradoxes étonnants qui sont, par exemple, que Louis XV va réclamer, pour être présenté à la cour, des signes de noblesse – une ancienneté encore plus grande que celle qui existait sous Louis XIV, à un moment où il s’aveugle complément dans les années 1760 sur la généralité du mouvement social des Lumières, et en même temps le même Louis XV prend ses favorites – les favorites royales, officiellement présentées à la cour – dans des milieux que quelqu’un comme Saint-Simon (considère comme) l’horreur absolue. Déjà Saint-Simon considérait la rigidité du temps aristocratique : c’est le temps tel qu’en lui même fixé une fois pour toute sous Louis XIII, et rien ne doit changer. Chaque noble, chaque aristocrate est fixé dans une échelle sociale où chacun a sa place et où le moindre changement, ce qu’exprime Saint-Simon dans ses mémoires, est pour lui une cause de souffrances absolues. C’est le texte de quelqu’un qui souffre en permanence de ce qu’il voit autour de lui. Et à l’inverse, en effet Louis XV est intéressant par les favorites qu’il prend, qu’il présente à la cour dans une sorte de dégradation continue aux yeux des contemporains. D’une part avec Madame de Pompadour, celle qui sera la marquise puis la duchesse de Pompadour, qui appartient au milieu de la grande bourgeoisie des financiers, de la bourgeoisie qui par le pouvoir de la finance occupe de plus en plus de place au sein des ministères, au sein de la société proprement dite, à travers le système bancaire, à travers le prélèvement des impôts, des charges qu’ils achètent et qui aux yeux de Saint-Simon sont uneLes Soeurs de Nesle façon de trahir et de livrer le royaume à la roture. Et donc Madame de Pompadour après avoir pris ses maîtresses parmi la vieille aristocratie dans la famille de Nesle, c’est-à-dire Madame de Nesle, puis successivement les trois sœurs de celle-cilink, ce qui fait dire que Louis XV aime faire l’amour en famille. Et en effet, du reste, il partage son lit deux des sœurs de Nesle. Là il reste dans le milieu aristocratique. Personne ne lui en veut, au contraire, il est bon que le roi prenne des maîtresses officielles, qu’il témoigne d’une vigueur sexuelle, qu’il soit d’une certaine façon le géniteur du royaume, ce qu’il affirmera plus tard au parc aux cerfs. Donc, dans l’étape des amours de Louis XV, tout d’abord le milieu aristocratique, puis la grande bourgeoisie, et enfin le milieu de la prostitution.Madame du Barry est une prostituée dont le mari que lui donnera son maquereau, comme on dit à l’époque, c’est d’ailleurs l’un des plus connu Jean du Barry (et qui) va faire épouser son frère à l’une de ses maîtresses pour qu’elle puisse obtenir un titre de noblesse – une petite noblesse de province, mais noblesse quand même – pour pouvoir être présentée à la cour. Ce mariage aura lieu d’ailleurs à quatre heures du matin dans des conditions semi-clandestines où le mari repartira immédiatement en province après avoir épousé la du Barry, et le mariage est célébré par le père de celle-ci – c’est un ancien moine. Vous voyez le milieu dans lequel se déroule ce mariage pour pouvoir présenter Madame du Barry à la cour. Mais tout le monde sait qu’elle a eu une vie publique en tant que courtisane extrêmement célèbre – c’est une des plus belles femmes de Paris à l’époque -. Le duc de Richelieu, quelques-uns des aristocrates dont je fais le portrait la connaissent très bien pour l’avoir pratiqué à plusieurs reprise, et elle est présentée au roi qu’elle arrive à séduire. Pour les contemporains c’est un déchaînement contre Louis XV à travers cette dégradation de la figure royale dans ses amours. Dans la façon dont l’image du monarque se trouve avilie par la décadence de ses maîtresses successives. Et loin de flatter le peuple, encore faut-il savoir ce que veut dire le peuple, mais bref loin de flatter le peuple qui pourrait se trouver honoré de voir que le roi démocratise la fonction de favorite royale, c’est tout le contraire qui se produit, et bien évidemment des pamphlets orduriers vont se multiplier à partir des années 1760, 1770 et qui vont accabler le roi.
Il y a du mouvement, de l’agitation, sans parler du changement des fortunes, sans parler du rôle que vont jouer le théâtre, les actrices, dans cette contagion des désirs – le mot est en effet très juste – c’est une forme de contagion que condamnent les mémorialistes, que condamnent les aristocrates à la manière de Saint-Simon, en disant qu’un mauvais esprit se répand et que ce mauvais esprit, et l’agent de contamination qui dégrade, par le biais du libertinage, par l’accentuation du rôle pris par les actrices, par les grandes courtisanes très célèbres dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (…). Une espèce de diffusion d’un mauvais esprit, ce serait une nouvelle définition du libertin, après l’être du dérèglement ce serait le mauvais sujet, la mauvaise langue, le mauvais esprit. Cette contamination par le biais de la sexualité, le biais des mœurs sexuelles des aristocrates, qui gagne peu à peu (…) l’ensemble de la société.

 


Les grands seigneurs sont des roués - le terme apparaît sous la Régence – Qu’en est-il du monde des champs et de la campagne ?

 

giacomo-girolamo-casanova-lovers-3227.jpg(…) Ici et là il y a, à la fois, une nostalgie – en particulier dans les villes, les quartiers – d’un monde qui serait figé, d’un monde qui serait rassurant, fondé sur une communauté d’individus qui partagent les mêmes valeurs, qui se connaissent, qui ritualisent les éléments de la vie quotidienne et qui socialement témoignent d’une certaine solidarité. Or cela est remis en cause par l’industrialisation, par les déplacements de la ville et de la campagne, les mouvements de migrations, liés à la recherche d’un travail, et dans les campagnes elles-mêmes liés aux travaux et aux jours comme on disait dans l’antiquité, c’est-à-dire aux moissons, aux récoltes, aux embauches d’individus qui se louent à la Saint Jean par exemple, puis qui vont ensuite quitter la campagne (…)
Dans ce contexte, dans les quartiers ont dénonce au curé les formes de libertinage. Le libertinage à ce moment là n’a plus le sens aristocratique que nous avons tous en tête à travers Les liaisons dangereuses, à travers Valmont, à travers les grands aristocrates historiques. Mais ceux que l’on appelle libertins à ce moment là dans le monde de la police, dans le monde des quartiers, ce sont tous ceux qui mènent une vie déréglée. Par exemple vivre en concubinage c’est être libertin. Pour un enfant, rentrer tard le soir c’est avoir une conduite libertine. Une fille, un enfant qui se dispute avec ses parents, pour réclamer probablement plus d’indépendance, un peu plus de liberté, sont qualifiés de libertins. Quelqu’un qui dilapide l’argent, le salaire familial pour aller au café, pour aller boire – et fréquenter ensuite les prostituées – est qualifié de libertin. (…) On voit le curé de la paroisse écrire au commissaire de police - c’est-à-dire la famille se plaint au curé, qui lui même se plaint au commissaire de police - pour lui demander d’intervenir et éventuellement d’enfermer les fauteurs de troubles.
De la même manière à la campagne, j’évoquais ceux qui se louent, qui traversent au fond une campagne, les errants, les personnages vagabonds, les personnages sans feux ni lieux, sont aussi considérés comme une menace et, souvent, j’évoque un certain nombre de cas dans lesquels ils vont séduire une paysanne, vont devenir le père de l’enfant qu’elle porte et l’obliger, après l’avoir abandonnée à porter plainte, quand elle le peut, et obliger dans certaines circonstances, taxée d’infamie de rejoindre la guilde, de rejoindre le milieu un peu compliqué qui est entrain de se forger de ceux qui trouvent refuge dans l’anonymat des grandes villes pour y fuir l’infamie qui les marquent au village.(…)An+illustration+to+a+1932+French+edition+of+Casanova's+Hist
A la fois la campagne et les villes nourrissent ce terreau de la prostitution parisienne qui devient considérable à la fin du XVIIIe siècle : on compte jusqu’à 80.000 prostituées dans Paris dans les années 1780. C’est dans ce milieu que les grands seigneurs trouvent naturellement et facilement une réserve de filles pour leurs plaisirs, pour leurs soirées, ou pour même les établir en louant leurs services en en faisant des filles entretenues, à tant par mois, avec un logement, et selon les moyens de celui qu’appelle l’entreteneur et sa situation dans l’échelle sociale, soit un appartement loué pour elle, soit des domestiques, cela peut aller jusqu’à avoir un carrosse (c’est la consécration sociale) et de pouvoir quitter l’opéra en entendant le crieur appeler son carrosse devant tout le monde (…).
Au sein même de la prostitution (il y a) ce moment de gloire peut basculer du jour au lendemain dans une déchéance immédiate, pour peu que son entreteneur l’abandonne sans prévenir – le contrat entre eux n’a aucun sens juridique – soit, et c’est un cas de figure que l’on trouve dans toute la littérature libertine, la courtisane en question trompe son entreteneur avec son amant de cœur (…). Elle se retrouve du jour au lendemain dans les ‘caravanes de la galanterie’, le mot est assez joli, tantôt réduite au quignon de pain, tantôt vivant fastueusement lorsqu’elle appartient – ce n’est réservé qu’à quelques-unes – au sommet de la galanterie.

 


Putains, maquerelles et courtisanes. De la marcheuse, des maisons de force et la police

 

1311161-Giacomo Puccini Manon LescautQui dit dérèglement dit, évidemment, l’ordre que ce dérèglement menace. Le XVIIIe siècle a une police conséquente. Sous Louis XV la police, mais aussi les espions, les services d’espionnage du roi de France, aussi bien au département des affaires étrangères, comme l’on dirait aujourd’hui, qu’à l’intérieur de Paris et des grandes villes est extrêmement efficace et développé. (…) on crée un département spécialisé pour la prostitution, département pour le jeu, pour l’homosexualité, etc. Il y a une police vigilante, menaçante qui joue un rôle très important tout au long du siècle. Et cette police est aidée par des mouches – des espions – qui rédigent eux-mêmes des rapports qui sont transmis au commissaire de police, qui lui-même les transmets au lieutenant général de police, qui les transmet à son ministre. L’idée de la mouche est intéressante, le mot lui-même à une fortune au XVIIIe siècle et je renvoie à un autre petit traité : Le traité des mouches secrètes, dans lequel il est question, à la fois, des mouches galantes qu’on pose sur le visage comme un élément du maquillage, mais aussi des espions de police qui bourdonnent dans la ville et qui sont l’un des éléments essentiels de la surveillance de la capitale.
Entre parenthèses, nous évoquions Casanova, c’est un moment étrange de sa vie, le moment de retour à Venise, et là âgé, pendant sept à huit ans il va se faire mouche de police, confidente, c’est-à-dire informateurs des inquisiteurs de Venise. Moment assez curieux, assez triste dans la vie de ce séducteur par ailleurs assez magnifique ; grand amateur de liberté, grand amateur de plaisirs, développant dans chacun de ses plaisirs le goût du sentiment amoureux, et qui devient mouche de police. On connaît des romanciers, comme le chevalier de Mouy, par exemple, très prolixe XVIIIe siècle va, pour des raisons d’argent, se faire lui aussi mouche de police. (…).tartufe_6.jpg
Pour revenir à la prostitution, toutes les maquerelles sont identifiées, les bonnes mamans comme on dit à l’époque, ou la mère abbesse ; de l’abbaye libertine, du couvent qui est évidemment le bordel, toutes sont tenues obligatoirement de tenir un registre de leurs clients, et non seulement de leur identité, la prostituée à laquelle ils ont eu affaire, le tarif que la mère maquerelle a demandée pour ce service, mais aussi les pratiques sexuelles dont ils sont familiers. Par exemple on a des rapports très circonstanciés sur telle ou telle pratique ; l’évêque de Paris à une pratique amusante, assez compliquée dans le dispositif, puisqu’il faut que la maquerelle loue une chambre de l’autre côté de la rue où l’évêque à son appartement, de telle manière qu’au moyen d’un télescope il puisse regarder dans la chambre un couple hétérosexuel entrain de faire l’amour. Donc son plaisir, pour lequel il faut une scénographie assez complexe, c’est celui-ci. Et on a un rapport de police qui explique que ce jour là la mère maquerelle (…), faute d’un homme pour remplir le rôle de l’étalon demande à une fille de prendre sa place, et donc offre un spectacle lesbien à l’évêque. Et nous avons les circonstances dans lesquelles l’évêque à la fin du spectacle se plaint à la mère maquerelle en lui disant, vous avez cru me duper mais j’ai l’œil assez vif pour mesurer que vous avez cherché à me tromper en cette affaire. Et il discute du prix qu’il doit payer, en refusant de régler la somme qui est due parce qu’il y a eu tromperie sur la marchandise.
Encore, cette scénographie est relativement modeste ; ça peut aller à une scénographie beaucoup plus cruelle, beaucoup plus violente, que s’autorisent en particulier les grands seigneurs. (….) Les maîtres du plaisir : ce sont les aristocrates qui eux, par leur rang, par leur puissance financière, leur puissance sociale peuvent aller extrêmement loin et anticiper ce que sera l’imaginaire libertin dansSade---Aline-et-Valcour-copie-1.jpeg l’œuvre de Sade dans la réalité de leur temps. On a beaucoup de témoignages de violences exercées aussi bien à l’égard de la prostituée, qui ne peut guère se défendre, que même de courtisanes un peu plus célèbres, plus élevées dans le rang de la galanterie, qui doivent subir cependant la violence de ces grands seigneurs. On trouve par exemple, dans la Maison de Madame Gourdan qui est une célèbre mère maquerelle de l’époque, le lieu est extrêmement décrit : il y a des éléments de police qui permettent d’identifier le rôle de chacune des pièces ; on peut changer de vêtement, se travestir pour satisfaire le goût du client : ce qui est très recherché à l’époque c’est l’habit de none, l’habit de religieuse, mais aussi l’habit de campagnarde, mais aussi l’habit masculin, pour ce qui est des femmes. (Il y a ) le lieu où on peut feuilleter l’album des beautés du lieu, c’est-à-dire faire son choix à l’aide d’un livre qui présente toutes les caractéristiques des prostituées de la maison ; un lieu ou on peut se restaurer ; un lieu où l’on peut se laver, etc. Et dans une des pièces on trouve ce qu’on appelle le fauteuil de Mr de Fronsac, c’est un fauteuil dans lequel la personne qui s’y assied est immédiatement immobilisée, à la fois les pieds et les bras, pour permettre d’exercer les violences qu’on souhaite. On l’appelle ainsi car le duc de Fronsac, le fils du duc de Richelieu, des aristocrates des plus puissants de l’époque, a été accusé d’avoir utilisé un fauteuil de ce genre pour posséder une jeune fille qui se dérobait à son désir.
A Londres Casanova est moqué par une jeune femme qui le tourne en ridicule. C’est-à-dire qu’elle feint de céder à ses avances pour se retirer au dernier moment, elle s’appelle la Charpillon, et un autre aventurier plus ou moins ami de Casanova lui dit : j’ai un fauteuil dans lequel tu pourrais immobiliser la femme, on peut lui tendre un piège. Et Nue-devant-fauteuil-copie-1.jpgCasanova refuse de se servir de ce fauteuil. Chez Sade, ce fauteuil c’est la moindre des choses. Ce n’est même pas un préliminaire.
L’échelle des violences est grande ; la police est là pour le contrôler, sachant qu’elle-même sait quels personnages elle peut mettre en accusation, et ceux au contraire devant lesquels il vaut mieux se retirer et faire preuve de prudence, en transmettant le rapport au lieutenant de police qui discutera avec son ministre pour savoir s’il y a lieu ou non de procéder à une réprimande quelconque à l’égard du personnage.
Tout cela est assez complexe à cause du jeu des alliances ; à cause de la volonté soit de punir, soit au contraire de libérer pour des raisons au fond politiques. Sade lui-même, dans sa vie personnelle sera victime de poursuites permanentes, alors qu’à l’inverse d’autres personnages, dont nous savons qu’ils ont commis mille fois plus de sévices à l’égard des filles qu’ils ont séduites, vont être, eux, libérés ou ne connaître aucune poursuite. Il y a un système social qui appartient à la monarchie dans lequel les lettres de cachets jouent leur rôle, c’est-à-dire l’absolutisme du pouvoir, et cette espèce de despotisme des familles qu’ils peuvent exercer sur leurs enfants.

 


Des maladies… Du dernier couple royal et des violences d’en bas.

 

Jeanne-Becu-Madame-du-Barry-madame-du-barry-271195-copie-1.jpg(…) La succession des pouvoirs : la Régence, jusqu’en 1723. Ensuite le long règne de Louis XV de 1723 à 1774. Le mariage qui a lieu en 70 du futur Louis XVI, et, enfin, le règne de Louis XVI lui-même avec le rôle que va jouer Marie-Antoinette.
Pour la mort de Louis XV, il y a quelque chose de frappant dans ce corps qui se décompose, non pas de la grande vérole (…) mais de la petite vérole qui était un fléau social très important tout au long du XVIIIe siècle, auquel les grands n’échappaient pas. (…)
Dans le cadre du libertinage, c’est la grande vérole que je prends en charge. (…). Les prostituées sont régulièrement enfermées dans des conditions épouvantables à l’hôpital général à la Salpetrière pour être soignées de force. Déjà la maladie c’est quelque chose, mais les soins c’est encore pire. On perd toute sa santé, pour peu qu’il en restait un peu quand on était contaminé de la vérole, à être soigné au mercure dans des conditions épouvantables de promiscuité, de contagion de toutes sortes de maladies. Ce qui est assez frappant, d’un point de vue symbolique – les contemporains ont bien vu la chose – le corps de Louis XV se dégrade dans les derniers jours à une vitesse extraordinaire, jusqu’à être un corps décomposé, contagieux, puant que les chirurgiens qui ont pourtant le devoir de faire l’autopsie et de retirer en particulier le cœur du roi, ont refusé de faire l’opération. Il y a une scène où le grand maître de cérémonie demande au médecin de pratiquer l’opération (…) et ce dernier se tourne vers lui et lui dit : je vous rappelle Monseigneur que vous êtes chargé d’assister jusqu’au bout à l’opération. Le maître de cérémonie répondit que dans ces conditions on ne fait rien et on enferme le roi dans un double cercueil pour éviter toute contamination. Je rappelle que Louis XIV, son aïeul, quand on pense au roi soleil, avait fini par la gangrène qui rongeait son pied, sa jambe : fallait-il ou non l’amputer ? Le roi a refusé l’amputation. Sachant que Louis XIV dans sa jeunesse était très fier de sa jambe, qu’il avait, dit-il, la plus belle de tout son royaume et qu’il exhibait sur la scène du théâtre – privé évidemment – en dansant sur des musiques de Lully.
Cette corruption du corps royal est intéressante dans la perspective du changement politique qui va survenir et de cette violence des pamphlets qui s’installent, en gros, dans les années 1770. Il reste à Louis XV quelques années de règne encore, alors même qui a pour maîtresse Madame du Barry, alors que le déficit de la cour et du royaume est extraordinaire (…) se met en place une littérature d’une violence qu’on appellerait pornographique aujourd’hui, c’est-à-dire d’une obscénité dans la désignation de la corruption du royaume, avec le roi, les courtisanes, les favorites, les princes qui sont stigmatisés et dénoncés en permanence. Et, au moment ou cette machine, qui devient une machine politique se met en place, Louis XV décède et cède la place à Louis XVI.Marquis-de-Sade-La-Philosophie-dans-le-boudoir--ou-copie-1.jpg
Je pense qu’une des raisons pour laquelle Marie-Antoinette a été à ce point la cible des pamphlets de l’époque, c’est qu’il fallait bien quelqu’un pour occuper la place. Que la machine politico-pornographique libertine, mais dans le sens de la dénonciation du pouvoir corrupteur de la monarchie était mise en place, et cette machine il fallait bien la nourrir. Que ceux qui s’étaient eux-mêmes proclamés comme dénonciateurs publics, réfugiés souvent en Angleterre, à Londres ou aux Pays-bas, de temps en temps en Suisse pour dénoncer par leurs pamphlets la corruption du pouvoir royal, il fallait qu’ils continuent d’alimenter la machine. Il y a, bien sûr, d’autres raisons qui font de Marie-Antoinette la victime toute désignée de cette entreprise – on va épargner au début Louis XVI -, d’abord parce qu’elle est autrichienne (c’est plus que sa nationalité qui est en cause : quand on dit l’autrichienne, c’est qu’elle est, au fond, réellement une espionne au service de l’Autriche. Quand elle vient en France, toute jeune, auprès d’elle, comme compagnon pour l’aider à la découverte de la France, à ses obligations qui sont quand même considérables comme dauphine puis comme reine de France, elle a à ses côtés l’ambassadeur d’Autriche que sa mère a exprès installé à ses côtés. Nous avons la correspondance entre Marie-Thérèse et son ambassadeur, Marie-Thérèse ne cesse de dire à l’ambassadeur qu’il faut qu’il dise à Marie-Antoinette qu’elle fasse tout pour soutenir la politique de l’Empire d’Autriche et que la France soutienne en permanence cette politique). (…) Sans rentrer dans les détails des bons et mauvais côtés de Marie-Antoinette, il est vrai que les choses se précipitent et que cette machine politique en place ne va pas renoncer, sous prétexte que c’est un nouveau roi, que ce roi se réclame d’une certaine forme d’intégrité, veut rompre avec les pratiques de son grand-père : c’est lui qui va abolir la torture, qui va mettre fin au Parc aux cerfs, c’est lui qui va, comme romanciers.jpgun signe d’intégrité morale, renvoyer la du Barry dès le lendemain de la mort de Louis XV (…). Il n’empêche qu’il est débordé à la fois par la situation, et en particulier le déficit économique catastrophique au moment où il hérite du royaume et débordé par son épouse qui ne mesure pas du tout la conséquence de certains de ses gestes, et en particulier des dépenses qui ajoutent au déficit. (…) On va trouver comme surnom à Marie-Antoinette celui de madame déficit. Ce nom est lié à celui de la corruption. Comme s’il y avait un déficit des valeurs, comme s’il y avait un déficit social à cause de la monarchie et qu’il est temps de changer de régime.
Ce n’est pas finalement par hasard, ou par la nature des individus que la monarchie est corrompue, c’est-à-dire à cause de Louis XV, mais par essence. On va basculer petit à petit de la dénonciation du monarque à la dénonciation du régime lui-même. (…) A quoi va s’évertuer la révolution française et la guillotine qui marque le point d’arrêt à tous les transports que j’évoquaient il y a quelques minutes.

 


Du code Napoléon et du divorce.

 

Je dis du code Napoléon que c’est le tombeau du féminisme ; le tombeau des espoirs que pouvait avoir dans sa mutation la révolution menée au nom des femmes. En particulier, et c’est un exemple bien sûr, à l’égard du divorce qui est intéressant dans le rapport d’abord qu’il établi dans le changement de mentalité d’une société, puisqu’à l’origine le mariage est un sacrement, et l’une des grandes clés du XVIIIe siècle, c’est comment on passe d’une société fondée sur la religion vers une société fondée vers l’état civil, et où le mariage n’est plus un sacrement mais un contrat. Dans la différence entre le sacrement et le contrat, pour prendre un exemple, vous avez toute une société qui est entrain de se transformer. Il y a un certain nombre d’épisodes liés à l’histoire du divorce, et au code avec Napoléon, il renforce de façon extraordinaire les droits du mari à l’égard de l’épouse. (…)
En 1792 le divorce est autorisé par la révolution française et on efface complément la condamnation l’homosexualité du code pénal.(…et ) avec cette ouverture vers le XIXe siècle qui, s’appuyant sur la révolution française, n’en est pas moins répressif d’une autre manière. Là il faudrait écrire l’amour au temps du XIXe siècle, l’amour au temps de la bourgeoisie dominante, de bourgeoisie triomphante, et ce n’est pas toujours rose non plus.


Senat-02.jpg

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact