Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 18:46

particules.jpg

Encore sous l’emprise de l’adaptation théâtrale des Particules élémentaires de Michel Houellebecq, jouées samedi dernier à Lille…  

 

Apprenant quelques jours auparavant la durée de la pièce (3h40 env., entracte compris), nous nous étions inquiétés. 

Mais à la vérité tout s’est passé si vite en cette représentation d’une intensité époustouflante, servie par une mise en scène où les effets ne sont pas de simples gadgets, des artifices grossiers destinés à se singulariser par l’absurde, sinon la fatuité… 

w_13070703_rdl_5587.jpg

C’est que la poésie noire des petites phrases sorties du stylet de Houellebecq, ciselées dans une sorte d’acide à effet différé mais aussi imparable que la vague rongeant son galet, lâchée dans l’indifférence d’une cigarette qui se consume, atteint ici à son apothéose ;  

 

Ce train de la vie déroulant ses malheurs comme des évidences, ces macchabées grassouillets et nus, secouant leurs bourrelets en mer sur fond d’une barre de béton, symbole du libertinage obligatoire ;

Ou encore tels adeptes de yoga se haïssant viscéralement tout riant par envie de pleurer, sans omettre celle qui, après avoir avorté deux fois, veut un enfant avant qu’il ne soit trop tard. Son leitmotiv : combler le vide abyssal de son existence ;

Et cette autre paumée qui, par trop plein de solitude, après s’être brûlé au dernier degré le bas-ventre fini par se foutre en l’air du haut de l’escalier d’un immeuble de banlieue accrochée à son fauteuil d’handicapée, sans doute par amour envers ce professeur de littérature échoué dans le petit enfer de son lycée d’enfance. Ce dernier, débordé par un trop plein de sève tardive, se branlera bientôt sous l’œil moqueur d’une élève, une beurette, à peine sortie de l’adolescence qui, il en est sûr, « couche ». Le malheureux ira aussitôt se faire interner ou l’occasion lui sera donnée de pisser sur les cendres de sa mère ;

Tandis que son demi-frère s’envolait pour l’Irlande pour involontairement bouleverser l’ordre du monde – rêvant, si on peut appeler cela un rêve, d’une post humanité débarrassée de la plaie de la sexualité, de la douleur, et surtout de la peur de l’abîme – une post humanité immortelle. Nouvelle race, lisse, sans aspérité et à la saveur du navet.

 

particule-nord.jpgCe drame de la banalité grise sur fond d’orgie désespérée et de fin de race, avec ses élans, ses embardées, ses essoufflements et ses impasses, est rendu dans cette pièce avec une acuité si singulière qu’on se sent irrémédiablement englué, souillée par la poisse de cette morne absurdité teintée d’un désespoir sans véritable saveur ni contour.

 

Ici pas d’interprète en deçà. Et si aucun des acteurs ne domine, c’est qu’on ne se dit pas : c’était bien, sauf, peut-être, untel incarnant tel personnage. Car ici tous sont pareillement accrochés à leur rôle, semblables à ces naufragés perdus dans l’immensité d’un océan glacé à perte de vue, incrédules assis sur leur bouée ; si véridiques. 

Ajoutons une musique à la hauteur de ce paysage littéraire sans concessions ni fioritures, avec des percussions qui prenne au thorax, mais aussi, parfois, le chaos de riffs de guitare, joués live, en résonance parfaite avec la teinture du panorama ; impeccables de lourdeur et déchirés sur Manson, à peine audibles à  d’autres moments. 

 

Mais il est impossible de rendre compte d’un tel événement. De coucher sur le plat d’une feuille, temporalité, sensations, mots, non-dits, sous-entendus, maux… 

Laissons donc infuser. 

 

 Video-Houellebecq.JPG

CLIQUER SUR L'IMAGE CI-DESSUS POUR LA VIDEO


« Suite à des travaux d’agrandissement d’un arrêt de cars, il était nécessaire de réorganiser le plan du cimetière municipal et de déplacer certaines tombes, dont celle de sa grand-mère… 

(…)

L’autorail de Crécy-la-chapelle avait été remplacé par un train de banlieue. Le village lui-même avait beaucoup changé. Il s’arrêta sur la place de la Gare, regarda autour de lui avec surprise. Un hypermarché casino s’était installé avenue du Général-Leclerc, à la sortie de Crécy. Partout autour de lui il voyait des pavillons neufs, des immeubles.

Cela datait de l’ouverture d’Eurodisney, lui expliqua l’employé de mairie, et surtout du prolongement du RER jusqu’à Marne-la-Vallée…

(…)

L’homme attendait Michel près de l’entrée du cimetière. « Vous êtes le… -Oui. » Quel était le mot moderne pour « fossoyeur » ? Il tenait à la main une pelle et un grand sac poubelle en plastique noir. Michel lui emboîta le pas. « Vous n’êtes pas forcé de regarder… » grommela-t-il en se dirigeant vers la tombe ouverte.

La mort est difficile à comprendre, c’est toujours à contrecœur que l’être humain se résigne à s’en faire une image exacte. Michel avait vu le cadavre de sa grand-mère vingt ans auparavant, il l’avait embrassée une dernière fois. Cependant, au premier regard, il fut surpris par ce qu’il découvrait dans l’excavation. Sa grand-mère avait été enterrée dans un cercueil ; pourtant dans la terre fraîchement remuée on ne distinguait que des éclats de bois, une planche pourrie, et des choses blanches plus indistinctes. Lorsqu’il prit conscience de ce qu’il avait devant les yeux il tourna vivement la tête, se forçant à regarder dans la direction opposée ; mais c’était trop tard. Il avait vu le crâne souillé de terre, aux orbites vides, dont pendaient des paquets de cheveux blancs. Il avait vu les vertèbres éparpillées, mélangées à la terre. Il avait compris ». 

w_13070703_rdl_5824.jpg

A gauche sur l'image ci-dessous :Adaptateur, Metteur en scène, Scénographie des Particules élémentaires 
A droite : Bruno Viard, auteur de Les tiroirs de Houellebecq, Les 100 mots du romantisme et Lire les romantiques français 

Rencontre organisée par Citéphilo

Julien-Gosselin.jpg
Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 17:43

451.jpg

Imaginez un monde ou les pompiers seraient chargés non pas d’éteindre les incendies mais de jouir du privilège de brûler le moindre livre – et accessoirement la maison de son propriétaire, occupants y compris si nécessaire. Un monde de divertissement forcené et de paillettes noyé dans un vacarme assourdissant. Un monde de familles factices sur fonds d’écrans, plantés dans le salon de populations sous perfusion médicale. Un monde plongé dans un éternel présent, ayant bu jusqu’à la lie la coupe du fantasme de la Fin de l’Histoire. Un monde sans racines, vouant un culte abrutissant à la vitesse. Un monde scintillant sur fond de guerre - un ectoplasme de guerre présenté comme une formalité insignifiante, indolore ; un problème à régler en quelques bombes, avec pour finalité la destruction massive d’un ennemi sans moindre consistance… 

Un monde enfin où, contrairement à l’univers de 1984 d’Orwell, il n’existe aucun totalitarisme tombé d’en haut, aucun Big Brother, mais juste un nivellement festif consenti par les masses pour la propre tranquillité de chacun ; de chaque communauté, chaque minorité, chaque individu. Un « Empire du moindre mal », pour reprendre le titre de l’essai  magistral sur la civilisation libérale de Jean-Claude Michéa, où le libéralisme culturel, associé au consumérisme, son pendant économique, est parvenu à sa pleine maturité, à son propre terme, avec pour évidence naturelle la neutralisation de toutes les libertés - et en particulier celle de lire -, vécues comme atteinte insupportable à l’écoulement mou d’une existence imbibée de confettis et de pilules euphorisantes.  

 

Voici le décor planté du roman (1) culte  de l’écrivain américain Ray Bradbury, dont le titre fait référence au point d'auto-inflammation, en degrés Fahrenheit, du papier (233°C).


(A ceux n’ayant pas lu le livre et qui souhaitent conserver toute la fraicheur de l’intrigue, je conseille de passer les passages colorisées en noir dans ce qui  suit

.
fahrenheit_451--1-.jpg
.
Côté des acteurs, en quelques mots, au centre de l’intrigue se trouve la conscience ignifugée du  pompier Montag. Elle se délite. Le grain de sable ayant grippé sa routine mentale se prénomme Clarisse, une voisine, étudiante de son état, rencontrée une nuit dans la rue par l’effet d’un pseudo - hasard, alors qu’il rentre d’une expédition, achevée comme il se doit par un feu de joie. Contrairement à d’autres elle ne craint pas les pompiers. « Bien sûr que je suis heureux », s’emportera-t-il ce soir-là à l’une question de l’impertinente. 
A la maison l’attend son épouse Mildred, une femme vidée de toute substance, avec laquelle il cohabite par force d’habitude. Ils ne souviennent même pas quand ils se sont rencontrés. Il y a aussi les amies de sa femme, « la famille », étalée sur les murs et la caserne, gardée par un limier robot, espèce de molosse mécanique chargé de traquer et intercepter (voire tuer), les possesseurs de livres. 
Le chef de Montag, qui s’appelle Beatty, finira en brasier de la Saint-Jean sans que l’on sache s’il avait des tendances suicidaires. En attendant c’est un vieux de la veille qui connait la musique. Les pompiers y passent tous un jour à l’autre, lâche-t-il un matin à Montag rongé par le doute quant au bien-fondé de son métier. C’est que pour la première fois de sa carrière, le pyromane joyeux s’est en effet porté malade après avoir appris la disparition de Clarisse. Cloitré chez lui, forçant Mildred horrifiée à l’écouter, il s’est mis à lire des livres volés lors de ses missions, reliques arrachés au feu sans trop savoir pourquoi.  
Il se souvient alors d’un vieil homme rencontré dans un parc, Faber, un professeur d’anglais à la retraite ; un lecteur qu’il n’a jamais dénoncé.

Lors de sa visite Beatty se montre didactique envers son subordonné, se veut compréhensif, persuasif même – mais il cherche à le persuader de quoi exactement ? 

Ecoutons-le : 

Fahrenheit_451_12.jpg« Nous ne naissons pas libres et égaux, comme le proclame la Constitution, on nous rend égaux. Chaque homme doit être l’image de l’autre, comme ça tout le monde est content ; plus de montagnes pour les intimider, leur donner un point de comparaison. Conclusion   Un livre est un fusil chargé dans la maison d’à côté. Brûlons-le. Déchargeons l’arme.  

(…)

Les gens veulent être heureux, d’accord ? N’avez-vous pas entendu cette chanson dans toute votre vie ? Je veux être heureux disent les gens. Eh bien, ne le sont-ils pas ? Ne veillons-nous pas à ce qu’ils soient toujours en mouvement, à ce qu’ils aient des distractions ? Nous ne vivons que pour ça non ? Pour le plaisir, l’excitation ? Et vous devez admettre que notre culture nous fournit tout ça à, foison ». 

Et de poursuivre : 

« Les Noirs n’aiment pas Little Black Sambo. Brûlons-le. La Case de l’oncle Tom met les blancs mal à l’aise. Brûlons-le. Quelqu’un a écrit un livre sur le tabac et le cancer des poumons ? Les fumeurs pleurnichent ? Brûlons le livre. La sérénité Montag. A la porte, les querelles. Ou mieux dans l’incinérateur ». 

La méthode est simple pourtant : endormir le chaland sous l’avalanche de l’information et refuser la philosophie :

« Bourrez les gens de données incombustibles, gorgez-les de ‘faits’, qu’ils se sentent gavés, mais absolument ‘brillants’ côté information. Ils auront alors l’impression de penser, ils auront le sentiment du mouvement tout en faisant du surplace. Et ils seront heureux parce que de tels faits ne changent pas. Ne les engagez pas sur des terrains glissants comme la philosophie ou la sociologie pour relier les choses entre elles. C’est la porte ouverte de la mélancolie. »

La mélancolie est donc proscrite. 
Mais Montag n’aura pas le temps de s’y appesantir car il vient d’être dénoncé et doit brûler sa propre maison, tout se considérant en état d’arrestation. 

fahrenheit_451.jpg
.
Il ne serait pas séant de conter la suite de l’histoire, sans nuire gravement au plaisir de lecture de qui voudrait se plonger dans Fahrenheit 451.
Aussi, tout ce que je m’autoriserai à dire encore, c’est que dans ce monde en carton-pâte, l’amour de la lecture n’est pas tout à fait éteint. Certains ont en effet jamais pu se résoudre à l’oubli et tentent encore de résister à la déferlante festive. Là, au-delà de la cité, alors que les bombardiers se mettent en branle, le long du fleuve dans la forêt, autour d’un grand feu se joue peut-être le destin d’une humanité à l’agonie. Certes la résistance dérisoire et incertaine. Mais n’en va-t-il pas toujours ainsi ? 

L’arrière-garde est vieillissante. Il lui faut du neuf.
Le monde est pourtant ouvert encore sur tous les possibles.

« Je tiens à vous présenter Jonathan Swift, l’auteur de cet ouvrage politique si néfaste, Les voyages de Gulliver ! Et cet autre est Charles Darwin, et celui-ci Schopenhauer… » 

Il ne manquait que l’Ecclésiaste !  


(1) Les spécialistes et les pédants parleront  ici de roman dystopique : « Une dystopie, également appelée contre-utopie, est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur, certains disent aussi que c'est une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie ». (Source Wikipédia)
Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 22:13

Van-Gogh---Oliviers-avec-ciel-jaune-et-soleil-.jpg

L’effet que me font les livres de Laurent Gaudé

(Suite de mots, décousu de l’âme ; faute de mieux)

      _______________________________________________________________

 

Tristesse mêlée de sérénité

Une sombreur sourde, ancrée dans la terre

La nostalgie des pierres hâlées de soleil

Les souvenirs, la mort, la mer

Une lenteur désespérée

Comme une liqueur crépusculaire

Assoupie sous les arbres...

Un tempérament, l’âpreté des ans

Goutte-à-goutte - amertume ou se trempe la mémoire

Ecoulement des générations

Et les feuilles mues par le vent

Rien qui ne doive rester

Si ce n’est l’acuité de l’éphémère

Si ce n’est la fatuité de nos délires

Et le sentier escarpé

Parmi les chèvres et les ânes

En vigies intraitables

Loin des hommes, loin des fables.

 


Laurent-Gaude-les-Oliviers-du-Negus.jpg

Recueil de quatre récits.

 

Passage que je tire du texte éponyme :

 

« Zio Négus prit sans cesse le parti de la terre contre celui des hommes. Il n’avait pas peur d’eux, de leur colère, de leur ambition. ‘Je parle au nom des arbres’ disait-il. Et cela faisait rire les imbéciles. En 1971, il fut le seul à s’opposer à la construction du premier village de vacances de la côte. Il existait déjà plusieurs campings, mais face à l’explosion du tourisme, les appétits s’aiguisèrent. Le premier à réagir fut Matteo Cavaccio, qui construisit Sole Azzuro, un immense village fait de bungalows, un complexe comme il n’allait cesser d’en fleurir çà et là, avec piscine, terrain de tennis, plage privée et animation permanente. Il le fit sur un terrain qui ne lui appartenait qu’à moitié, s’octroyant des parcelles de terre de la commune. Il planta sa construction de béton au milieu de la baie de Peschici, et dès l’année suivante, il en poussa une autre, puis une troisième. Les familles riches de Peschici venaient de comprendre que l’argent viendrait du divertissement. L’ile des Oliviers, La Mer d’Or, Joie d’été, les noms de ses constructions mentaient tous : elles célébraient ce qu’elles détruisaient par leur simple présence ». 

Rome2.jpg

Suit une nouvelle plus martiale, plantée aux confins de l’Empire romains, sur la frange des terres barbares, dans un endroit « où les oiseaux ne chantaient pas ». 

La docilité, l’absurdité des ordres. La pluie le brouillard et le froid. L’existence, ce réel du bout du monde, tout simplement. La marche en forêt... Et, bientôt, l’implacable certitude : « les statues du Forum vont se mettre à gémir ».  

 

« Je suis le cloporte inutile, le messager qui se tait ». 

 BRAM-van-VELDE---Paysage-eneige-1923.jpg

Le récit suivant déroule son intrigue en terre d’Artois, sous un déluge de feu...

Mais je n’en dirai pas davantage, ayant interrompu ici ma lecture pour mieux savourer demain l’amertume du front. Entre embrassades et horreur.

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:58

Patrick-Wald-Lasowski.jpg

 

Voici la transcription, pratiquement exhaustive (session de questions / réponses exclue), de la passionnante conférence donnée dans le cadre de Citéphilo par Patrick Wald Lasowski le 16 novembre dernier autour de ses deux derniers livres en date, L’amour au temps des libertins et le Dictionnaire libertin.
Cette conférence étant l’une des rares de la saison 2011 n’ayant pas de support audio ou vidéo, j’ai pensé cette mise en partage utile (j’invite tout un chacun à consulter les archives sur le site de Citéphilo ; s’y trouvent les enregistrement de moult rencontres depuis 2007).

 

L’exercice de transcription est une tâche assez fastidieuse, mais non sans intérêt. Et je l’ai réalisée avec plaisir – malgré quelques petites fatigues sur la fin. J’espère cependant ne pas avoir laissé trop de coquilles ni d’énormes fautes d’orthographes.

 

Bonne lecture.

 

Ps :
j’ajoute avoir fini il y a peu L’amour au temps des libertins, plongée au cœur du XVIIIe siècle tout à fait indispensable pour qui se délecte des détours essentiels de l’Histoire. Un ouvrage érudit tout en légèreté.
Quant au Dictionnaire libertin, nous l’avons placé en un endroit propice, toujours à portée de main.

 

J’ai des beautés piquantes,
De vives, d’agaçantes ;
J’en ai de languissantes,
D’autres dont les yeux doux
Respirent la tendresse ;
Je puis de sa Hautesse
Contenter tous les goûts.

 

(Etienne Morel Chédeville, La caravane du Caire, 1783).

 


Que se cache derrière le mot libertin ?

 

amour-temps-libertins.jpgOn peut commencer par une réflexion sur le mot, sur l’histoire du mot, sur son étymologie par exemple, puisque le mot appartient à l’origine à la langue du droit, à la langue juridique du monde romain. Libertinus c’est le fils de l’esclave affranchi à Rome. Libertus c’est l’affranchi, libertinus c’est son fils ; il y a une petite nuance entre les deux qui va vite d’ailleurs disparaître : l’affranchi a encore des devoirs à l’égard de son maître. Le fils de l’affranchi n’en a théoriquement plus. Donc ce que l’on peut retenir de là c’est ce mouvement, cette notion d’affranchissement – il y a bien sûr quelque part de la liberté dans le mot libertin. Et ce mouvement d’affranchissement va caractériser à travers les siècles, sans doute, ce qui va ensuite être entendu sous le nom de libertinage.
Donc le mot apparaît pour la première fois en français dans des traductions de textes romains, textes d’historiens ou textes de rhéteurs, textes de romans dans lesquels apparaît un affranchi. Et puis le mot va avoir un rebondissement assez extraordinaire à cause d’une circonstance très particulière et religieuse. Il faut savoir qu’à Jérusalem il existait une synagogue dite des affranchis, dites des libertins. Cette synagogue a donné lieu d’ailleurs au premier martyre, puisque le diacre Etienne qui cherchait à persuader à la conversion vers le christianisme a été martyrisé par les affranchis libertin de cette synagogue en question. Et il faut attendre des siècles pour que Calvin retrouve l’usage religieux du mot, en désignant à la vindicte au fond de toutes les croyances, à la fois catholique et réformée – protestante, une secte dite des libertins qui sévissait alors aux Pays-bas et dans le nord de la France. Cette secte des libertins a donc été vouée aux gémonies et exécrée par Calvin qui intervient dans plusieurs pamphlets ou opuscules plutôt très violents pour réclamer la destruction de cette secte et l’exécution de ses membres. Et donc, par des circonstances historiques particulières, c’est le mot de libertin qui revient au XVIe siècle pour désigner l’hérésie religieuse. Au fond, le geste de Calvin est un geste commun à tous les fondateurs de grandes religions : il faut montrer l’ennemi ; se définir soi-même par rapport à un ennemi qu’on désigne à la vindicte du groupe, de la communauté sur lequel (on veut) exercer son autorité, son pouvoir en le rejetant.
Il est bien entendu que pour les catholiques les libertins se sont les réformés. Pour les réformés les libertins c’est la secte en question, qui a en effet des revendications d’existence communautaire, d’existence, on dirait aujourd’hui libertaire, et donc condamnable aux yeux de l’Eglise. Et c’est ainsi que le mot libertin entre dans la fureur théologique. Au XVIe siècle nombreux sont les catholiques, les jésuites par exemple, qui condamnent les libertins et qui traquent les libertins, l’un des plus célèbres alors sera le poète Théophile de Viau, qui sera poursuivi par un jésuite, le père Garras, qui réclamera son exécution ; qu’il soit brûlé par le feu, qu’il soit condamné, et Théophile va passer deux ans en prison à la suite desquelles il mourra d’épuisement et d’humiliation.
Pour replacer le cadre de cette histoire, le libertinage va se caractériser par la notion d’hérésie.Desade.jpg Sachant simplement que les hérétiques en question vont très vite être associés à l’idée de débauche. C’est-à-dire qu’un hérétique croise souvent, et c’est ce que va expliquer Bayle dans son dictionnaire historique et critique à la fin du XVIIe siècle ; il dit : grattez un peu toutes les hérésies et ce que vous y trouverez c’est le désir vénérien. C’est-à-dire qu’au fond la construction hérétique, la construction religieuse, cache quelque part un désir sexuel. Sans parler du fait que très vite des libertins vont associer explicitement à la fois la distance prise avec les pratiques, les rites et les croyances de la religion catholique, et en même temps la recherche du plaisir sexuel. Du coup, vous voyez, les deux sens se croisent. Dans les dictionnaires du XVIIe et du XVIIIe siècle le premier sens du mot libertin désigne l’hérésie. Et cependant, à la fin du XVIIIe siècle, dans la dernière édition du dictionnaire de l’Académie, le libertin est celui qui mène une vie déréglée. On oublie le sens religieux pour ne garder que la recherche du plaisir, le sens de débauché.
Pour bien caractériser la différence (l’évolution) du mot, ceux qui se souviennent des Pensées de Pascal (noterons que) ceux à qui Pascal s’adresse, se sont des libertins. Pour qui connaît un peu Pascal ces libertins là ne sont pas du tout préoccupés par la recherche du plaisir sexuel, mais en effet prennent leurs distances peu à peu avec la foi chrétienne. Dans ce cas là, bien entendu, il s’agit de l’hérésie. En revanche, Théophile que j’évoquais tout à l’heure, lui, au fond, témoigne de l’association des deux dimensions, à la foi de l’hérésie et de la sexualité effrénée qu’on lui reproche. L’un de ses amis, poète lui aussi, était par exemple appelé le prince de Sodome et évidemment il y a quelque chose d’intéressant dans cette notion de sodomie qui est ici explicite, c’est-à-dire d’homosexualité, puisque c’est une double hérésie : une hérésie parce qu’une distance prise avec les dogmes de la foi chrétienne, mais aussi avec la sexualité hétérosexuelle, comme une sorte d’hérésie à l’intérieur même de la pratique de la sexualité.
Pour conclure, il faudrait juste ajouter une dimension supplémentaire, celle qu’on retrouve dans tous les jugements portés sur les libertins au long du XVIIIe, c’est la notion de dérèglement. J’avais pris plaisir dans une édition de romanciers libertins pour la bibliothèque de la Pléiade, de recueillir tous les dictionnaires, depuis le premier jusqu’au dernier du XVIIIe siècle aux articles libertin, libertinage. Et neuf définitions sur dix insistent sur la notion de dérèglement. Je trouve cela extrêmement significatif : le libertin est l’homme déréglé par excellence, et qui par son dérèglement contribue à dérégler à son tour – influence et décompose l’ordre social au nom de ses pratiques.

 


On commence avec la mort de Louis XIV qui met un terme à un monde qui était sclérosé, empêtré dans une religiosité sordide et maladive et qui voit l’apparition de la régence qui marque l’éclatement du libertinage des mœurs…

 

Pour le XVIIIe siècle évidemment - souvenez-vous pour les cinéphiles du film de Bertrand tavernier, Que la fête commence, dans lequel Philippe Noiret incarne le régent Philippe d’Orléans – il y a là, avec Louis XIV qui n’en fini plus de mourir, ou dont on attend impatiemment qu’il meurt, tellement il impose à la cour des contraintes sous l’influence et avec l’assentiment de madame de Maintenon (des contraintes sur les apparences qu’il faut préserver  et respecter) un climat de bigoterie religieuse à la cour de France. Par ailleurs c’est un règne qui souffre beaucoup de la ruine de l’Etat, des guerres, (et) même aux yeux d’un certain nombre  des aristocrates les plus marqués comme Saint-Simon, (…) Louis XIV est un roi qui ne sait pas commander, qui ne sait pas régner ; paradoxalement par rapport à l’image qu’on en a, ce n’est pas un grand roi, c’est un petit roi.
Jean-Raoux.jpgAvec la personnalité de Philipe d’Orléans, avec la Régence, il y a à ce moment là une sorte d’accélération de la société et du mouvement social, opprimé finalement par Louis XIV, et qui retrouve une coïncidence entre l’attente des mœurs, la réalité de la mutation sociale et son expression au quotidien. Un exemple plus récent, encore que se soit peu être pour les plus anciens d’entre nous : pensez à l’Espagne, à la mort de Franco. Ce qu’on a appelé ensuite ce mouvement la movida. Et, au fond, la régence c’est l’équivalent de la movida dans le contexte de l’époque. C’est-à-dire un rattrapage historique. Il faut aller vite dans la recherche des plaisirs, il faut aller vite dans la coïncidence des aspirations d’une société avec sa réalité. Tout cela est favorisé par la personnalité de Philippe d’Orléans, qui est lui-même un grand libertin, qui a été du reste à bonne école, c’est-à-dire à l’école de l’abbé Dubois qui lui a enseigné, dit Saint-Simon lui-même, les principes (de l’exemple ?) libertins, avant de le tourner vers la débauche sexuelle proprement dite. Donc formé à la fois intellectuellement comme ce que l’on appelait les esprits forts, et intéressé très vite par l’abbé Dubois lui-même qui est disons à l’époque son maquereau favori, ou son précepteur maquereau, qui l’introduit auprès des filles du Palais Royal, puisque le Régent est installé dans sa propriété du Palais Royal, implantée au plein cœur de Paris. Donc il y a là un mouvement d’effervescence extraordinaire, de volonté de rattrapage d’une époque qui veut coïncider avec elle-même, qui s’ouvre à des vérités nouvelles, à des aspirations nouvelles. Pensez par exemple que le grand roman de la Régence se sont les Lettres persanes de Montesquieu, qui disent bien elles-mêmes cette critique à la fois d’un certain état social – sur tous les plans : philosophique, politique, religieux, sociologique au fond – et en même temps derrière l’aspiration à la quête du plaisir et à la reconnaissance du plaisir lui-même comme une valeur. Ce qu’il n’était pas jusque là, puisqu’il était condamné par l’Eglise, qui soit ne savait pas qu’en faire, soit le condamnait explicitement.
Le plaisir devient un motif littéraire, un motif philosophique, un motif social dans tous les sens. Au XVIIIe siècle par exemple, là je vais au-delà de la Régence, les chirurgiens vont commencer à s’interroger sur le fait qu’il faille ou non souffrir quand on est malade ou quand on doit être opéré. (…) L’amour au temps des libertins commence par un chapitre intitulé ivresse de la Régence qui explique ce que c’est que ce Régent, (…) ce qu’est le système de la Régence, avec d’une part l’abbé Dubois, le Premier ministre dont on vient de parler, mais aussi le système de Law, l’économiste grand joueur aventurier qui va créer un nouveau système économique et bouleversant ainsi les images nation. C’est-à-dire créant les conditions de cette effervescence qui est aussi politique, avec des changements d’alliances en Europe, avec le retour de la cour qui jusque là était à Versailles et qui s’installe à Paris, puisque Louis XV est trop jeune pour régner. Ce changement est capital, comme une sorte de retour vers la ville, qui peu à peu, au terme du XVIIIe siècle, prendre le pouvoir pour ainsi dire. Il y a trois espaces : Versailles, la ville, la campagne. Et il ne restera plus qu’à la fin du siècle que la ville et la campagne ; la ville ayant, à travers la Révolution française, à travers le pouvoir révolutionnaire occupé tout l’espace politique. Donc la Régence est un moment fondamental dans notre histoire.

casanova---Auguste-Leroux.jpg 


Vitesse ; l’adverbe vite : réflexion sur le mouvement, la voiture, le déplacement à travers le pays. Le transport comme terme polysémique, comme source d’un grand mouvement de liberté.

 

(….) Ce qui m’intéresse dans le Dictionnaire libertin c’est le langage lui-même ; la façon dont tel ou tel mot – et il y a plus de 450 / 500 entrées dans ce dictionnaire – est porteur de sens ; une espèce de fusion qui témoigne de la spécificité d’un imaginaire qui s’exprime - ou que nous pouvons essayer de repérer à travers cette constellation de mots solidaires les uns des autres - à travers le libertinage.
Prenez le mot transport par exemple. C’est un mot extraordinaire, auquel j’ai consacré un petit traité, le Traité du transport amoureux, tellement je trouve ce mot pour nous édifiant. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’abord de l’intensité d’une émotion : nous sommes transportés par l’amour, la haine, le désir, la colère – pensez au théâtre de Racine dont les personnages sont essentiellement transportés. Il arrive même que, corrigeant dans des éditions ultérieures ses premières pièces, Racine supprime le mot transport à plusieurs reprises, tellement il en met partout dans la bouche de tous ses personnages. Pensez à Phèdre : toute la pièce c’est le transport de Phèdre.
Ce transport là c’est l’intensité d’une émotion qui vous enflamme tout à coup. En particulierdico-libertin.jpg lorsque vous pensez à Manon Lescaut : ‘je fus enflammé à la vue de Manon’, dit Des Grieux, ‘enflammé jusqu’au transport’ ; ‘moi qui n’avait pensé jusque là à regarder les filles, ni même songé une seconde à la différence des sexes, comme écrit Prévost, la formule est assez extraordinaire, je fus tout à coup enflammé jusqu’au transport’. Cette émotion transportante  elle va, par exemple, dans le roman de Manon Lescaut croiser l’autre sens du mot transport, c’est-à-dire un déplacement dans l’espace. Si vous vous souvenez du roman, ça ne cesse de bouger, ça ne cesse de transporter en permanence.
(…) Or ce mot transport a aussi un troisième sens, qui est un sens clinique, un sens médical. Pour la médecine on parle très fréquemment de transport : de façon absolue, lorsqu’on dit il est mort d’un transport, ou quand on caractérise plus précisément d’un transport au cerveau. C’est ce qu’on appellerait aujourd’hui un AVC, qui frappe tout à coup à la mort le personnage qui en est saisi.
Vous avez toute une somme de sens différents, mais qui s’expriment à travers le même mot et qui se réalise dans le libertinage à travers naturellement l’intensité du désir – le transport qui émeut les personnages tout à coup enflammé à la vue d’une jolie femme – et c’est aussi le déplacement, et là je pense à Casanova. Il raconte dans ses mémoires le plaisir qu’il prend à faire l’amour en voyage, et à faire l’amour au moment même ou se déplace un carrosse, un fiacre, un coche par exemple. Il va jusqu’à énumérer quatre ou cinq de ce genre d’aventures. Et ce qui est très beau dans ce moment là, c’est que les personnages qui ont pu passer la nuit ensembles, comme Casanova le dit lui-même, poursuivent le transport de leurs caresses en carrosse (…).
Inutile de vous dire que le fin du fin à la fin du siècle, dans les romans libertins, le bonheur absolu est de faire l’amour en ballon (il y a une entrée Montgolfière dans le dictionnaire libertin). (…) Un roman comme Le petit-fils d’Hercule, par exemple, montre un personnage qui, gouverneur du province en Russie, fait venir de la France un certain nombre de ballons, à la fois montgolfière et ballons hydrogène, pour emmener les demoiselles faire un tour en ballon. Vous voyez que l’idée de cette apothéose que représente à la fin du siècle la montgolfière, comme l’apothéose de ce transport que j’évoquais.
Evidemment il arrive des accidents. Il y a un revers au libertinage. J’ai cherché et trouvé, après beaucoup de temps – je vous assure que je savais que cela devait exister – quelqu’un qui est victime d’un transport au cerveau au moment où il fait l’amour à quelqu’un dans un déplacement en carrosse. (…)
Ce qui veut dire qu’en effet le mot transport appelle nécessairement une réflexion, appelle un arrêt. De la même manière que le mot faveur, le mot mouche, le mot vitesse qui prennent un sens tout à fait différent dans la mesure où ils représentent le XVIIIe siècle. Ils en sont la configuration, comme une espèce d’astre verbal dont on essaye de fixer les éléments qu’ils constituent.

 


La société change. Il y a des rapprochements étonnant et la courtisane qui est célèbre à la cour commence à se rapprocher aussi des plus basses couches de la prostitution.

 

Jeanne-Antoinette-Poisson--Marquise-de-Pompadour--painted-a.jpgCe mouvement social est assez extraordinaire. Restent les cadres à la fois de la pensée théologique, de la pensée chrétienne, les cadres de la monarchie absolue, mais on sent bien qu’a l’intérieur ils sont comme rongés, avec des paradoxes étonnants qui sont, par exemple, que Louis XV va réclamer, pour être présenté à la cour, des signes de noblesse – une ancienneté encore plus grande que celle qui existait sous Louis XIV, à un moment où il s’aveugle complément dans les années 1760 sur la généralité du mouvement social des Lumières, et en même temps le même Louis XV prend ses favorites – les favorites royales, officiellement présentées à la cour – dans des milieux que quelqu’un comme Saint-Simon (considère comme) l’horreur absolue. Déjà Saint-Simon considérait la rigidité du temps aristocratique : c’est le temps tel qu’en lui même fixé une fois pour toute sous Louis XIII, et rien ne doit changer. Chaque noble, chaque aristocrate est fixé dans une échelle sociale où chacun a sa place et où le moindre changement, ce qu’exprime Saint-Simon dans ses mémoires, est pour lui une cause de souffrances absolues. C’est le texte de quelqu’un qui souffre en permanence de ce qu’il voit autour de lui. Et à l’inverse, en effet Louis XV est intéressant par les favorites qu’il prend, qu’il présente à la cour dans une sorte de dégradation continue aux yeux des contemporains. D’une part avec Madame de Pompadour, celle qui sera la marquise puis la duchesse de Pompadour, qui appartient au milieu de la grande bourgeoisie des financiers, de la bourgeoisie qui par le pouvoir de la finance occupe de plus en plus de place au sein des ministères, au sein de la société proprement dite, à travers le système bancaire, à travers le prélèvement des impôts, des charges qu’ils achètent et qui aux yeux de Saint-Simon sont uneLes Soeurs de Nesle façon de trahir et de livrer le royaume à la roture. Et donc Madame de Pompadour après avoir pris ses maîtresses parmi la vieille aristocratie dans la famille de Nesle, c’est-à-dire Madame de Nesle, puis successivement les trois sœurs de celle-cilink, ce qui fait dire que Louis XV aime faire l’amour en famille. Et en effet, du reste, il partage son lit deux des sœurs de Nesle. Là il reste dans le milieu aristocratique. Personne ne lui en veut, au contraire, il est bon que le roi prenne des maîtresses officielles, qu’il témoigne d’une vigueur sexuelle, qu’il soit d’une certaine façon le géniteur du royaume, ce qu’il affirmera plus tard au parc aux cerfs. Donc, dans l’étape des amours de Louis XV, tout d’abord le milieu aristocratique, puis la grande bourgeoisie, et enfin le milieu de la prostitution.Madame du Barry est une prostituée dont le mari que lui donnera son maquereau, comme on dit à l’époque, c’est d’ailleurs l’un des plus connu Jean du Barry (et qui) va faire épouser son frère à l’une de ses maîtresses pour qu’elle puisse obtenir un titre de noblesse – une petite noblesse de province, mais noblesse quand même – pour pouvoir être présentée à la cour. Ce mariage aura lieu d’ailleurs à quatre heures du matin dans des conditions semi-clandestines où le mari repartira immédiatement en province après avoir épousé la du Barry, et le mariage est célébré par le père de celle-ci – c’est un ancien moine. Vous voyez le milieu dans lequel se déroule ce mariage pour pouvoir présenter Madame du Barry à la cour. Mais tout le monde sait qu’elle a eu une vie publique en tant que courtisane extrêmement célèbre – c’est une des plus belles femmes de Paris à l’époque -. Le duc de Richelieu, quelques-uns des aristocrates dont je fais le portrait la connaissent très bien pour l’avoir pratiqué à plusieurs reprise, et elle est présentée au roi qu’elle arrive à séduire. Pour les contemporains c’est un déchaînement contre Louis XV à travers cette dégradation de la figure royale dans ses amours. Dans la façon dont l’image du monarque se trouve avilie par la décadence de ses maîtresses successives. Et loin de flatter le peuple, encore faut-il savoir ce que veut dire le peuple, mais bref loin de flatter le peuple qui pourrait se trouver honoré de voir que le roi démocratise la fonction de favorite royale, c’est tout le contraire qui se produit, et bien évidemment des pamphlets orduriers vont se multiplier à partir des années 1760, 1770 et qui vont accabler le roi.
Il y a du mouvement, de l’agitation, sans parler du changement des fortunes, sans parler du rôle que vont jouer le théâtre, les actrices, dans cette contagion des désirs – le mot est en effet très juste – c’est une forme de contagion que condamnent les mémorialistes, que condamnent les aristocrates à la manière de Saint-Simon, en disant qu’un mauvais esprit se répand et que ce mauvais esprit, et l’agent de contamination qui dégrade, par le biais du libertinage, par l’accentuation du rôle pris par les actrices, par les grandes courtisanes très célèbres dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (…). Une espèce de diffusion d’un mauvais esprit, ce serait une nouvelle définition du libertin, après l’être du dérèglement ce serait le mauvais sujet, la mauvaise langue, le mauvais esprit. Cette contamination par le biais de la sexualité, le biais des mœurs sexuelles des aristocrates, qui gagne peu à peu (…) l’ensemble de la société.

 


Les grands seigneurs sont des roués - le terme apparaît sous la Régence – Qu’en est-il du monde des champs et de la campagne ?

 

giacomo-girolamo-casanova-lovers-3227.jpg(…) Ici et là il y a, à la fois, une nostalgie – en particulier dans les villes, les quartiers – d’un monde qui serait figé, d’un monde qui serait rassurant, fondé sur une communauté d’individus qui partagent les mêmes valeurs, qui se connaissent, qui ritualisent les éléments de la vie quotidienne et qui socialement témoignent d’une certaine solidarité. Or cela est remis en cause par l’industrialisation, par les déplacements de la ville et de la campagne, les mouvements de migrations, liés à la recherche d’un travail, et dans les campagnes elles-mêmes liés aux travaux et aux jours comme on disait dans l’antiquité, c’est-à-dire aux moissons, aux récoltes, aux embauches d’individus qui se louent à la Saint Jean par exemple, puis qui vont ensuite quitter la campagne (…)
Dans ce contexte, dans les quartiers ont dénonce au curé les formes de libertinage. Le libertinage à ce moment là n’a plus le sens aristocratique que nous avons tous en tête à travers Les liaisons dangereuses, à travers Valmont, à travers les grands aristocrates historiques. Mais ceux que l’on appelle libertins à ce moment là dans le monde de la police, dans le monde des quartiers, ce sont tous ceux qui mènent une vie déréglée. Par exemple vivre en concubinage c’est être libertin. Pour un enfant, rentrer tard le soir c’est avoir une conduite libertine. Une fille, un enfant qui se dispute avec ses parents, pour réclamer probablement plus d’indépendance, un peu plus de liberté, sont qualifiés de libertins. Quelqu’un qui dilapide l’argent, le salaire familial pour aller au café, pour aller boire – et fréquenter ensuite les prostituées – est qualifié de libertin. (…) On voit le curé de la paroisse écrire au commissaire de police - c’est-à-dire la famille se plaint au curé, qui lui même se plaint au commissaire de police - pour lui demander d’intervenir et éventuellement d’enfermer les fauteurs de troubles.
De la même manière à la campagne, j’évoquais ceux qui se louent, qui traversent au fond une campagne, les errants, les personnages vagabonds, les personnages sans feux ni lieux, sont aussi considérés comme une menace et, souvent, j’évoque un certain nombre de cas dans lesquels ils vont séduire une paysanne, vont devenir le père de l’enfant qu’elle porte et l’obliger, après l’avoir abandonnée à porter plainte, quand elle le peut, et obliger dans certaines circonstances, taxée d’infamie de rejoindre la guilde, de rejoindre le milieu un peu compliqué qui est entrain de se forger de ceux qui trouvent refuge dans l’anonymat des grandes villes pour y fuir l’infamie qui les marquent au village.(…)An+illustration+to+a+1932+French+edition+of+Casanova's+Hist
A la fois la campagne et les villes nourrissent ce terreau de la prostitution parisienne qui devient considérable à la fin du XVIIIe siècle : on compte jusqu’à 80.000 prostituées dans Paris dans les années 1780. C’est dans ce milieu que les grands seigneurs trouvent naturellement et facilement une réserve de filles pour leurs plaisirs, pour leurs soirées, ou pour même les établir en louant leurs services en en faisant des filles entretenues, à tant par mois, avec un logement, et selon les moyens de celui qu’appelle l’entreteneur et sa situation dans l’échelle sociale, soit un appartement loué pour elle, soit des domestiques, cela peut aller jusqu’à avoir un carrosse (c’est la consécration sociale) et de pouvoir quitter l’opéra en entendant le crieur appeler son carrosse devant tout le monde (…).
Au sein même de la prostitution (il y a) ce moment de gloire peut basculer du jour au lendemain dans une déchéance immédiate, pour peu que son entreteneur l’abandonne sans prévenir – le contrat entre eux n’a aucun sens juridique – soit, et c’est un cas de figure que l’on trouve dans toute la littérature libertine, la courtisane en question trompe son entreteneur avec son amant de cœur (…). Elle se retrouve du jour au lendemain dans les ‘caravanes de la galanterie’, le mot est assez joli, tantôt réduite au quignon de pain, tantôt vivant fastueusement lorsqu’elle appartient – ce n’est réservé qu’à quelques-unes – au sommet de la galanterie.

 


Putains, maquerelles et courtisanes. De la marcheuse, des maisons de force et la police

 

1311161-Giacomo Puccini Manon LescautQui dit dérèglement dit, évidemment, l’ordre que ce dérèglement menace. Le XVIIIe siècle a une police conséquente. Sous Louis XV la police, mais aussi les espions, les services d’espionnage du roi de France, aussi bien au département des affaires étrangères, comme l’on dirait aujourd’hui, qu’à l’intérieur de Paris et des grandes villes est extrêmement efficace et développé. (…) on crée un département spécialisé pour la prostitution, département pour le jeu, pour l’homosexualité, etc. Il y a une police vigilante, menaçante qui joue un rôle très important tout au long du siècle. Et cette police est aidée par des mouches – des espions – qui rédigent eux-mêmes des rapports qui sont transmis au commissaire de police, qui lui-même les transmets au lieutenant général de police, qui les transmet à son ministre. L’idée de la mouche est intéressante, le mot lui-même à une fortune au XVIIIe siècle et je renvoie à un autre petit traité : Le traité des mouches secrètes, dans lequel il est question, à la fois, des mouches galantes qu’on pose sur le visage comme un élément du maquillage, mais aussi des espions de police qui bourdonnent dans la ville et qui sont l’un des éléments essentiels de la surveillance de la capitale.
Entre parenthèses, nous évoquions Casanova, c’est un moment étrange de sa vie, le moment de retour à Venise, et là âgé, pendant sept à huit ans il va se faire mouche de police, confidente, c’est-à-dire informateurs des inquisiteurs de Venise. Moment assez curieux, assez triste dans la vie de ce séducteur par ailleurs assez magnifique ; grand amateur de liberté, grand amateur de plaisirs, développant dans chacun de ses plaisirs le goût du sentiment amoureux, et qui devient mouche de police. On connaît des romanciers, comme le chevalier de Mouy, par exemple, très prolixe XVIIIe siècle va, pour des raisons d’argent, se faire lui aussi mouche de police. (…).tartufe_6.jpg
Pour revenir à la prostitution, toutes les maquerelles sont identifiées, les bonnes mamans comme on dit à l’époque, ou la mère abbesse ; de l’abbaye libertine, du couvent qui est évidemment le bordel, toutes sont tenues obligatoirement de tenir un registre de leurs clients, et non seulement de leur identité, la prostituée à laquelle ils ont eu affaire, le tarif que la mère maquerelle a demandée pour ce service, mais aussi les pratiques sexuelles dont ils sont familiers. Par exemple on a des rapports très circonstanciés sur telle ou telle pratique ; l’évêque de Paris à une pratique amusante, assez compliquée dans le dispositif, puisqu’il faut que la maquerelle loue une chambre de l’autre côté de la rue où l’évêque à son appartement, de telle manière qu’au moyen d’un télescope il puisse regarder dans la chambre un couple hétérosexuel entrain de faire l’amour. Donc son plaisir, pour lequel il faut une scénographie assez complexe, c’est celui-ci. Et on a un rapport de police qui explique que ce jour là la mère maquerelle (…), faute d’un homme pour remplir le rôle de l’étalon demande à une fille de prendre sa place, et donc offre un spectacle lesbien à l’évêque. Et nous avons les circonstances dans lesquelles l’évêque à la fin du spectacle se plaint à la mère maquerelle en lui disant, vous avez cru me duper mais j’ai l’œil assez vif pour mesurer que vous avez cherché à me tromper en cette affaire. Et il discute du prix qu’il doit payer, en refusant de régler la somme qui est due parce qu’il y a eu tromperie sur la marchandise.
Encore, cette scénographie est relativement modeste ; ça peut aller à une scénographie beaucoup plus cruelle, beaucoup plus violente, que s’autorisent en particulier les grands seigneurs. (….) Les maîtres du plaisir : ce sont les aristocrates qui eux, par leur rang, par leur puissance financière, leur puissance sociale peuvent aller extrêmement loin et anticiper ce que sera l’imaginaire libertin dansSade---Aline-et-Valcour-copie-1.jpeg l’œuvre de Sade dans la réalité de leur temps. On a beaucoup de témoignages de violences exercées aussi bien à l’égard de la prostituée, qui ne peut guère se défendre, que même de courtisanes un peu plus célèbres, plus élevées dans le rang de la galanterie, qui doivent subir cependant la violence de ces grands seigneurs. On trouve par exemple, dans la Maison de Madame Gourdan qui est une célèbre mère maquerelle de l’époque, le lieu est extrêmement décrit : il y a des éléments de police qui permettent d’identifier le rôle de chacune des pièces ; on peut changer de vêtement, se travestir pour satisfaire le goût du client : ce qui est très recherché à l’époque c’est l’habit de none, l’habit de religieuse, mais aussi l’habit de campagnarde, mais aussi l’habit masculin, pour ce qui est des femmes. (Il y a ) le lieu où on peut feuilleter l’album des beautés du lieu, c’est-à-dire faire son choix à l’aide d’un livre qui présente toutes les caractéristiques des prostituées de la maison ; un lieu ou on peut se restaurer ; un lieu où l’on peut se laver, etc. Et dans une des pièces on trouve ce qu’on appelle le fauteuil de Mr de Fronsac, c’est un fauteuil dans lequel la personne qui s’y assied est immédiatement immobilisée, à la fois les pieds et les bras, pour permettre d’exercer les violences qu’on souhaite. On l’appelle ainsi car le duc de Fronsac, le fils du duc de Richelieu, des aristocrates des plus puissants de l’époque, a été accusé d’avoir utilisé un fauteuil de ce genre pour posséder une jeune fille qui se dérobait à son désir.
A Londres Casanova est moqué par une jeune femme qui le tourne en ridicule. C’est-à-dire qu’elle feint de céder à ses avances pour se retirer au dernier moment, elle s’appelle la Charpillon, et un autre aventurier plus ou moins ami de Casanova lui dit : j’ai un fauteuil dans lequel tu pourrais immobiliser la femme, on peut lui tendre un piège. Et Nue-devant-fauteuil-copie-1.jpgCasanova refuse de se servir de ce fauteuil. Chez Sade, ce fauteuil c’est la moindre des choses. Ce n’est même pas un préliminaire.
L’échelle des violences est grande ; la police est là pour le contrôler, sachant qu’elle-même sait quels personnages elle peut mettre en accusation, et ceux au contraire devant lesquels il vaut mieux se retirer et faire preuve de prudence, en transmettant le rapport au lieutenant de police qui discutera avec son ministre pour savoir s’il y a lieu ou non de procéder à une réprimande quelconque à l’égard du personnage.
Tout cela est assez complexe à cause du jeu des alliances ; à cause de la volonté soit de punir, soit au contraire de libérer pour des raisons au fond politiques. Sade lui-même, dans sa vie personnelle sera victime de poursuites permanentes, alors qu’à l’inverse d’autres personnages, dont nous savons qu’ils ont commis mille fois plus de sévices à l’égard des filles qu’ils ont séduites, vont être, eux, libérés ou ne connaître aucune poursuite. Il y a un système social qui appartient à la monarchie dans lequel les lettres de cachets jouent leur rôle, c’est-à-dire l’absolutisme du pouvoir, et cette espèce de despotisme des familles qu’ils peuvent exercer sur leurs enfants.

 


Des maladies… Du dernier couple royal et des violences d’en bas.

 

Jeanne-Becu-Madame-du-Barry-madame-du-barry-271195-copie-1.jpg(…) La succession des pouvoirs : la Régence, jusqu’en 1723. Ensuite le long règne de Louis XV de 1723 à 1774. Le mariage qui a lieu en 70 du futur Louis XVI, et, enfin, le règne de Louis XVI lui-même avec le rôle que va jouer Marie-Antoinette.
Pour la mort de Louis XV, il y a quelque chose de frappant dans ce corps qui se décompose, non pas de la grande vérole (…) mais de la petite vérole qui était un fléau social très important tout au long du XVIIIe siècle, auquel les grands n’échappaient pas. (…)
Dans le cadre du libertinage, c’est la grande vérole que je prends en charge. (…). Les prostituées sont régulièrement enfermées dans des conditions épouvantables à l’hôpital général à la Salpetrière pour être soignées de force. Déjà la maladie c’est quelque chose, mais les soins c’est encore pire. On perd toute sa santé, pour peu qu’il en restait un peu quand on était contaminé de la vérole, à être soigné au mercure dans des conditions épouvantables de promiscuité, de contagion de toutes sortes de maladies. Ce qui est assez frappant, d’un point de vue symbolique – les contemporains ont bien vu la chose – le corps de Louis XV se dégrade dans les derniers jours à une vitesse extraordinaire, jusqu’à être un corps décomposé, contagieux, puant que les chirurgiens qui ont pourtant le devoir de faire l’autopsie et de retirer en particulier le cœur du roi, ont refusé de faire l’opération. Il y a une scène où le grand maître de cérémonie demande au médecin de pratiquer l’opération (…) et ce dernier se tourne vers lui et lui dit : je vous rappelle Monseigneur que vous êtes chargé d’assister jusqu’au bout à l’opération. Le maître de cérémonie répondit que dans ces conditions on ne fait rien et on enferme le roi dans un double cercueil pour éviter toute contamination. Je rappelle que Louis XIV, son aïeul, quand on pense au roi soleil, avait fini par la gangrène qui rongeait son pied, sa jambe : fallait-il ou non l’amputer ? Le roi a refusé l’amputation. Sachant que Louis XIV dans sa jeunesse était très fier de sa jambe, qu’il avait, dit-il, la plus belle de tout son royaume et qu’il exhibait sur la scène du théâtre – privé évidemment – en dansant sur des musiques de Lully.
Cette corruption du corps royal est intéressante dans la perspective du changement politique qui va survenir et de cette violence des pamphlets qui s’installent, en gros, dans les années 1770. Il reste à Louis XV quelques années de règne encore, alors même qui a pour maîtresse Madame du Barry, alors que le déficit de la cour et du royaume est extraordinaire (…) se met en place une littérature d’une violence qu’on appellerait pornographique aujourd’hui, c’est-à-dire d’une obscénité dans la désignation de la corruption du royaume, avec le roi, les courtisanes, les favorites, les princes qui sont stigmatisés et dénoncés en permanence. Et, au moment ou cette machine, qui devient une machine politique se met en place, Louis XV décède et cède la place à Louis XVI.Marquis-de-Sade-La-Philosophie-dans-le-boudoir--ou-copie-1.jpg
Je pense qu’une des raisons pour laquelle Marie-Antoinette a été à ce point la cible des pamphlets de l’époque, c’est qu’il fallait bien quelqu’un pour occuper la place. Que la machine politico-pornographique libertine, mais dans le sens de la dénonciation du pouvoir corrupteur de la monarchie était mise en place, et cette machine il fallait bien la nourrir. Que ceux qui s’étaient eux-mêmes proclamés comme dénonciateurs publics, réfugiés souvent en Angleterre, à Londres ou aux Pays-bas, de temps en temps en Suisse pour dénoncer par leurs pamphlets la corruption du pouvoir royal, il fallait qu’ils continuent d’alimenter la machine. Il y a, bien sûr, d’autres raisons qui font de Marie-Antoinette la victime toute désignée de cette entreprise – on va épargner au début Louis XVI -, d’abord parce qu’elle est autrichienne (c’est plus que sa nationalité qui est en cause : quand on dit l’autrichienne, c’est qu’elle est, au fond, réellement une espionne au service de l’Autriche. Quand elle vient en France, toute jeune, auprès d’elle, comme compagnon pour l’aider à la découverte de la France, à ses obligations qui sont quand même considérables comme dauphine puis comme reine de France, elle a à ses côtés l’ambassadeur d’Autriche que sa mère a exprès installé à ses côtés. Nous avons la correspondance entre Marie-Thérèse et son ambassadeur, Marie-Thérèse ne cesse de dire à l’ambassadeur qu’il faut qu’il dise à Marie-Antoinette qu’elle fasse tout pour soutenir la politique de l’Empire d’Autriche et que la France soutienne en permanence cette politique). (…) Sans rentrer dans les détails des bons et mauvais côtés de Marie-Antoinette, il est vrai que les choses se précipitent et que cette machine politique en place ne va pas renoncer, sous prétexte que c’est un nouveau roi, que ce roi se réclame d’une certaine forme d’intégrité, veut rompre avec les pratiques de son grand-père : c’est lui qui va abolir la torture, qui va mettre fin au Parc aux cerfs, c’est lui qui va, comme romanciers.jpgun signe d’intégrité morale, renvoyer la du Barry dès le lendemain de la mort de Louis XV (…). Il n’empêche qu’il est débordé à la fois par la situation, et en particulier le déficit économique catastrophique au moment où il hérite du royaume et débordé par son épouse qui ne mesure pas du tout la conséquence de certains de ses gestes, et en particulier des dépenses qui ajoutent au déficit. (…) On va trouver comme surnom à Marie-Antoinette celui de madame déficit. Ce nom est lié à celui de la corruption. Comme s’il y avait un déficit des valeurs, comme s’il y avait un déficit social à cause de la monarchie et qu’il est temps de changer de régime.
Ce n’est pas finalement par hasard, ou par la nature des individus que la monarchie est corrompue, c’est-à-dire à cause de Louis XV, mais par essence. On va basculer petit à petit de la dénonciation du monarque à la dénonciation du régime lui-même. (…) A quoi va s’évertuer la révolution française et la guillotine qui marque le point d’arrêt à tous les transports que j’évoquaient il y a quelques minutes.

 


Du code Napoléon et du divorce.

 

Je dis du code Napoléon que c’est le tombeau du féminisme ; le tombeau des espoirs que pouvait avoir dans sa mutation la révolution menée au nom des femmes. En particulier, et c’est un exemple bien sûr, à l’égard du divorce qui est intéressant dans le rapport d’abord qu’il établi dans le changement de mentalité d’une société, puisqu’à l’origine le mariage est un sacrement, et l’une des grandes clés du XVIIIe siècle, c’est comment on passe d’une société fondée sur la religion vers une société fondée vers l’état civil, et où le mariage n’est plus un sacrement mais un contrat. Dans la différence entre le sacrement et le contrat, pour prendre un exemple, vous avez toute une société qui est entrain de se transformer. Il y a un certain nombre d’épisodes liés à l’histoire du divorce, et au code avec Napoléon, il renforce de façon extraordinaire les droits du mari à l’égard de l’épouse. (…)
En 1792 le divorce est autorisé par la révolution française et on efface complément la condamnation l’homosexualité du code pénal.(…et ) avec cette ouverture vers le XIXe siècle qui, s’appuyant sur la révolution française, n’en est pas moins répressif d’une autre manière. Là il faudrait écrire l’amour au temps du XIXe siècle, l’amour au temps de la bourgeoisie dominante, de bourgeoisie triomphante, et ce n’est pas toujours rose non plus.


Senat-02.jpg

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 19:57

Acheteur compulsif de livres….
(Je n’ose utiliser le mot fatal de consommateur)

 

Montaigne-et-autres.jpg

 

Ou l’on voit ses propres vices comme des vertus !
Pour l’avoir repris dans un billet il y a quelques jours, je devrais pourtant tirer leçon de la sentence : « Vicina sunt vitia virtutibus ». Il n’en est rien.
J’en finirai même par douter de l’effet - si ce n’est rhétorique - des formules…

 

 Montaigne-ouvert.jpgCette maladie dont je suis affligé, belle pathologie penseront certains, consiste ainsi à accumuler plus de livres que l’on peut raisonnablement lire. Mais comment résister à l’appel de l’ouvrage sur lequel on vient d’entendre si magistrale et passionnante conférence, si stimulante émission ?  Oui comment ? A ce nombre déjà considérable de livres s’ajoute autant de conseils de lectures, de livres incontournables, de cadeaux et, lorsque l’on n’a point suivi un cursus littéraire, légions de classiques et d’épopées qui vous tendent avec avidité leurs bras tentaculaires.

 


Et lorsqu’en plus de cet appel (satisfait désormais pour bonne part sur la toile en ce qui me concerne), victime d’un détour insidieux, on se retrouve par mégarde noyé dans une librairie bien garnie, une petite voix ne manque jamais de surgir des limbes les plus reculées de l’esprit, lancinante et cajoleuse, pour immanquablement susurrer que l’achat d’un livre est une chose des plus nobles, et que, de toute manière, ce n’est jamais  là une acquisition inutile : forcément, tôt ou tard, le livre sera lu. Et même si ce n’est point par nous-même, il le sera par nos enfants, nos conjoints, nos amis, qui sais-je encore…. On empile donc avec bonne conscience pleines charrettes de ces monuments du savoir et du plaisir dilettante. Puis on tri, on se donne des priorités, toujours chamboulées par l’arrivée d’autres livres naturellement plus alléchants encore – parce que nouveaux sur notre pile déjà branlante sous un poids considérable. Selon l’humeur ou la fatigue on en commence certains, on en laisse d’autres tomber ; provisoirement pense-t-on parfois avec justesse – j’insiste sur le parfois. Il y en a qui demeurent effleurés, d’autres plus chanceux, lus d’un trait. Il y a les pavés et les courts essais ; les pièces de théâtre et les  romans de mille pages. On surnage dans cet océan comme l’on peut… Et puis, si l’on ne veut pas tout oublier aussitôt fermé le livre il y a, pour les plus remarquables d’entre-eux, ces satanées fiches de lecture à compiler : fastidieuse mais utile entreprise….

 

Lit-du-malade.jpg 

Chez moi, ce mal s’est exacerbé depuis que je me suis rendu compte que me contenter d’inscrire sur une fiche les références de mes projets de lectures (1) n’était point suffisant.
C’est que, dans ma naïveté, je pensais la toile pouvoir remédier inconditionnellement à mes boulimiques tant que fantasques envies de materia prima… Il ne suffisait que de quelques clics… Hélas, il m’a bien un jour fallu admettre, après de longues et infructueuses recherches, qu’il arrive parfois que certains livres puissent ne plus être disponibles du tout ! Ni sur la toile ni ailleurs … Et là, forcément, l’affaire prend le tour d’une obsession… C’est ce livre là que l’on veut lire et pas un autre !


Peut-être que certains se reconnaîtront dans ce portrait. Mais qu’on se rassure, comme le dit le dicton « La meilleure des médecine c’est de ne prendre aucun médicament ».


 

Par jeu, je viens de recenser la liste de mes livres en cours :

 

* Montaigne – Essais : lecture permanenteCe-n-est-pas-du-jack-daniels.jpg
* Pessoa – Le livre de l’intranquillité : je n’en suis qu’au N°113 après une reprise à zéro pour avoir laissé dormir quelques années le livre. Lecture très occasionnelle et par beau temps uniquement.
* Aristote – Ethique à Nicomaque : j’en suis au livre IV – 4 au bout de deux bonnes années – une fiche de lecture détaillée accompagne cette lecture ; je ne sais pas ce qui m’a pris !
* Jean Meslier – Mémoires contre la religion : commencé cet été et mis en attente depuis lors au chapitre II car j’aimerai m’y plonger d’une traite (je vais devoir sans doute reprendre tout à zéro)
* Lucrèce – De la nature (version en prose). Je n’en ai lu pour l’heure que la préface d’Elisabeth de Fontenay. Mon objectif : plaisir de comparer cette version à celle rédigée en vers – et me rafraîchir la mémoire.
* Clément Rosset – L’anti-nature : j’en suis toujours à la page 56 au bout de un an – Beaucoup de mal à m’y replonger. 
* Spinoza : petit livre présentant une collection de textes choisis et commentés : j’en suis à une bonne moitié, mais cette lecture me pèse et m’apparaît scolaire – je n’en retire pas grand chose à vrai dire (mais n’aime pas ne pas aller au bout de mes livres – par principe).
* Jean Lefranc – Comprendre Nietzsche : je suis presque au bout. Cela ne m’aide pas vraiment à mieux comprendre cet auteur si insaisissable, mais j’y apprends des choses intéressantes, c’est l’essentiel.
* Montaigne – Journal de voyages : acheté cet été et pratiquement stoppé aux trois quarts depuis la rentrée (j’ai par contre lu les lettres avec beaucoup d’intérêt). J’ai du mal à m’y remettre (sans doute ce côté répétitif du journal).
* Darwin – Collectif sous direction d’Alain Prochiantz : regroupe les contributions de professeurs au Collège de France. Certaines m’apparaissent intéressantes (à défaut d’être passionnantes) ; d’autres me tombent des yeux. J’en suis presque à moitié. A lire lorsque l’on est en forme.
* Hemingway – Le vieil homme  et la mer (bilingue) : quelques pages par semaine, comme exercice d’anglais.
* Gradus Philosophique – Un livre de ma fille acheté il y a quelques semaines et qui peut se lire auteur par auteur : j’en suis à Augustin (et c’est classé par ordre alphabétique !).
* Les Gallo-Romais – Acheté cet été sur un site périgourdin. Commencé… Tout à fait intéressant.
* La France au Moyen âge – Claude Gauvard. En cours depuis quelques années ; je lis un chapitre par-ci par-là. Fort bien fait et fort bien écrit, mais fini toujours par se retrouver en dessous de la pile sans que je ne me l’explique.
* Maximes de La Rochefoucauld – J’en suis à moitié. Je ne lis qu’un maxime ou deux à la fois, sinon ça ne sert à rien…
* Huxley – Les diables de Loudun – commencé il y a une quinzaine de jours.
* Arne Naess – Vers l’écologie profonde : Livre d’entretien commencé le week-end dernier. Presque fini. J’aime beaucoup ce genre de livre pour se familiariser tant avec la pensée qu’avec la biographie d’un auteur.
* La renaissance (livre d’art) – Acheté cet été et commencé… Lecture reposante.

 

Fiches de lectures à faire :
* Etienne Klein – Discours sur l’origine de l’univers : commencée. Nécessite relecture d’une bonne part de l’ouvrage (à croiser avec une émission récente sur les multivers).
* Jean-Léon Beauvois – Les influences sournoises.

Livre-table.jpg


(1) Je privilégie l’achat à l’emprunt car je suis un invétéré griffonneur-souligneur…

(2) Pour l’anecdocte, le livre était celui de Wendy Brown (professeur de sciences politiques de l'université de Berkeley) : Les habits neufs de la politique mondial. Neolibéralisme et néo-conservatisme.

 

 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Littérature contemporaine
commenter cet article

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact