Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 19:02

axis mundiDans son étude Daniel Dubuisson indique à propos de l’historien des religions roumain Mircea Eliade que son œuvre « admet et revendique l’existence d’une instance transcendante, le Sacré : « … plan surhumain, « transcendant », celui des réalités absolues. » Evidemment indémontrable, cette thèse est acceptée par tous ceux qui croient y trouver une sorte de plaidoyer savant en faveur de leurs convictions métaphysiques… », et c’est sans doute, comme tant d’autres, ce qui m’a alors séduit. Le terrain était à vrai dire propice, avec des lectures du sortir de l’adolescence fleuretant allégrement avec l’ésotérisme le plus conventionnel : Papus, par exemple, et son traité de « Magie pratique ». René Guénon ou encore Etienne Perrot avec « L’aurore occidentale », « Des étoiles et des Pierres », sans oublier, entre autre, « La voie de la transformation ». Ajoutons une tante ayant fait du YiKing son livre d’oracles, plus quelques contacts du coté de la « maçonnerie spéculative », et l’on aura tous les ingrédients propres fabriquer, dans l’athanor d’une raison autodidacte tournée vers les cimes, une sapience à même de produire la quintessence, et de réaliser la « conjunctio oppositorum »… Divagations anodines qui devaient me conduire à fréquenter naturellement les œuvres de Jung et de Mircea Eliade précisément. On ne dira d’ailleurs jamais assez combien les travaux et biographies de ces deux auteurs se répondent et se complètent.

Ainsi, pour en revenir à Eliade, en 1989 j’avalais coup sur coup « Aspects du mythe » et « Le sacré et le profane ». Puis sur ma lancée je lus en 1990 « Mythes, rêves et mystères ». Et enfin en 1992 « Initiation, rites sociétés secrètes ». Pour clôturer ce périple aux « sources du savoir », un peu plus tard je refermais « Méphistophélès et l’androgyne » remplis de ces usuelles tournures Eliadiennes, telles « l’axis mundi », la « régénération périodique du monde », et sa « vrai réalité », ou s’ébroue l’« homo symbolicus ». A noter l’importance du latin pour faire plus savant. Ce fut le dernier livre d’Eliade que j’ouvris. Et ces lectures, si je n’en ai plus aujourd’hui une empreinte profonde, furent à l’époque, je m’en souviens, source d’envolées mystiques, avec un état d’esprit proche de la dévotion : en lisant Eliade et Jung j’avais alors, littéralement, le sentiment de côtoyer des vérités essentielles ; je puisais à la source d’archétypes occultés aux profanes se contentant de suivre la terne voie « exotérique » du commun. Bref j’étais au côté des « initiés » et éprouvais une fascination pour ce qui m’apparaissait comme une science primordiale, où le merveilleux et l’occulte irriguaient un besoin viscéral de spiritualité. Comblé, je m’en suis rendu compte a posteriori, je le fus à peu de frais. Mais avec les ouvrages d’« autorité reconnues » comme références et bréviaires, alors que j’étais pur autodidacte, je sentais la légitimité à mes côtés. MirceaEliade et Jung - Ascona 1952

Rétrospectivement, l’idée que des universitaires se soient laissés abusés tout autant que moi est à la fois rassurante et inquiétante. Autant dire que cette prose pseudo-scientifique, aux relents douteux, dont à l’époque je n’étais nullement conscient, répond à merveille à un besoin enraciné en la plupart d’entre nous. Cela conduit à interroger les processus amenant si aisément à la crédulité ; au renoncement à tout exercice du sens critique au profit d’une croyance aveugle en des « vérités supérieures », dès lors qu’on flatte notre goût de la distinction, ou encore notre sens inné à l’auto-mystification. Au passage, je ne peux ici m’empêcher de songer aux récent et houleux débats sur la psychanalyse…

Au final, le cas de Mircea Eliade se révèle tout a fait symptomatique. Et j’espère que ce mince détour par mes propres égarements de jeunesses illustrera mieux qu’une thèse savante la dangerosité qu’il y a à faire nôtres les élucubrations de ces faiseurs de « vérités » et autres vendeurs « d’absolus » passés, présents et à venir. Et en accord ici avec le dicton qui affirme que « tous les chemins mènent à Rome », je ne doute pas que bien d’autres sentiers biographiques que le mien, conduisent immanquablement aux mêmes ornières.

L’œuvre de Mircea Eliade est un cas d’école à méditer et dont il convient de ruiner la légende. En ce sens le travail de Daniel Dubuisson est exemplaire et à largement diffuser.


Mythologies du Xxe siècle

Dumézil, Lévi-Strauss, Eliade

 

Daniel Dubuisson

Notes de lecture

De petites fiches de lectures sans prétention ; mais utiles pour se remémorer les grandes lignes d’un ouvrage. Recopie de passages et synthèse tout à fait subjective. 


Mircea Eliade (1907 – 1986)

 

Eléments biographiques

 

La période la plus troublante de la vie d’Eliade se situa entre 1932 et 1945. A la fin 1931, Eliade regagna la Roumanie à l’issue d’un long séjour indien. Il enseigna la philosophie et l’histoire des religions à Bucarest. Mais ce sont ses activités de journaliste et de militant fasciste au cours de la même période au sein ou à proximité de la garde de fer, qui ont suscité le plus de controverses. Ces engagements, aussi enthousiastes que radicaux, n’ont commencés à être connus qu’à la fin des années 80, tant avait été grands jusque là le silence, les mensonges ou les falsifications d’Eliade. […] Ces années furent particulièrement noires en Roumanie. Là, une solide tradition culturelle antisémite, l’instabilité politique, une certaine fascination pour l’Allemagne nazie, des sentiments nationalistes exacerbés, la tentation de la dictature, un obscurantisme religieux, favorisèrent, dès 1927, l’apparition d’un mouvement extrémiste, appelé ultérieurement la Garde de fer, qui se distingua aussitôt par son mysticisme macabre et son patriotisme violemment antisémite. Il s’illustra par des meurtres, en 1933 , en 39, puis en 1940-1941, par des pogroms et des massacres. Dans ses Mémoires, alors qu’il s’est agi d’une milice paramilitaire qui a terrorisé, torturé et massacré d’innombrables victimes juives, Eliade déplore simplement, en bas de page, les pogroms de septembre - décembre 1940, mais en les imputant à un destin historique fatal. […]

Pourquoi serait-il de mauvaise méthode d’interroger la mémoire du militant fasciste des années 30 et se demander, parmi d’autres hypothèses possibles, si ses opinions antisémites et exaltées d’alors n’ont pas contribué, et en quelle mesure, à nourrir la pensée de l’historien des religions ? […] Tout approche, qui prétend que la pensée d’Eliade serait le résultat d’une sorte de méditation intemporelle et désincarnée, n’est qu’une mystification et une escroquerie intellectuelles.

L’œuvre d’Eliade admet et revendique l’existence d’une instance transcendante, le Sacré : « … plan surhumain, « transcendant », celui des réalités absolues. » Evidemment indémontrable, cette thèse est acceptée par tous ceux qui croient y trouver une sorte de plaidoyer savant en faveur de leurs convictions métaphysiques… […] Parce qu’elle adopte cette attitude mystique, l’Histoire des religions selon Eliade attire à elle et entraîne avec elle plusieurs graves défauts de méthode. Parmi eux, on citera :

            Choix arbitraires et simplificateurs.

            Indifférence complète aux contextes historiques et ethnographiques.

            Nombreuses généralisations abusives.

            Interprétations Contestables. Symbolique ésotérique

A l’intérieur de l’univers mystique d’Eliade les choses et les êtres ordinaires, concrets, s’effacent (ou se spiritualisent) et cèdent la place à des pseudo-essences. Seuls subsistent alors : la vie, l’âme, la création, la sainteté, l’homme, la connaissance, le temps, l’univers, la sacralité, la réalité, le monde, la présence, l’être, l’au-delà, l’esprit…[…] Chacun d’eux, suivant le cas, c’est-à-dire suivant la seule fantaisie d’Eliade, sera : sacré, divin, intégral, cosmique, surhumain, profond, total, intégral, spirituel, atemporel, absolu, primordial, mystique, religieux…[…] Est laissé au lecteur, avec ce lexique de base, le plaisir d’imaginer lui-même d’amusants pastiches « à la manière de …». Mais qu’il se rassure, ceux-ci sont faciles à composer, n’importe quel substantif pouvant s’associer à n’importe quel épithète. (Ce n’est) au fond qu’un procédé rhétorique assez sommaire : apposer des prédicats mystiques très vagues sur les notions les plus floues afin de produire un effet surprenant, une atmosphère mystérieuse, intemporelle, irréelle.

 

L’ontologie primitive de Mircea Eliade

 

(Chez Eliade) la thèse métaphysique précède toujours la démonstration, réduite pour cela à sa forme la plus expéditive, c’est-à-dire à l’accumulation de témoignages partiels et de rapprochements arbitraires. […] L’intérêt que présente la pensée éliadienne tient à son caractère exemplaire, puisqu’on y trouve un condensé de tous les défauts et de tous les abus propres aux démarches mystiques qui prétendent posséder une valeur scientifique. […] Eliade « ontologise » tout ce qu’il aime (la paysan, la pierre, la mort, le mythe, la sexualité, etc.) ou plagie (l’inconscient, les cérémonies d’initiations, les rites agraires, la mentalité archaïque, etc.) Infidèle et irrespectueux à l’égard de ses débiteurs, ce syncrétisme abuse en même temps de la crédulité ou l’ignorance du lecteur en lui dissimulant l’origine, la nouveauté ou la complexité de leurs thèses. C’est ainsi, par exemple, qu’Eliade associe les noms de Teilhard de Chardin, de Lévi-Strauss et de la revue Planète au nom d’une commune et énigmatique « mythologie de la matière ».

Influence de Rudolph Otto : a publié en 1917, Le sacré. Pour Otto le sacré (ou le numineux) est le nom donné à une puissance, inquiétante et fascinante à la fois […]. Comme Otto Eliade admet que le monde est « saint », que son existence répond à un dessein providentiel dont l’intelligence dépasse les aptitudes ordinaires de la raison humaine. (Cependant) Eliade a infléchi dans un sens très particulier la définition que le théologien Allemand proposait du Sacré. Il y a introduit en effet une dimension naturaliste et vitaliste, inattendue dans un tel contexte. […] Par Eliade, le primitif, l’homme des cultures archaïques est élevé à une dignité extraordinaire. Il est considéré comme le témoin privilégié d’une série d’expériences essentielles, car originelles et fondatrices, qui ont eut le Sacré ou l’Etre pour acteur principal et le monde pour décor. […] Par conséquent (pour Eliade) il est urgent de réhabiliter toutes les religions primitives afin de retrouver le contact avec le Sacré, avec la Réalité ultime. […] Il est tout à fait révélateur qu’Eliade, qui prétend parler « du fait religieux en tant que fait religieux », n’aborde jamais aucune question morale ni éthique. […] Conformément au principe le plus général de tout modèle platonicien, Eliade croit en l’existence d’une césure, définitive et imprescriptible, qui rejette de part et d’autre le sacré et le profane. […] Il va de soi que la thèse eliadienne relative à l’existence d’un inconscient « religieux » permettant à l’homme de remonter, par anamnèse, vers les structures originelles de l’Etre n’est guère plus qu’une proposition poétique. En tout cas, elle n’est guère originale et résulte simplement d’une relecture platonicienne de Freud et de Frazer !

 

Cette notion de « religion cosmique » comme celle de « christianisme cosmique » ne sont ni pertinentes ni fondées sur les faits. Ce sont de pures constructions idéologiques. Il suffit, par exemple, de considérer les cultures préchrétiennes de l’Europe (grecque, romaine, celtique, germanique, etc.) pour constater aussitôt qu’elles ne se réduisent pas à des cultes de fertilité, à des mythes ou à des liturgies naturalistes. (…) En plaçant ces formes de religiosité cosmique sous le double patronage de la Nature et des communautés agraires traditionnelles, Eliade se forgeait une arme tournée à la fois contre les principes moraux et spirituels du judéo-christianisme et contre la plupart des créations intellectuelles de l’Europe moderne (la science, la démocratie, les droits de l’homme, la raison critique) [Placé ici par commodité : tiré de l’addenda I de 2008, intitulé « L’ésotérisme fascisant de Mircea Eliade »]

 

Comment dans ce fatras, dans ce bric-à-brac de superstitions et de croyances irrationnelles (…) a-t-on pu reconnaître une œuvre scientifique digne de notre temps ? Comment son auteur a-t-il pu être reçu et écouté partout ? Comment une telle imposture intellectuelle n’a-t-elle pas été immédiatement dénoncée ? Il serait sans doute injuste de conclure que tous ceux-là, simples lecteurs ou savants universitaires, partageaient l’ensemble de ses convictions et de ses préjugés, et plus équitable de penser que beaucoup, parmi eux, ont été abusés. (…) Montrer au grand jour, par exemple, la « structure platonicienne » de son propre dispositif, laquelle, partout, a toujours ébloui et séduit les esprits mystiques qui, par conviction, besoin ou ressentiment, sont toujours prêts à reconnaître l’existence d’un autre monde, idéalisé, et d’une autre réalité, immatérielle.

 

Métaphysique et politique : Eliade et Heidegger

  Mircea Eliade

Eliade a lu Heidegger.

L’un et l’autre ont traversé les années 30 en se tenant aux cotés d’organisations (nazisme pour l’un, mouvement légionnaire roumain pour l’autre) et courants de pensée qui, quelles que fussent leurs différences et leurs singularités, s’accordaient pour condamner la démocratie, le monde et la science moderne, le progrès (social technique) et le libre travail de la pensée au nom d’une obscure métaphysique de l’Etre, d’un anachronique élitisme aristocratique, d’un mysticisme agraire et archaïsant….

Examen de quelques-unes de leurs conceptions de l’homme qui sont hostiles aux idéaux issus du siècle des lumières : […] Ce schème associe constamment ces trois caractères :

            Césure ontologique et priorité de l’Etre (ou de l’Idée ou de l’Esprit).

            Supériorité spirituelle de l’élite sur la masse populaire.

            Conception pessimiste de l’histoire conçue comme un déclin entraînant une décadence généralisée.

            (D’où la nécessité d’une renovatio, conduite par les meilleurs et visant un retour à l’Origine).

 

(Un philosophe contemporain, évoquant le passage de Heidegger dans les rangs du parti nazi, le qualifiant d’erreur (« tragique », « immense », « monstrueuse »). Et il ajoutait résigné : « Il s’est trompé comme le vieux Platon qui croit encore en Denys, le tyran de Syracuse, pour réaliser sa république, comme Hegel qui identifia l’Esprit du Monde,… à Napoléon ». Mais peut-on sérieusement invoquer l’erreur individuelle, dès lors que l’on a remarqué que tous ces penseurs, auxquels il eût été possible d’associer Eliade, appartiennent à la même tradition intellectuelle, idéaliste et antidémocratique.

 

Avec bel ensemble, de Platon à Heidegger et Eliade, les penseurs de l’Etre se sont toujours rangés aux cotés des régimes totalitaires (de l’oligarchie spartiate au Reich nazi). Au contraire, la plupart des penseurs rationalistes et matérialistes, de Démocrite à Russel, ont été des partisans de la démocratie, simplement peut-être parce que le rationalisme et le matérialisme supposent que l’on accepte le double principe du progrès et de la relativité. (…) Sans doute Eliade préférait-il à la générosité du philosophe d’Abdère, la morgue d’un néoplatonicien, celle de l’auteur des Ennéades par exemple : « [Le sage] comprend qu’il y a deux genres de vies, celle des sages et celle du vulgaire ; celle du sage est dirigée vers les sommets ; celle du vulgaire, celle des hommes de la terre, est elle-même de deux espèces ; l’une a encore un souvenir de la vertu, et elle a quelque part au bien ; mais la foule méprisable n’est qu’une masse de travailleurs manuels destinés à produire les objets nécessaires à la vie des gens vertueux ». (Plotin)

 

Deux astuces rhétoriques sont indispensables aux prétendus connaisseurs des Origines.

La première consiste à affirmer que tout ce qui se rapporte à cette phase fondatrice, à l’Etre ou au Sacré, est quelque chose de mystérieux, d’indicible, voilé au regard et à l’entendement du plus grand nombre. Eliade aurait pu reprendre à Heidegger toutes ces épithètes typiques (geheim (occulte), verdeckt (masqué), verborgen (caché)….), lui qui était convaincu que « … les rythmes cosmiques et les événements historiques camouflent des significations profondes, d’ordre spirituel ».

Seconde astuce : Ces mêmes spécialistes nous apprennent triomphalement qu’ils ne vont pas nous abandonner, pauvres imbéciles que nous sommes, devant la porte du mystère, puisqu’ils possèdent heureusement le pouvoir de dévoiler (cette fameuse alètheia hedeggerienne) cette vérité cachée depuis l’Origine.

 

La reconstruction des religions préhistoriques selon Mircea Eliade

 

Il est préférable de considérer (désormais) l’œuvre d’Eliade comme une très habile fiction pseudo-scientifique.

a)       (il convient de) : Refuser la parti pris métaphysique dont s’inspire Eliade ; parti pris très banal qui consiste à postuler l’existence d’un instinct religieux conçu comme « un élément dans la structure de la conscience » et le Sacré lui-même comme une réalité absolue.

b)       L’attitude d’Eliade ne peut impressionner que des esprits incultes et naïfs qui refusent de voir que cette prétention ne peut guère dépasser le stade de sa propre énonciation. (…) Avec une certaine ironie, on serait tenté de faire remarquer que cette œuvre, comme toutes ses semblables qui prétendent révéler des vérités supérieures et intemporelles, reste tributaire des idées de son époque ! (…) Ainsi les conceptions d’Eliade du Sacré, de l’homo religiosus, des ontologies archaïques, des mythes de réintégration, des sacrifices sanglants et des rituels orgiaques, composent en réalité un tableau fantastique et barbare qui n’est que la traduction « religieuse » de ses obsessions politiques antérieures. (…) On retrouve une célébration de l’autochtonie paysanne, une même hantise de l’histoire (considérée, à l’instar de la science moderne), un rejet catégorique du progrès social, une fascination morbide pour le sexe et la mort, une sacralisation des mondes archaïques ou primitifs, une exaltation de toutes les formes d’élitisme, une affinité étroite avec les traditions ésotériques et un mépris souverain pour l’égalité des droits.

 

L’hypothèse d’Eliade concernant un homme préhistorique « religieux », se heurte à de nombreuses objections que l’on appréciera beaucoup mieux si l’on accepte d’abandonner certains de nos préjugés. (…) Nous répugnons à les imaginer insouciants, athées, matérialistes incrédules, agnostiques ou préoccupés par leur seule existence immédiate. Nous préférons nous les représenter terrorisés par l’effroi, impatients de découvrir, réfugiés au fond de leurs cavernes, les réconforts, encore rudimentaires, de la religion. C’est d’ailleurs au nom de ces mêmes préjugés que nous traduisons en signification « religieuse » (ou magique) les gestes, les objets et les attitudes symboliques des Autres (…) Mais a-t-on suffisamment médité le fait que nous trouverions sans aucun doute ridicule que ces même Autres considèrent comme animées d’une intention religieuse bon nombre de nos activités culturelles (repas collectifs, danses, musique, productions artistiques, soins du corps, pratiques sexuelles, etc.) ? En un mot, l’assimilation : signification symbolique = signification religieuse, est arbitraire, tendancieuse.

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 22:46

  Mythologies

 

Un livre dense et parfois âpre à l’autodidacte que je suis, particulièrement en ce qui concerne les deux premiers auteurs étudiés. Cependant à surmonter quelques difficultés, davantage liées à l’effort à faire pour pénétrer une matière que l’on découvre, qu’à un soucis véritable de compréhension (le livre est fort clairement structuré), on prend plaisir et se passionne à la lecture de ces " Mythologies du Xxe siècle " de Daniel Dubuisson.

 

En ce billet, je n’ai repris que la partie du livre consacrée à la figure de Georges Dumézil, dont j’avoue, qu’hormis le nom, sauf quelques vagues lieux communs, j’aurai bien été incapable d’en dire grand chose. Je livre ici, grosso modo, à quelques arrangements mineurs près, mes notes de lectures, telles que soulignées dans l’ouvrage.

Si je passe sur la partie consacrée à Claude Lévi-Strauss (non pas qu’elle soit inintéressante, mais il m’est apparu plus difficile d’en faire une synthèse), je consacrerai un prochain article à la figure controversée de Mircea Eliade. Cette troisième partie, la plus longue de l’ouvrage de Daniel Dubuisson, et dont la postface indique qu’elle fit polémique lors de la sortie de la première édition en 1993, suscitant nombreuses discussions, m’intéresse particulièrement. Je fus, en effet, admirateur des livres d’Eliade dans les années 1990. Mais chaque chose en son temps.

 

 


 Georges Dumézil (1898 – 1986)

 

 

Biographie

Pour une biographie de Georges Dumézil, je renvoie à celle très complète téléchargeable sur le site suivant :

http://www.georgesdumezil.org/

 

 " Nouvelle mythologie comparée ".

1938 : apparition des premiers fondements de la " nouvelle mythologie comparée ". Le système trifonctionnel repose sur une évidence, le fait indo-européen, associé à deux principes méthodologiques conjoints : le comparatisme et une certaine conception empirique et déductive du structuralisme. (…) Toutes ces études reposent sur cette hypothèse forte, à savoir qu’a existé, il y a environ 6.000 ans et vraisemblablement dans le sud de l’actuelle Russie, un peuplement relativement homogène tant pour la langue, les institutions que pour l’idéologie. Les langues et le un civilisations (celtique, grecque, germanique, latine, slave, hittite, etc.) représentent donc le domaine indo-européen.

Si on le compare au corpus idéal (…) Dumézil n’a finalement bâti son œuvre qu’avec l’appui et les informations de quelques textes majeurs.

A l’origine de la vocation de Dumézil, deux hommes ont sans doute comptés plus que d’autres : Michel Bréal (1832 – 1915) (" école naturalistes) et James Georges Frazer (1854 – 1941). Ce dernier exerça sur Dumézil une influence profonde, qui se situa donc, chronologiquement, entre Bréal et l’Ecole sociologique (fréquentation de l’enseignement de Marcel Mauss (1872 – 1950).

 

Le préjugé primitiviste (" école naturaliste ")

  1. 1) Un homme primitif a existé, dominé par son affectivité et la faiblesse de ses capacités intellectuelles.

  2.  

  3. 2) Ont existé aussi des langues primitives où le sens des mots, se confondait avec celui des racines verbales originelles.
  4.  

  5. 3) A existé un sens premier unique des mythes.
  6.  

  7. 4) A existé une nature première, principe originel et source de toutes les productions symboliques importantes.
  8.  

  9. Dumézil ne fut jamais séduit par les thèses naturalistes. En contrepartie, il subit profondément l’influence de Frazer (avec ses personnages fétiches, le roi, le magicien, le prêtre, le bouc émissaire). The Golden Bough, l’œuvre majeure de Frazer a été publié en 1911-1915. Frazer partageait le préjugé évolutionniste, comme la plupart de ses contemporains (plus on se pour rapprochait des origines, mieux l’on se plaçait pour saisir l’essence des choses, leur vérité primordiale.

Fin de la période Frazerienne de Dumézil Dumézil dans sa bibliothèque

Avec les deux ouvrages qu’il publia en 1934 et en 1935 (Ouranos Varuna et Flamen-brahman). Travaux scrupuleux d’un disciple brillant, empruntant au vieux maître anglais leurs conclusions et leur philosophie générales. Dumézil retrouve à la fois la sanglante victime substitutive, chargée de transmettre rituellement à la nature l’énergie régénératrice détenue par le souverain, et le " bouc émissaire "….

A la fin des années trente, Dumézil s’éloignera du frazerisme facile de ses débuts et rompra même avec lui, définitivement. Contrairement à Frazer, Dumézil travailla toujours dans un cadre précis, linguistiquement unifié, le monde indo-européen. Il n’invoqua jamais non plus une mentalité primitive et universelle, des types immuables d’évolution ni de très schématiques oppositions du type mythe / rite ou magie / religion.

 

Notion d’idéologie

Libérée de l’influence frazerienne, la pensée de Dumézil changea fut dès lors dominée par la notion controversée.

Aux yeux de Dumézil l’organisation sociale tripartie représentait un héritage préhistorique. (…) Il a la conviction qu’une " représentation " ou qu’une " conception " tripartie de la société s’interpose à ses expressions théologiques ou sacerdotales correspondantes. (…) En ce sens, la " représentation " ou la " conception " annoncent la notion d’idéologie.

Pour Durkheim une religion est un fait social. De même, Dumézil, après 1938, n’imagina plus qu’une mythologie, par exemple, fût crée par autre chose qu’une société qui l’avait vue naître. Parmi les thèses avancées par Durkheim dans les formes élémentaires…, la plus radicale, et la plus contestable sans doute, prétend que la religion fonde littéralement la société. Dans la pensée de Dumézil, l’idéologie joue certes un rôle aussi central, mais qui n’est pas du tout comparable. Il n’a pas non plus repris à Durkheim l’idée qu’une définition générale, universelle de la religion fût possible et moins encore indispensable. Il n’usa pas non plus de l’opposition sacré / profane.

 

Années 1950

" La travail avançant, je prenais conscience plus nette des possibilités, mais aussi des limites de la méthode comparative, en particulier ce qui en doit être la règle d’or, à savoir qu’elle permet de reconnaître et d’éclairer des structures de pensée, mais non pas de reconstituer des évènements, de " fabriquer de l’histoire ", ni même de la préhistoire "

" … la structure des trois " fonctions " : par-delà les prêtres, les guerriers et les producteurs, et plus essentielle qu’eux, s’articulent les " fonctions " hiérarchisées de souveraineté magique et juridique, de force physique et principalement guerrière, d’abondance tranquille et féconde "

Etant donné le nombre variable d’éléments (3,4,5 et théoriquement 6) que peut finalement compter un témoignage trifonctionnel, ensuite, les définitions assez lâches attribuées à la première fonction (la souveraineté magico- et juridico-religieuse) ainsi qu’à la troisième (santé, nombre, richesse…) et, enfin, toutes les combinaisons permises, l’exégèse Dumézilienne possède-t-elle toujours les moyens théoriques qui lui permettraient de définir en toute rigueur la référence par rapport à laquelle doivent se situer sa propre démarche et ses propres conclusions ?

Malgré toutes les précautions dont elle s’entoure, la méthode comparative mise au point par Dumézil présente néanmoins un défaut constitutif. Pour qu’une comparaison soit menée, il est indispensable de définir une sorte de norme qui permettra de dire si les termes retenus pour cette comparaison sont pertinents.

L’édifice dumézilien, s’appuie sur au moins deux présupposés contestables. Admettre a priori que le cas indien (védique et post védique) représentait bien la situation préhistorique commune à tous les peuples indo-européens. Admettre ensuite que la nomenclature indienne, élevée à la dignité de référence absolue, désignait effectivement des classes sociales et socioprofessionnelles (prêtres, guerriers, et éleveurs-agriculteurs, et non simplement des ordres, des états ou des statuts très généraux.

Qu’à donc ajouté Dumézil aux formes sommaires de comparatismes ?

  1. 1) Ne pas comparer des faits isolés, séparés et vaguement ressemblants, mais des ensembles articulés et structurés afin de dégager " une série, suffisamment originale, d’éléments soutenant entre eux des relations homologues " (1941)

  2.  

  3. 2) Recourir sans remords à la transgénéricité, puisque le comparatiste " doit se préparer à utiliser les structures homologues à quelque niveau de sa matière qu’elles se présentent (1966)

 


 

Notes éparses

  • * Certains texte indiens, tel le çatapathabrâhmana, n’hésitent pas à proclamer qu’entre les éléments du tiers-état l’aristocratie doit entretenir une certaine discorde afin de garantir le maintien de sa propre prééminence.

  •   

  • * Classifications sociales élaborées, en Inde, à la fin de la période védique. Aux trois termes connus (brâhmana, Kshatriya et vaiçya) s’ajoute en ce cas un quatrième élément, le çûdra (ou serviteur). Il faut bien comprendre ici que la tétrade s’analyse ici en 3+1.  
Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 23:38

 Naissance de la figure

Il est des livres dont jamais on ne se lasse ; et dont après une lecture exhaustive on prend toujours plaisir à revenir y butiner quelques nourritures de premier ordre - quand ce n’est pas juste pour se plonger en la contemplation des moult illustrations qui font bien davantage que servir simplement le texte.

 

La Naissance de la figure de Jean-Paul Demoule, publié chez Hazan en 2007 est de cette sorte. C’est décidément un beau livre. Dans un style direct et captivant l’auteur nous convie à une pérégrination remontant aux temps immémoriaux. Voici quelques lignes de l’avant-propos pour planter partie du décors et susciter l’envie de s’y plonger sans réserves : 

  

Le monde des images humaines n’a que 35 millénaires. Deux thèmes y dominent d’emblée : la femme nue et, surtout, les animaux. La femme nue est représentée pour ses caractères sexuels. Elle n’a pas ou peu de visage. La représentation est déjà symbolique, et l’encadrement symbolique et social de la sexualité une préoccupation visible. La suite de cette histoire d’images se confond avec celle des formes sociales. Il y a environ 11.000 ans apparaissent les premières sociétés agricoles sédentaires, qui débouchent ensuite sur les premières hiérarchies sociales et leurs figures de pouvoir. Ces société déjà inégalitaires évoluent à leur tour rapidement…. "

 

Les magnifiques photographies accompagnant l’ouvrage sont de Erich Lessing (je n’en ai mis aucune dans ce billet, afin de ménager l’envie d’y voir par soi-même – Les quelques illustrations ici proviennent de la toile.

 

Enfin, puisqu’il que ce fut l’écoute de l’émission consacrée à l’archéologie sur France culture, " Le Salon Noir " du 26 décembre 2007 qui me donna l’envie d’acquérir ce bijou je ai mis ci-dessous une transcription fidèle au mieux.

 


 

biface cordiformeL’émergence de l’esthétique…

On peux faire remonter l’esthétique avec les premiers bifaces, qui dès 500.000 ans avant notre ère on une forme qui est inutilement symétrique. (…) Depuis quelque temps on parle de coquillage perforés, qui auraient été retrouvés dans des niveaux anciens, notamment en Afrique du sud, et qui seraient datés de 80.000 ans et qui témoigneraient d’une certaine parure du corps, qu’on va avoir en Europe de manière certaine à l’extrême fin de l’existence de l’homme de Neandertal, il y a 30 ou 40.000 ans où on a des parures qui sont certaines.

       

L’existence des premières représentations humaines (controversées)…

Il y a au moins trois statuettes qui sont régulièrement invoquées comme ayant pu être fabriquées par l’homo Erectus il y a 3 ou 400.000 ans. (…) Cela semble plus des bizarreries de la nature. D’ailleurs les préhistoriens qui les exhibent, disent que oui il y aurait eu une bizarrerie au départ mais elles auraient été retravaillées par l’homme. Cela fait beaucoup penser à ce que Boucher de Pertes avait publié en son temps, et qui avait contribué à le décrédibiliser alors qu’il avait fait des vraies découvertes, mais il collectionnait des morceaux de silex un peu bizarres, il appelait ça des pierres – figures, et il était totalement dans le faux. Ces idées là sont aussi anciennes que la préhistoire.

  

 Ne faut-il pas aussi souligner l’aspect funéraire, premier lieu d’expression d’une forme de symbolisme ?  

Oui, parce qu’on aurait, il y a 300.000 ans en Espagne à Atapuerca dans une doline, trouvé un certains nombres de squelettes d’homo Erectus. Donc d’une part cela serait l’un des premiers cimetières – visiblement les corps ont étés posés les uns après les autres, ce n’est ni un charnier ni un accident – et en plus il y a un magnifique biface, qui n’a pas servi et qui est d’une très belle pierre rouge. Donc on a envie de l’interpréter comme une offrande. Donc déjà un premier rapport à la mort, que les animaux n’ont pas, qui y compris les primates abandonnent leurs morts, un point c’est tout. C’est un premier rapport à la mort qui ne va devenir certain qu’avec les derniers néandertaliens entre 100.000 et 30.000 ans avant notre ère, où là on a réellement des vraies tombes, et même des dépôts : des cornes de bouquetin, des fleurs qu’on a pu mettre en évidence grâce aux pollens. (….) Les morts sont déjà quelque chose pour les vivants. Est-ce que c’est déjà une croyance en l’au-delà, c’est moins sûr ; en tout cas il y a ça.

  

   

D’un coup d’un seul le génie semble surgir. Ce génie qui apporte brusquement la lumière au fond des crânes et des cavernes… Nous voici vers 40.000, 35.000 ans…  

Il y a toujours une espèce de créationnisme rampant dans la vision qu’ont les préhistoriens de l’évolution de l’homme. On a du mal à se faire à l’idée que cela serait très progressif. On a effectivement ces premières formes d’art, avérées vers –35.000 ans avec les premiers homo sapiens sapiens en Europe , et on prétendrait que cela serait tout d’un coup. (…) J’ai plutôt tendance à penser qu’il y a une évolution lente et continue, et de la morphologie humaine, et du psychisme, et qu’on a déjà auparavant des formes de symbolisme avec les bifaces, avec les premières tombes, et que ça continue, d’ailleurs certaines des premières formes d’art reconnues sont encore relativement fugaces.

 

Rhinoceros - Grotte Chauvet   

 

 

Partageons-nous avec ces populations préhistoriques la même notion d’art ?

Non pas du tout. Ce que nous appelons art maintenant, c’est une activité qui est complément séparée du reste. Il y a des marchands, des galeries, des musées d’art. Au contraire dans les populations traditionnelles il n’y a aucune différence. De même qu’il n’y a pas de différence entre le religieux et le laïc. Le monde est habité de puissances, quelques soit les croyances et leurs formes. De même il y a une série des objets qui vont être beaux, que ce soient des objets effectivement à vocation de commerce ou de la vie quotidienne. A l’époque préhistorique on va faire des très beaux harpons qui n’ont d’autre fonction que utilitaire, et c’est seulement à époque récente, avec les premiers états, il y a 3.000 ans, et encore plus avec nos sociétés industrielles modernes, que l’art devient totalement séparé, et que par contre coup le quotidien est moins mis en valeur.

 

Quelle serait la première représentation humaine retrouvée et assurée en Europe ?

Actuellement il y en a deux : la plus ancienne serait la vénus dite de Galgenberg, en Autriche. C’est une plaquette en roche verte qui était un peu découpée. On l’interprète comme féminine parce qu’il y a quelque chose qui évoque un sein. Elle a le bras levé, elle semble danser, mais c’est quand même très frustre ; elle fait a peu près 7-8 cm. L’autre c’est une statuette cette fois en ivoire qui a été trouvée dans le Jura Souabe et qui représenterait une femme – lionne d’a peu près une trentaine de cm. Elle est en très mauvais état. On est aux alentours de 30.000 ans avant notre ère. Et dans le cas de la deuxième découverte, c’est cette association entre femme et sauvagerie qui est relativement intéressante, et qu’on va retrouver de manière indépendante à d’autres moments.

  

 Cela montre déjà une sorte de mythologie assez complexe…

 Ce sont les deux premières représentations humaines, mais dans le Jura Souabe on a également quelques représentations animales. Et ensuite pendant toute la période dite du paléolithique, là où l’homme vit de chasse et cueillette entre 30.000 et 10.000 avant notre ère, ce sont quand même les animaux qui sont majoritairement représentées. Les rares êtres humains sont en général des femmes.

 

 A propos de la représentation des animaux sauvages…

On a longtemps pensé, comme Leroy Gouhan, qu’il y a un couple dominant dans les représentations des grottes, qui est l’opposition du cheval – taureau, ou cheval – bison. Et les animaux dangereux à l’époque de Lascaut, il y a 15.000, 20.000 ans sont minoritaires et rejetées dans les périphéries de la grotte. Or là aussi bien dans le Jura Souabe dans ce qui est représenté, les lionnes, puis sinon des félins des mammouths, que dans la grotte Chauvet, si les dates sont bien exactes, c’est à dire entre 28.000 et 30.000 ans, on a une majorité d’animaux dits dangereux : rhinocéros, félins. Deux tiers de tous les rhinocéros connus peints, gravés en Europe, sont dans la grotte Chauvet.

  

 La grotte au visage, vers 25.000 ans (grotte de Vilhoneur – Charente - découverte en 2005).visage chevelure - Vilhonneur

Oui, il y avait une espèce de curiosité naturelle, une stalactite qui évoquait un visage triangulaire et puis une chevelure tout autour, et ils ont dessinés effectivement des yeux et un nez. C’est une sorte de rencontre entre la nature et la culture qui existe dans d’autres cas, où on a utilisé des mouvements de la paroi pour figurer des animaux. Une fente de la paroi relativement suggestive qui a été peinte en rouge et qui évoque explicitement un sexe féminin. Donc cette relation existait déjà. Mais là, c’est intéressant car c’est un des premiers visages, et il a été fait dans ces circonstances.

 

 

 Le Gravettien (entre 20 et 25.000 ans) est plus connu pour ses vénus aux formes surabondantes  

Oui à partir de 25.000 ans on a ces fameuses vénus dont on connaît plusieurs dizaines, où les traits sexuels sont exacerbés, les seins débordants, les fesses, etc. En revanche le visage est pratiquement absent, à deux exceptions près, et comme Leroy-Gouhan l’avait montré, c’est le même canon esthétique, ce sont les mêmes façons de représenter à l’intérieur d’un losange et une forme centrale qui s’inscrit dans un cercle : c’est la même chose du Périgord jusqu’à l’Ukraine. Il faut se rappeler qu’à cette époque toute la moitié nord de l’Europe est couverte de glace, et ce qui reste est la moitié sud, près de la méditerranée. Donc ça suit le front de glace, et de manière systématique, évoquant des relations de proches en proches, une communauté culturelle sur un territoire extrêmement vaste. Cela implique qu’il existe un code fort, et qu’il ne s’agit pas, comme on l’a souvent proposé, d’hommes qui dans l’obscurité de leur grotte sculptaient les formes de leurs compagnes bien aimées, car elles auraient été bizarres les compagnes en question, et cela ne correspond pas aux squelettes qu’on a trouvés, ou alors que cela serait une espèce de déferlement de la sexualité bestiale à l’état brut, toujours dans l’obscurité des cavernes. C’est au contraire quelque chose de très réglé.

 

   

Ces femmes représentées nues dans un climat glaciaire, tendent à montrer que la sexualité est une question centrale… 

Venus WillendorfL’espèce humaine est la seule où la sexualité puisse être continue. (….) et se trouve confrontée à cette question. Cela signifie que la sexualité est une menace permanente pour la société. Si on regarde les plus anciens textes connus, la sexualité, même si on n’a pas envie de le voir, est centrale. La guerre de Troie commence par une histoire d’adultère. Il est évident que les société humaines avaient à se représenter ça et faire front avec ce problème. Le fait de représenter des femmes, le fait d’avoir ces canons très représentatifs, quelque soit ensuite les formes d’utilisation, les rituels qui les accompagnaient, est une manière de symboliser et d’encadrer la sexualité.   

 

La bestialité des commencements n’est qu’un pur fantasme de préhistorien ?

Oui. C’est au XIXe siècle. C’était l’idée qu’au début c’était des copulations désordonnées au fond des grottes. C’est la représentation qu’on avait. La première statuette féminine trouvée, qui était récente, plutôt d’époque magdalénienne, dans la grotte de Logerie, avait été appelée vénus impudique, parce que elle était nue. Les préhistoriens, qui étaient tous des hommes projetaient leurs propres problèmes sur les hommes préhistoriques.

 

 

 Ne peut-il pas s’agir pour vous des déesses mères représentant des sociétés matriarcales ?

Non, c’est toujours le même fantasme qui remonte. C’est le cas notamment d’un historien des religions allemand, qui avait écrit un livre sur le matriarcat. C’était l’idée qu’au début les femmes avaient le pouvoir, et que c’était des société féminines avec des sexualités un peu incontrôlées. Et puis après, c’étaient devenues des sociétés patriarcales. De manière très curieuse, cela se retrouve dans beaucoup de mythologies du monde, et c’est une justification en fait de la domination masculine de dire : avant c’était les femmes, mais cela se passait tellement mal qu’on a été obligés de prendre le pouvoir. De manière très paradoxale les féministes se sont emparées de ce mythe pour le reprendre selon leur propre vue. (…) On connaît 10.000 types de sociétés humaines, et il n’y en a aucune où les femmes aient le pouvoir.

   

Quant à la dénomination de vénus…

Pour arriver à les assimiler, vu qu’elle étaient d’une nudité très violente, provocatrice, à partir du moment où c’était vénus, un mot latin, c’était mis dans la grille de l’antiquité gréco-romaine qui était l’archéologie noble, celle qu’on apprenait et qu’on voyait au musée du Louvre. Elle devenaient assimilables, mais ce n’était pas indifférent parce qu’elle devenaient des déesses, des sortes de déesses mères des premiers commencements. D’ailleurs si on regarde la plupart des religion, bien sûr il y a des figures féminines, y compris dans le christianisme, mais quand même, c’est toujours des figures masculine qui dominent les panthéon

 

Vous restez fidèle à cette perception sexuée des animaux : cheval, mâle, bison femelle ?  

Oui, je trouve que le travail de Leroy-Gouhan était très rigoureux. Chaque génération veux se positionner par rapport à la précédente en disant le contraire. Ce que montre Leroy-Gouhan est vérifiable. C’est à dire que les associations, les oppositions qu’il a mis en évidence résultent d’un travail statistique rigoureux. Les figurations masculines associées aux chevaux et les figurations féminines associées aux bovidés, on supposer que c’était l’inverse, mais en tout cas il y a une structure d’ensemble qui est distincte de l’interprétation.

 

 La sédentarisation, il y a environ 10.000 ans…L’agriculture, la domestication…  

Cet archéologue français (Jacques Cauvin) a émis l’idée que pour domestiquer les animaux il fallait avoir un changement de regard. Ne plus accepter la nature et être une sorte de parasite, en tuant les animaux et ramassant les plantes, mais vraiment la dominer la contrôler. Pour lui, qui avait une formation de philosophe, il a d’abord fallut qu’il y ait un changement de vision. (…) Je continue à penser que ça n’explique pas forcément quelque chose, ça continue à avoir un aspect révélation brutale, alors qu’il y a des formes de domestication chez le chasseur cueilleur, qui domestique par exemple le chien à partir du loup. Par conte effectivement on voit apparaître les figures de la femme et du taureau – de bêtes sauvages également, vers le néolithique. Et comme l’avait dit Cauvin, dans les grandes religions orientales on a effectivement cette opposition entre une déesse – mère et le principe mâle incarné par un taureau. Ca se met en place là.

   

L’émergence du guerrier…  

A la fin du néolithique on voit apparaître les premières différentiations sociales qui se voient dans les tombes : il y a les tombes et les tombes pauvres. On voit apparaître la guerre, même s’il y a toujours eu de la violence ; il y a des agglomérations qui se fortifient. Peu de temps après, la représentation dominante de la femme disparaît. Il y a une période où il ne se passe pas grand chose entre 2000 et 3000 avant notre ère, et puis on voit tout un système nouveau qui se met en place avec la représentation du guerrier et du pouvoir. (…) Les sociétés inégalitaires de l’âge du bronze et l’âge du fer vont déboucher de manière accélérée au proche orient et sur les premiers états du monde, il y a 5.000 ans (Egypte, Mésopotamie) et en Europe un peu plus tard, à l’âge du fer – 700, en Grèce, en Italie et en Espagne. Et là ce ne sont plus ces simples chefferies mais des états, qui se manifestent dans des nouvelles figures qui affirment à la fois le roi, l’empereur, les dieux, un panthéon très hiérarchisé, et un art d’état.  

    

Char hittite

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 09:55

Je reprends ici le lien de l’Inrap vers l’excellente émission du " Salon noir " sur France culture diffusée le 16 juin dernier. Elle est écoutable en son intégralité. Il y est question de la part de Neandertal en nous :

 

Apparues en Europe il y a 350 000 ans, les populations néandertaliennes se sont étendues jusqu’au Proche-Orient. Là, elles y partagèrent la même culture moustérienne avec des populations de morphologie moderne (Sapiens sapiens), mais déclinèrent avec l’arrivée des Hommes modernes en Europe pour disparaitre il y environ 30 000 ans. Les Néandertaliens eurent un rôle essentiel dans l’histoire de l’humanité. Depuis maintenant des décennies, les chercheurs s’interrogent sur les liens pouvant unir ou non Neandertal et Homme moderne. Svante Pääbo et son équipe du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig (Allemagne), viennent d’y répondre. L’analyse de l'ADN nucléaire issue de trois néandertaliens -datés 38 000 et 44 000 ans- montre que 1 à 4 % du génome humain actuel proviendrait des néandertaliens, preuve d’un brassage génétique, vieux de 80 000 ans "

(texte sur le site de l’Inrap)

salon_noir.png

 


 

neanderthalCourts extraits de l’émission  (réponse de Bruno Moreille, directeur de recherches au CNRS) :

 

 

J’aimerai connaître son nom en latin….

C’est tout le débat d’aujourd’hui, parce que nous pouvons appeler l’homme de Neandertal homo neanderthalensis , dans ce cas là on suppose qu’il ne fait pas partie de notre espèce. Et les résultats dont on va parler permettent de discuter cela fortement. Ou nous pouvons l’appeler homo sapiens neanderthalensis, dans ce cas là il fait partie de notre espèce, et nous sommes tous des homo sapiens sapiens.

 

 Nous aujourd’hui sommes des homo sapiens sapiens  ?

Nous aujourd’hui sommes des homo sapiens sapiens, et il n’y a que des homo sapiens sapiens sur la terre.(…) Si on assimile l’homme moderne à l’homo sapiens uniquement, on va exclure de l’histoire notre lignée toute une partie des fossiles qui pourraient s’appeler homo sapiens archaïques.

 

 On avait fait souvent de Neandertal un perdant de l’humanité ; à l’inverse aujourd’hui la tendance serait à sa valorisation ?

C’est le grand chasseur qui va partir à la conquête de territoires qu’aucune autre population d’hommes préhistoriques n’avaient colonisés avant lui. C’est l’artisan des cultures moustériennes et des premières cultures du paléolithique supérieur. Ca va être en Europe, le premier à inhumer ses morts. C’est un être qui partage avec nous parmi les plus forts symboles qui structurent l’organisation de nos sociétés.

Le cœur du débat entre Neandertal, Sapiens….difference sapiens -neander

 Une partie de la paléo-anthropologique est bâtie en Europe. Et nous avons cette extraordinaire chance d’avoir des vestiges de néandertaliens. (…) On connaît au peu près une quarantaine de squelettes complets de néandertaliens sur la totalité de leur territoire. Onze d’entre eux se situent sur un petit triangle du sud ouest de la France, autour de la colline de Montignac. Un patrimoine paléo-anthropologique unique au monde.

 

 

 Le génome de Neandertal à été comparé à cinq individus modernes : un français, un chinois, un papou, un africain de l’ouest et un africain du sud. Ce qui est très intéressant c’est que les résultats divergent…

Ce sont des histoires qui expliquent la diversité moderne, puisque d’après ces résultats, les néandertaliens partagent avec les européens une partie de la variabilité génétique, ainsi qu’avec les asiatiques et l’échantillon papou, alors que pour les deux individus africains analysés, les résultats sont différents. Ce qui voudrait dire que ces néandertaliens ont échangés des gènes avec les ancêtres des hommes modernes qui vont être les européens et les asiatiques, mais pas les ancêtres des populations africaines.

 

 Donc rien d’étonnant que les Français possèdent entre 1 et 4 % de néandertalien

C’est un résultat qui me fait plaisir, puisque je fais partie de la communauté scientifique des paléo-anthropologues qui ont plutôt écrits que les néandertaliens étaient des homo sapiens (…)

 

 L’hybridation aurait eu lieu il y a environ 80.000 ans au proche orient

Oui. Là c’est un résultat peut être un petit peu plus critiquable. Pourquoi on a proposé cette date de 80.000 an et ce lieu ? C’est simplement parce que nous savons qu’au proche orient, entre moins 100.000 et moins 120.000 nous avons là deux populations d’hommes modernes qui ont été retrouvés dans les gisements (…), et que aux alentours de moins 50.000 ans, moins 60.000 ans, nous avons des néandertaliens sur ce même territoire. Donc on peux penser que si ces groupes humains sont restés sur ces mêmes territoires ils ont pu échanger des gènes auparavant.

 

 Ce qui paraît fondamental aujourd’hui, c’est que le produit de Neandertal et de l’homme moderne, est non seulement possible, mais aussi fertile

(…) Même si ce type de travaux sont très intéressants, nous connaissons très mal la variabilité morphologique de ces premiers hommes modernes, parce que les vestiges sont très rares, et une partie de ces résultats peuvent être interprétés comme étant la conséquence de notre méconnaissance de cette variabilité. Donc restons malgré tout prudents.

 

 Reste la question culturelle : entre ces deux humanités il pourrait exister une même culture

Neandertal et homo sapiens ont partagés, à la fois au paléolithique moyen, au moustérien, la même culture, puisque dans des sites du proche orient quand on fouille des niveaux âgés de 90.000 ans, si on a pas les restes, on ne sait pas qui en a été l’artisan ; ça peut être des néandertaliens ou des hommes modernes. Et nous savons aussi que les néandertaliens ont été les artisans des premières cultures du paléolithique supérieur en Europe de l’ouest (…)

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 17:22

" D’où venons-nous ? "… Quel adolescent ne s’est pas un jour senti saisi de vertige face à l’insondable de cette question hautement philosophiques ? Au cours des temps, de nombreuses réponses furent apportées aussi bien par les religions que par les mythes, ou encore la philosophie. Cependant, en restreignant même l’interrogation, au " pourquoi l’homme ? ", la science demeure muette. C’est que là n’est pas sa vocation. Et si elle abandonne les perplexités métaphysiques à d’autres disciplines, ou aux croyances de toutes sortes, elle a, par contre, des choses à dire sur le " comment ". Un comment toujours provisoire, toujours à questionner à la lueur des plus récentes découvertes dans les disciplines impliquées dans la quête des origines de l’homme… D’ou vient en effet l’homme moderne ? De quelles espèces procède t-il ? Comment a t-il colonisé la Terre, et à quelle époque ? Q’en est-il de notre parenté d’avec les grands singes ? C’est une plongée au cœur de cette fabuleuse odyssée aux origines de l’espèce à laquelle nous invite Pascal Picq dans son ouvrage très didactique " Au commencement était l’homme "(1).

 

 Prehistoire, périodes.

 

Le dernier ancêtre commun :

Un lieu commun a longtemps voulu que " l’homme descende du signe ". A la vérité, il apparaît que la réalité soit plus proche du contraire. Ainsi les grands singes, tels les gorilles et les chimpanzés, formidablement adaptés à la quadrupédie (Knukle walking " marché sur les articulations "), ne doivent pas cette caractéristique à un caractère premier ; il en va de même pour l’homme avec la bipédie. Autrement dit, nous partageons avec les grands singes un ancêtre commun, dont le répertoire locomoteur intègre, dans ses modes locomoteurs, la bipédie.

Aujourd’hui, si on ignore toujours comment a débuté l’histoire évolutive de notre lignée, ce que l’on sait en revanche avec certitude, c’est que ce dernier ancêtre commun (DAC) entre hominidés et panidés, est à chercher en Afrique aux environs de 7 millions d’années. Pour en faire brièvement son portait robot, il faut imaginer une créature d’une stature d’à peu près 1m à 1,2 m pour un poids de 30 à 45 kg, avec un cerveau atteignant 350 à 400 cm3 (1350 cm3 pour l’homme moderne en moyenne).

 

L’Afrique, berceau de l’humanité :

Charles Darwin dans " La Filiation de l’homme en relation avec la sélection sexuelle ", publié en 1871 imaginait le berceau de l’humanité en Afrique. Il fondait son hypothèse sur la proximité de l’homme avec le chimpanzé. La preuve de cette intuition fut trouvée en 1959 en Tanzanie par le couple Louis et Mary Leakey qui découvrirent les plus anciens outils de pierre taillée à coté d’un fossile d’australopithèque.

 

Caractères commun partagés par l’homme et les chimpanzés :

Grande variété des habitats. Régime omnivore. Excellents chasseurs, exploitant de vastes territoires. Forment des communautés mixtes de plusieurs dizaines d’individus. Entretiennent des relations hiérarchiques fondés sur des alliances, et se montrent très hostiles envers leurs voisins. Toutes ces caractéristiques s’accompagnent d’interactions complexes au sein des groupes sociaux. L’usage d’outils et la transmission de divers savoir-faire font partie des stratégies de survie ; Pour ce qui est des capacités mentales : conscience de soi, capacité d’empathie, de mentir, de manipuler, de montrer (culture, éducation), d’afficher ou de camoufler ses intentions, apte à se réconcilier.

 

East Side Story :

Le scénario le plus en vogue pour expliquer nos origines, " l’East Side Story " fut longtemps celui proposé par Yves Coppens en 1981. Il fut ruiné par la découverte de Toumaï par l’équipe de Michel Brunet en 2002.

D’ordre géologique et climatique, cette hypothèse faisait remonter à 8 millions d'années, dans la région de la Rift Valley, la séparation entre les hominidés et les grands singes. Dans cette région, alors géologiquement instable, une faille immense s'effondre du nord au sud, partageant en deux la population de grands singes. Ainsi, à l’est, la sécheresse s'installe et va transformer la forêt en savane. Les grands singes vont s’y retrouver dans un milieu où il faut faire parfois des kilomètres pour trouver de la nourriture. De là découlerait l’émergence de la bipédie, le développement du cerveau, l'apprentissage des outils et la parole.. A l'ouest, au contraire, pas de changement climatique. La végétation demeure luxuriante et la nourriture abondante. Les grands singes qui s’y trouvent n'ont pas besoin d'évoluer.

 

Ancêtres proches du DAC

Orrorin :

Orrorin tugensis, annoncé fin 2000 au Kenya, vieux de quelque 6 millions d’années, par ses caractéristiques se rapproche du DAC. En effet, il ressemble aux panidés par ses caractères dentaires et aux hominidés par ses aptitudes à la bipédie.

 

Toumaï :

Toumaï, découvert en juillet 2001 à 2500 km à l’ouest de la vallée du Rift, et annoncé par l’équipe de Michel Brunet fin 2002, au Tchad, ruine l’East Side Story. Agé de presque 7 millions d’années (2), il est aujourd’hui le plus ancien hominidé connu. Sa capacité crânienne est de l’ordre de 320 à 380 cm3 (équivalente à celle des chimpanzés actuels). Sa face légèrement raccourcie et les dents antérieures le placent sur ou près de lignée des hominidés.

 

Austropithèques :

Avec les australopithèques s’ouvre la première expansion connue de notre lignée entre 4,2 et 2,5 millions d’années. Ce sont des hominidés capables de marcher debout, composés d’un groupe représenté par 5 espèces et qui s’épanouissent en Afrique.

 

L’australopithèque du lac  est le plus ancien australopithèque connu. Ses restes fossiles sont datés respectivement de 4,2 et 3,9 millions d’années. Sa taille était d’environ 1,4 m et 50 kg (mâle) avec un dimorphisme sexuel certainement important.

LucyL’australopithèque de l’Afar  sont connus en Afrique entre 4,1 et 3 millions d’années. 1,35 m et 45 kg pour les mâles et 1,1 m et 30 kg pour les femelles. Son cerveau à un volume compris entre 380 et 430 cm3. Son plus célèbre représentant est Lucy.

 

L’australopithèque d’Afrique du sud connus entre 3,5 et 2,5 millions d’années, ils ont un volume crânien compris entre 450 et 530 cm3 d’une taille et corpulence légèrement plus faible que celle des australopithèques de l’Afar.

L’australopithèque de la rivière des gazelles ont été décrits par l’équipe de Michel Brunet en 1995 et sont datés de 3,5 à 3 millions d’années.

 

L’australopithèque " surprise " d’âge de 2,5 millions d’années, découvert en 1999 en Éthiopie, est le plus récent des australopithèques. Les mâles mesuraient 1,4 m pour 50 kg. Dimorphisme sexuel important.

 

Le grand succès des australopithèques repose sur leurs capacités à exploiter des milieux en mosaïque, notamment grâce à des stratégies sociales et écologiques qui nécessitent de grandes capacités cognitives. Par exemple, afin d’accéder aux partie souterraines des plantes ils employèrent des bâtons à fouir. Ce simple outil assurant le succès des hominidés depuis des millions d’années. Pour ce qui est de la bipédie, la marche de Lucy et de australopithèques en général, diffère de la notre et ne peut se faire que par rotation alternée des hanches.

 

Reste la grande question : lequel de ces australopithèques est non pas à l’origine du genre Homo, mais le plus proche de cette origine ?

 

Les premiers hommes :

La terre connaît des changements climatiques considérables entre 3 et 2,5 millions d’année. On pense que ces changements sont associés à la formation de la calotte polaire arctique qui annonce les âges glaciaires. En Afrique, ils provoquent un assèchement avec pour conséquence une expansion considérable des savanes à graminées. L’évolution des hominidés en subit les conséquences, à commencer par la disparition des australopithèques et l’apparition consécutive des premiers hommes et des paranthropes, deux genres qui cohabitent au sein des savanes arborées et qui accusent des tendances évolutives et adaptatives divergentes (peu manifestes entre 2,5 et 1,5 million d’années, mais s’accentuant au-delà).

 

L’Homo habilis  : découvert en 1964. La tendance actuelle est de distinguer au moins deux espèce : Homo habilis sensus et Homo rudolfensis . Agé de 2,4 à 1,6 millions d’années, les mâles mesuraient 1,3 m pour 40 kg et les femelles 1,15 m pour 30 kg. Son volume cérébral se situe entre 550 et 680 cm3.

 

L’Homo rudolfensis  : est âgé de 2,4 à 1,7 millions d’années. Même taille que : Homo habilis sensus,. Sa capacité crânienne comprise entre 650 et 750 cm3 le place dans le genre Homo alors que le reste du crâne évoque les paranthropes, bien que les détails de l’anatomie soient très différents.

 

Les paranthropes : plusieurs espèces se distinguent : le Parantropus aethiopicus (2,7 à 2,3 millions d’années) ; le Paranthropus boisei (2,4 à 1,2 millions d’années) et le Paranthropus robustus ( 2,2 à 1 million d’années). Aucun d’entre eux n’a un cerveau dépassant les 600 cm3.

 

 Chronologie 

  

Le commencement de la préhistoire & seconde radiation :

Les plus anciens outils taillés et reconnus comme tels apparaissent entre 2,6 et 2,3 millions d’années en Afrique de l’est. Classiquement, la fabrication d’éclats et de tranchoirs marque le premier âge de la pierre, le paléolithique ancien. On l’associe aux premiers hommes chasseurs. En réalité, l’usage d’outils est bien antérieur à l’invention de la pierre taillée, qui n’est probablement pas une invention du genre Homo.

De manière traditionnelle, on a tenté de définir notre genre sur la base de quatre critères : la taille du cerveau, une bipédie dérivée, l’outil et la main, le langage. Aucun des trois premiers critères ne suffit puisque tous les hominidés de la seconde radiation y répondent. Reste le langage. Toutefois cette condition est devenue aujourd’hui, en raison des dernières recherches sur les chimpanzés, nécessaire mais non plus suffisante.

La deuxième radiation connue des hominidés se situe aux alentours de 1,6 millions d’années. Les premiers à disparaître sont les Homo rudolfensis, puis les Homo habilis, certainement en relation avec un refroidissement global intervenant vers 1,7 millions d’années.

  

L’homo ergaster :

Homo-ergasterDécouverts dans les années 1970 au Kenya, les premiers hommes sont d’abord présentés comme des Homo , erectus africains. Cependant, leurs caractères plus graciles et leur ancienneté conduisent à reconnaître une espèce distincte l’Homo ergaster. Son cerveau à une capacité de 700 à 950 cm3 et il émerge entre 2 et 1,8 millions d’années. On pense que la perte de pilosité advient chez lui. En effet, une toison épaisse protège efficacement contre l’ensoleillement, en revanche, elle limite l’évacuation de chaleur produite par l’organisme au cours des déplacements. Or les caractéristiques du squelette locomoteur d’Homo ergaster sont celles d’homme apte à faire de longue marches dans la savane et capable de courir en position verticale.

Classiquement on le fait dériver d’Homo habilis. Or ils ont été contemporains pendant plusieurs de centaines de milliers d’années. Il est donc probable que les origines d’Homo ergaster, et partant du genre Homo au sens strict, ne soient pas en Afrique de l’Est. Quant à sa taille, il était très grand puisqu’il mesurait environ 1,7 m et 70 kg pour les mâle, et 1,55 m et 50 kg pour les femelles.

 

Adaptation culturelle d’Homo ergasterSilex taillé

L’archéologie met en évidence, à cette époque, les premières traces d’habitat (3). Ces hommes sont ainsi capables de construire des campements et, évidemment, de se protéger ; bref de transformer leur environnement. Ce n’est que vers 1,6 millions d’années qu’apparaissent les bifaces et les cultures dites acheuléennes. Les premières traces d’utilisation de feu apparaissent, quant à elles, vers 1,4 millions d’années.

Si le cerveau d’Homo ergaster est absolument plus volumineux que celui des hominidés qui lui sont contemporains, il exige des apports nutritionnels conséquents : actuellement, par exemple, notre cerveau représente 2% de notre masse corporelle mais consomme 20% de l’énergie apportée par l’alimentation.

 

Expansion du genre Homo hors d’Afrique

Tous les témoignages soutiennent une expansion d’Homo ergaster hors d’Afrique entre 2 et 1,5 millions d’années. Les plus vieux fossiles connus Europe datent de 900 à 800 000 ans. Les sites archéologiques les plus anciens remontent à près de 2 millions d’années.

 

Evolution du genre Homo entre 1,8 et 0,7 millions d’années

Cette période s’appelle le pléistocène. Elle est marquée par l’affirmation des cycles glaciaires.

Homo erectus

au sens large regroupe tous les fossiles compris entre 1,8 et 0,3 millions d’années. Ils ont un volumes crânien compris entre 850 et 1100 cm3, avec une taille d’environ 1,65 m et 57 kg pour les mâles pour 1,5 m et 50 kg pour les femelles (dimorphisme sexuel réduit). L’Homo heidelbergensis, âgé de 0,8 à 0,3 millions d’années avait, quant à lui, un volume cérébral compris entre 1000 et 1300 cm3. Il est a noter que le statut des " hommes de Heidelberg " reste incertain. Les fossiles de cette époque marquant la transition entre les Homo erectus au sens large et les hommes plus récents (Néandertaliens et hommes modernes).

La longue période qui commence avec l’émergence d’Homo ergaster jusqu’à l’apparition des hommes modernes, s’inscrit dans un contexte très perturbé (fluctuations climatiques, migrations de bandes très mobiles). L’expansion du genre Homo se réalise dans le cadre du déclin des hominidés. Les seuls survivants de notre famille sont ceux qui se sont affranchis de leur dépendance au monde des arbres. Depuis l’Homo ergaster, l’homme est le seul singe capable de migrer.

 

Neandertal

La lignée européenne des pré-néandertaliensNeandertal

Des hommes arrivent en Europe entre 1,5 et 1 millions d’années et finissent par s’y installer à partir de 700 000 ans. La branche Européenne du genre Homo, sont les pré-néandertaliens (comme ceux de Tautavel) et vont évoluer vers les néandertaliens. Au cours de cette évolution le crâne devient très volumineux avec plus de 1600 cm3.

 

L’homme de Neandertal

Il est attesté de 350 000 à 35000 ou il cohabitait avec Cro-Magnon (partage de la même humanité). Sa taille était de 1,65 m et 90 kg pour les mâles et 1,66 m et 70 kg pour les femelles. Cette masse corporelle importante correspondait à une adaptation pour les climats froids. Son cerveau allait de 1500 à 1750 cm3. Les Néandertaliens apparaissent proprement dits vers 90 000 ans.

 

Culture et expansion géographique

En Europe occidentale, les hommes de Neandertal sont associés au paléolithique moyen, période qui se nomme le moustérien, d’après le site du Moustier en Dordogne.

Les pré-néandertaliens aménagent leur habitat en fonction des ressources disponibles et des avantages naturels des sites. Certains néandertaliens parmi les plus récent utilisèrent des défenses de mammouths pour aménager une grotte (35 000 ans) (4). Quant aux plus anciens foyers structurés, ils apparaissent vers 500 000 ans.

Vers 320 et 220 000 ans, les pré-néandertaliens se retrouvent en Angleterre et au Pays de Galle et les néandertaliens plus récents s’installent en Europe centrale jusqu’en Sibérie. L’âge d’or des néandertaliens s’étiole sous l’effet de l’aggravation des conditions climatiques et l’arrivée d’autres hommes venus de latitudes plus basses.

Quand les hommes du nord (les néandertaliens) rencontrent les hommes du sud (les Homo sapiens) entre 110 et 50 000 ans, ces hommes ses retrouvent en Asie occidentale sans qu’il ne soit possible d’établir des différences culturelles significatives. Cela change vers 40 000 ans avec l’expansion d’autres populations d’Homo sapiens, les Cro-Magnon, qui s’engageant en Europe, terres néandertaliennes, arrivent porteurs de nouvelles cultures et de nouveaux outils. Il y aura des échanges culturels entre ces hommes entre 38 000 et 32 000 ans (Sans nier l’occurrence de conflits, parfois mortels, il a bien fallu des relations plus pacifiques pour expliquer ces transferts culturels.)

 

L’émergence des rites funéraires

Les plus anciennes tombes connues sont celles des proto-Cro-Magnon de Qafzeh et de Skhul, datées de 100 000 ans. Les tombes néandertaliennes sont plus récentes, entre 80 et 40 000 ans.

Dans l’état actuel de nos connaissances, aucun élément ne permet d’instituer une différence culturelle fondamentale entre les Néandertaliens et les proto-Cro-Magnon au cours du moustérien.

 

La fin des hommes du moustérien

Vers 40 000 ans des populations d’hommes modernes, des Cro-Magnon, pénètrent en Europe et investissent l’aire géographique des Néandertaliens. Ils arrivent porteurs de nouvelles technologies associées à la culture dites de l’aurignacien . Ils fabriquent des outils sur lame et travaillent l’os, marquant ainsi le commencement du paléolithique supérieur.

S’opère alors un processus de remplacement, qui s’étale sur des milliers de kilomètres et des milliers d’années, débute en Asie occidentale et s’étend à l’Europe centrale. En Europe occidentale, les populations de Cro-Magnon arrivent selon deux voies de pénétration. L’une longe le nord de la Méditerranée et l’autre passe par l’Europe centrale. Les effets sont désastreux pour les Néandertaliens dont les zones de répartition géographiques se fragmentent. Il s’ensuit une rupture de flux génétique entre elles. Par ailleurs, les capacités culturelles et techniques des Cro-Magnon leur permettent de s’installer plus longtemps dans les mêmes sites. Leur économie favorise à la fois une densité de population sensiblement plus forte et une sédentarité plus ferme. Il suffira ainsi de quelques millénaires pour que ces facteurs sanctionnent l’élimination des derniers Néandertaliens vers 30 000 ans (5).

 

Cro-Magnon

Les hommes anatomiquement modernes apparaissent au début du pléistocène récent (120 000 ans) et les fossiles précurseurs d’Homo sapiens (entre 300 et 120 000 ans) sont appelés Homo sapiens archaïques. Cro-Magnon, quant à lui, occupes toute la Terre depuis plus de 30 000 ans.  Les modalités du peuplement de l’Asie et de l’Australie sont loin d’être élucidées : un crâne trouvé à Bornéo est daté de 40 000 ans environ et en Australie plusieurs squelettes indiquent la présence d’hommes depuis 60 000 ans. Si on sait que Homo sapiens se déplace par cabotage le long des côtes de l’Afrique depuis plus de 110 000 ans, cette présence en Australie signifie que des Homo sapiens ont inventés des moyens de navigation hauturière depuis plus de 60 000 ans. Cela oblige à reconsidérer les voies de migration des hommes que l’on imaginait seulement capables de se déplacer à pied.

Le volume cérébral moyen d’Homo sapiens est de 1350 cm3 (variation entre 1100 et 2000 cm3). Les premiers Homo sapiens sont plus corpulents, plus robustes et plus encéphaliques que leurs représentants actuels.

 

Origines

Les données des différentes disciplines convoquées autour de l’origine de l’homme ne signifient pas que l’espèce Homo sapiens, sortie d’Afrique entre 60 et 40 000 ans, s’est installée au faîte des espèces en raison d’une quelconque supériorité. La terre des hommes a toujours été marquée par la diversité des populations et des cultures. Aucune population ne s’enracine sur une lignée unique. Enfin, il est complètement erroné d’affirmer que les populations migrantes sont plus modernes que celles évoluant plus localement.

 

 Grandes étapes 

  

Naissance de l’art

L’art émerge vers 60 000 ans en Afrique, et l’art dit préhistorique a pour seul motif universel, la main enduite de peinture apposée sur les parois des grottes. Pour le reste, il participe de choix culturels régionaux profondément identitaires. On assiste à l’émergence des ethnies et, au sein de ces ethnies, à l’affirmation de statuts sociaux marqués. (Les peintures de la grotte de Chauvet remontent à 32 000 ans et celles de Lascaux à 17 000 ans).

 


En regard de la remarquable diversité d’espèces présentes entre 7 et 3 millions d’années, on doit constater une sévère régression de leur nombre depuis 2 millions d’années. il y a quelques dizaines de milliers d’années encore, tout le patrimoine génétique de la sous-famille des hominidés était distribué dans de nombreux genres et espèces. Aujourd’hui il ne reste qu’une seule espèce dans un genre unique. Or l’évolution nous apprend que moins le nombre d’espèces est grand, plus cette espèce est fragile. Il suffit que surgissent des modifications du milieu auxquelles elle ne peuvent pas faire face pour qu’elle disparaisse ".

(Marc Groenen, professeur de préhistoire et de philosophie des sciences à l’université Libre de Bruxelles. Interview dans Philosophie magasine de décembre 2009 / janvier 2010)


Notes :

(1) Pascal Picq, Au commencement était l’homme, Odile Jacob mai 2009. J’ai aussi glané quelques précieuses informations, ainsi que les graphiques dans l’excellent site Hominidés.

(2) La dernière datation au béryllium 10, a permis de déterminer que les sédiments fossilifères proches du lieu de la découverte de Toumaï dataient entre 6.9 et 7.2 millions d'années en arrière.

(3) Un cercle de pierres daté de 1,8 millions d’année pourrait représenter ce qui reste des fondations d’une hutte de branchages.

 (4) Arcy-sur-Cure

 (5) Des études récentes montrent des différences génétiques significatives entre les Néandertaliens et les hommes anatomiquement modernes d’il y a plus de 60 000 ans. Un autre argument découle de la longue cohabitation entre Néandertaliens et les Cro-Magnon pendant des milliers d’années au Proche-Orient et en Europe. S’ils avaient pu être interféconds, alors une population aurait absorbée l’autre ou l’on aurait eu des hybrides. Rien de tel.   

   


TOUMAÏ

     

.
.

 

  

 


 Magnifique visite virtuelle des grottes de Lascaux : 

 http://www.lascaux.culture.fr/

 


 

Repost 0
Published by Axel Evigiran - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 08:40

Lumley Henry - La grande histoire...

Le texte qui suit est constitué de courts extraits du chapitre 11, consacré à l'homme de Tautavel, du passionnant livre de Henry de Lumley, que j'avais acheté in situ, « La grande histoire des premiers hommes européens » (Odile Jacob, 2007)













 


En catalan « grotte »se dit caune. La Caune de l'Arago permet de reconstituer l'aspect physique et de connaître le comportement et le mode de vie des hommes qui habitaient l'Europe pendant une grande partie du pléistocène moyen ( de 800 000 à 128 000 ans). [...]

Ainsi les hommes de Tautavel, (qui avaient presque totalement remplacé le charognage) chassaient-ils les grands herbivores pour se procurer leur alimentation carnée et les grands carnivores pour leur fourrure. C'est à cette époque également qu'a émergé la pensée symbolique, comme en témoigne leur canibalisme rituel.


Les différents vestiges humains de Tautavel

Crâne - TautavelPlus d'une centaine de restes humains ont été découverts dans divers niveaux de la Caune de L'Arago. En général fragmentés, ils sont nombreux. […] Il a été retrouvé un crâne daté de 450 000 ans. Ces restes comprennent des fragments crâniens, des mandibules, des dents et des os postcrâniens appatenant à une vingtaine d'individus des deux sexes et d'âges divers.

Ils permettent de reconstituer l'aspect physique des hommes qui vivaient en Europe, au bord de la Méditéranée, il y a 600 000 à 400 000 ans. Leur taille est évaluée à environ 1,65 mètre. Ils étaient robustes et musclés. […]

Le volume de son cerveau était environ 1 100 cm3, bien plus faible que celui des neandertaliens et des hommes modernes. Il se situe dans l'intervalle des variations des Homo erectus.


Conjectures sur les populations préhistoriques de Tautavel

cette population était composée essentiellement d'individus jeunes, dont la durée de vie dépassait rarement 25 à 30 ans en moyenne. La mortalité était importante entre 7 et 9 ans et, à l'âge adulte entre 18 et 25 ans (les activités de chasse quotidienne les exposait à tous les dangers). […] Une vénérable aïeule a atteint, exceptionnellement, l'âge de 40 ans environ.


Une caverne à usage multiple

La Caune de l'Arago se situait au carrefour de plusieurs niches écologiques. C'est pourquoi elle a attiré les hommes préhistoriques pendant 600 000 ans.

Peuples nomades, ils ne l'occupaient pas en permanence (Différents types d'occupation : campements de longue durée, des campements saisonniers, des haltes de chasse et de simples bivouacs). En l'absence de l'homme, les grands carnivores occupaient la grotte, l'ours y venait hiberner, parfois le lion, la panthère, le loup et un canidé asiatique, le cuon.


Du chasseur à la diète alimentaire : un homme soucieux de son équilibre

La fracture intentionnelle des ossements, les encoches de percussion, les traces de dépouillage ou de découpage des viandes : tout cela donne une bonne idée des activités de boucherie […]

Les os longs étaient systématiquement fendus pour en extraire la moelle dont ils étaient particulièrement friand. […]

Pour se procurer les sucres, ils pratiquaient la cueillette […]

Sur aucun des sols d'occupation de la Caune de l'Arago plus anciens que 400 000 ans, on n'a repéré de trace de feu […] EN revanche dans les niveaux du complexe supérieur, entre 400 000 et 100 000 ans, quelques os brûlés ont été dégagés.


Territoire de l'homme de Tautavel

Les territoires de chasse n'excédaient pas 60 km de diamètre.



 

Henry de Lumkey a été l'invité des « Salons noirs » sur France culture le 30 janvier 2008. Le sujet était : " Dans les pas des premiers Européens "
(Cette émission n'est plus actuellement podcastable, mais si quelqu'un souhaite l'obtenir, je puis l'ajouter ici en lien partagé)



Un site à ne pas manquer, exhaustif sur le sujet :
(Site officiel du ministère de la culture)


Tautavel - site officiel

 Lien sur un article consacré au Musée de Tautavel :

Tautavel - Musée 

Lien sur un article consacré à la caune de l'Arago :

Caune de l'Arago -

Repost 0
Published by aevigiran.over-blog.com - dans Ethnologie & Préhistoire
commenter cet article

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact