Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 03:32

A mon retour de vacances, j’ai constaté que la publicité était désormais imposée sur la plateforme Overblog, transformant cet espace en guirlande  commerciale. 

J’ai donc décidé de migrer manuellement sur un autre blogue que j’utilisais jusqu’alors essentiellement pour le partage des œuvres peintes.


Ce nouvel espace porte le nom de « Sous un ciel brouillé » et j’ai commencé à y transférer les billets qui me tenaient le plus à cœur. Cela prendra sans doute encore tout le mois de septembre.

Ici, si le blogue n’évoluera plus, je le laisse néanmoins en état pour que l’ensemble des anciens billets, et surtout les commentaires puissent toujours être consultés (car dans le transfert je ne puis que déplacer les articles, mais pas les commentaires).

 

 

La publication de nouveaux billet sur « Sous un ciel brouillé » reprendra sans doute en octobre après une petite pause.

Published by Axel Evigiran
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 08:48

vasectomie-chez-les-pauvres_imagesia-com_58np_large.jpg

 

Un fermier, qui était exclusivement préoccupé par la rapidité, l’efficacité et la rentabilité de son élevage et castrait ses chevaux en leur écrasant les testicules entre deux briques, répondit à quelqu’un qui lui demandait si ce n’était pas trop douloureux : 

 

« Non, si vous faites attention à vos pouces ».

 

Anecdote rapportée par Mathieu Ricard dans Plaidoyer pour l’altruisme

(p 390)

Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 09:43

nuitdanslaforet.jpg

 

C’était hier soir au théâtre de l’Idéal à Tourcoing, dans une mise en scène d’Eric Castex.

 

Un soliloque d’Azeddine Benamara... Une heure et demie, où, pourtant, l’on ne s’ennui pas une seconde. De maux en mots, tout le tragique de l’existence résumé à fil prêt à se rompre... Juste une chambre pour la nuit, pas même toute la nuit. Camarade ! Ecoutes-moi, s’il te plait... 

Les yeux dans les yeux... Une magnifique performance d’acteur !

 

« Mon projet de mise en scène est proche d’une atmosphère du Bronx. Un film de Jarmusch 

en noir et Blanc » Eric Castex

nuitdanslaforet1.jpg

 

Dans un décors minimaliste, entre poussière et bardage de fer, avec pour toile de fond un mur en béton, l’acteur nous entraine ainsi dans un monde glauque et désespéré ; un monde de pluie et de nuit, sur le pavé. 

Des ruelles à putes, lorsqu’elles deviennent cinglées et s’en vont manger la terre des cimetière jusqu’à en crever, aux piles de ponts mal éclairés et au-dessus de l’eau pour s’aimer rien qu’une fois. Un univers de paillettes, avec les cons d’en haut et leur gueule de tueur, avec la fête obligatoire du vendredi soir, avec cette fille blonde, belle à tomber par terre, fragile et qui passe avec ses petites boucles, juste comme il faut. Ses yeux sont des abimes mais il ne faut pas la suivre ! Elle est passé de l’autre côté... Et si avais chanté, bien sûr on aurait tout accepté. Comment faire autrement ? Et si elle avait posé sa main sur votre genoux que faire, sauf se la couper ? Seulement elle parle. Elle parle au milieu des minets, et  lorsque s’ouvre sa bouche c’est un dégueulis de l’enfer...  

Alors on s’en retourne là où la solitude de l’étranger sans travail se confronte à l’impossibilité à dire les choses... Il y a ceux qui s’amusent, avec rien derrière la tête, ces sales cons... Et puis il y a les autres, ceux que l’on pousse dans le dos d’ici aux forêts du Nicargua, là où des généraux assis mitraillent tout ce qui en sort. Tout ce qui ne ressemble pas à un arbre, tout ce qui ne bouge pas comme une plante est abattu ! Alors ceux du Nicaragua viennent ici tandis qu’on nous pousse là-bas. Mais partout c’est pareil. Du travail il n’y en a pas plus ici qu’ailleurs. Et là-bas, si vous n’êtes pas d’accord, on vous tire dessus... Alors on reste ici et se fait casser la gueule dans le métro par des loubards bien habillés qui vous ont volé votre portefeuille. Sale PD, qu’ils disent ! Et personne ne bouge...  Tout va bien camarade ! On ne bouge pas... 

Rompu, sans un sou on ne bouge pas. C’est ok . Tout va bien camarade... Il y a ce bruit, cette odeur... Personne ne vous regarde. Passe une fille en pleur dans sa chemise de nuit. Derrière, en haut de l’escalier une grosse femme souffle, accrochée à la rambarde. Assis juste à côté, un arabe marmonne bas, il chante  juste pour lui un truc en arabe... Sur le quai d’en face une folle en jaune, extatique fait de grands gestes dans le vide et se met soudain à chanter une connerie d’opéra... Mais quelle voix ! Elle répond à l’instrument d’un type qui doit jouer un peu plus loin pour faire la manche... 

Chacun pour soi, chacun dans son monde... Chacun avec ses problèmes, rien que pour soi.

 

Alors vous prend l’envie de taper ! De taper, et taper encore !.... 

« ... un monde nocturne, peuplé de prostituées de loubards racistes, de violence. ET puis l’amour aussi, trop vite perdu et que l’on cherche à travers la nuit. Tout Koltès se trouve déjà résumé dans cette première œuvre, qui est un grand texte qui raconte la solitude de l’homme moderne dans l’enfer urbain... »  (Texte tiré de l’extrait vidéo)

 

De Koltès je ne savais rien et avions pris les place sans trop savoir où nous mettions les pieds, sous l’incitation de notre fille, ayant cette année un texte de cet auteur à étudier (« Dans la solitude des champs de coton »).

Nous ne regrettons pas cette plongée en terres inconnues.

 

« Un homme, assis à une table de café, tente de retenir par tous les mots qu’il peut trouver, un inconnu qu’il a abordé au coin d’une rue, un soir où il est seul. Il lui parle de son univers : une banlieue où il pleut, où l’on est étranger, où l’on ne travaille plus ; un monde nocturne qu’il traverse, pour fuir, sans se retourner ; il lui parle de tout et de l’amour comme on ne peut jamais en parler, sauf à un inconnu comme celui-là, silencieux, immobile » 

Bernard Marie Koltès

DSC011121-300x168.jpg


Dossier sur la pièce

Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 14:41

2010 07 - Oiseaux - Vigur - Sterne arctique 01

 

Billet transféré (cliquer sur la photographie de sterne pour y acceder)

Published by Axel Evigiran - dans Ornithologie
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:28

Acropole

La démocratie athénienne à l'époque de Démosthène

Mogens H.Hansen

Partie II

 


Lien vers la partie I

 


Le peuple d’Athènes 


La population d’Athènes 

Les trois groupes

Les citoyens, les résidents étrangers (appelés métèques) et les esclaves. 

Les citoyens constituaient l’ordre privilégié : la loi leur donnait le monopole de la propriété foncière et le pouvoir politique ; les métèques étaient un ordre moins privilégié : des gens libres, s’adonnant principalement à l’artisanat, au commerce et aux services ; les esclaves constituaient un ordre déshérité, que la loi protégeait seulement en ceci qu’on ne pouvait les tuer impunément. 


Ce serait une erreur que de traiter les esclaves comme une classe unique, vu qu’un petit nombre d’entre eux appartenaient à la classe exploitante, alors que celle des exploités incluait, outre bien sûr la majeure partie des esclaves, un nombre non négligeable de citoyens et de métèques ; ce serait une autre erreur que d’identifier la classe exploitante avec les citoyens, vu que nombre de citoyens étaient des ‘non possédants’ et que cette classe incluait aussi pas mal de métèques et quelques esclaves. 


Métèques et esclaves vivaient parmi les citoyens de la cité, mais l’Etat était exclusivement une communauté de citoyens, et de citoyens mâles. 


Des citoyens divisés selon leur âge

S’il n’y avait pas de division censitaire, une autre demeura toujours : celle des âges : un athénien arrivait à l’âge de la citoyenneté à 18 ans. (…) Mais au IVe siècle, il n’acquérait ses droits politiques qu’à 20 ans.

Etre juré au Tribunal du Peuple, législateur, magistrat était réservé aux citoyens de plus de 30 ans. Pour certaines magistratures, il fallait même atteindre l’âge de 40 ans.

On doit aussi se rappeler que la cour de justice la plus révérée à Athènes était l’Aréopage, qui comptait environ 150 membres, aucun n’ayant moins de 31 ans. 

La raison de cette limite d’âge n’est nulle part expressément donnée, mais on rencontre partout dans la littérature grecque l’idée que la sagesse et l’expérience viennent avec l’âge.


Quelques chiffres pour le Ive siècle

Nous devons supposer un corps de citoyens adultes d’au moins 30.000, et non 20.000. Et le nombre de 30.000 s’accorde bien avec le recensement, fait entre 317 et 307, des citoyens mâles et des métèques vivant en attique, lequel révéla 21.000 athéniens et 10.000 métèques.

La population civile de 30.000 adultes mâles correspond à une population civile totale d’environ 100.000 personnes. 

Esclaves : il peut y avoir eu plus de 150.000 esclaves en Attique à certaines périodes, mais on ne saurait aller plus loin. 

Si on réunit toutes ces estimations, on peut conclure que les 30.000 citoyens adultes mâles ne représentaient pas plus que le dixième de la population de l’attique. 


Nuit-athenienne.jpg

 

Les citoyens, leurs droits et leurs devoirs

L’acquisition de la citoyenneté

On acquérait la citoyenneté athénienne soit par la naissance, soit par naturalisation (…) La citoyenneté par naturalisation était un privilège convoité, que l’on n’accordait par grande faveur qu’à de rares métèques. 


Les droits du citoyen

La citoyenneté comporta des avantages financiers dès que les athéniens commencèrent à être payés pour exercer leurs droits politiques. Pour chaque jour ouvré, il était versé un misthos. (…)

Ils avaient aussi une sorte de sécurité sociale (…)

Le meurtre d’un citoyen était un crime plus grave que celui d’un métèque ou d’un esclave. La peine prévue pour l’homicide volontaire était la mort si la victime était un citoyen athénien, le bannissement à vie pour un métèque et seulement une amende pour un esclave.


Les devoirs du citoyen

Deux obligations : payer ses impôts et faire son service militaire.

Le seul impôt direct était une taxe sur la fortune ; mais elle ne frappait les citoyens qu’au dessus d’un certain seuil. 


Acropole-jour.jpg

 

Géographie politique de l’Attique

Les dèmes

Un dème était originellement une communauté locale dont les membres étaient tous citoyens vivant au voisinage de l’endroit où se tenait l’assemblée du dème. (…) Les plus petits dèmes ne comptaient pas plus d’une cinquantaine d’adultes mâles, tandis qu’Acharnes devait en avoir entre 1000 et 1500.(…)

L’Etat athénien reposait sur la base que constituaient les 139 dèmes. Chacun avait à sa tête un dèmarchos, soit tiré au sort, soit élu chaque année à l’assemblée du dème. 


Les circonscriptions et tribus

Les circonscriptions (trittyes) n’ont jamais eu une grande importance en tant qu’organe de gouvernement. (…)  Sous Clisthène chaque tribu était constituée de 3 circonscriptions. (…) Les tribus furent nommées d’après les héros d’Athènes, et les membres de chaque tribu étaient unis par le culte de leur héros. 

Une tribu était présidée par 3 épimélètai tès phylès (présidents de tribus), chacun étant choisi dans une circonscription différente. 


Les classes censitaires

Les citoyens d’Athènes du Ive siècle étaient encore divisés entre les 4 classes soloniennes – pentacosiomédimmes, hippeis, zeugites et thètes. (…) Autant qu’on sache, les classes étaient à cette époque fondées en réalité sur la fortune. (...)

Les classes soloniennes n’avaient plus guère de signification pratique pour l’exercice d’une charge et les athéniens avaient mis en application l’idéal démocratique qui donnait à tout citoyen la possibilité d’être magistrat.  


Acropole---detail.jpg

 

Les divisions sociales selon la fortune des citoyens

Il y avait entre citoyens une autre division économique que solonienne : elle séparait ceux qui étaient taxés sur la fortune ou remplissaient des obligations publiques comportant des dépenses – on les appelait liturgies – ou les deux à la fois, de ceux qui étaient exempts de toutes ces charges.


Liturgies

Il y avait en gros deux sortes de liturgies : pour les fêtes, et pour la flotte. Quant à la première, le riche personnage devait prendre à sa charge les dépenses nécessaires à l’une des grandes fêtes de la cité et participer à son organisation. (…) Pour la seconde, notre riche contribuable devait commander et entretenir (partiellement à ses frais) un navire de la flotte.


L’eisphora

La taxe sur le patrimoine était à l’origine une taxe extraordinaire levée pour financer la guerre et décrétée par l’Assemblée ; mais à partir de 347/6, elle devint un impôt régulier, annuel : elle était payée par les citoyens comme les métèques, mais seulement par les gens aisés. (…)

La « haute société » de l’Athènes du Ive siècle était un groupe constitué de 1000 ou 1200 citoyens riches, dont le cœur était constitué des 300 plus riches. 


Acropole---cariatides.jpg

 

Esclaves et métèques

Métèques

Métèque : une personne libre mais qui avait quitté sa propre cité pour vivre dans une autre cité-Etat sans y avoir les droits des citoyens. (…)

Nous ne savons pas combien de temps un étranger pouvait rester à Athènes avant d’être obligé d’endosser le statut de métèque (par comparaison à d’autres cité : un mois sans doute).

Chaque métèque devait se choisir un citoyen athénien pour garant et, peut-être pour patron, et s’il y manquait il pouvait être inculpé (…) et encourait la confiscation de ses biens et risquait d’être vendu en esclavage (…) On peut penser que c’était pour les athéniens une bonne façon d’être sûrs que les étrangers se feraient spontanément enregistrer s’ils demeuraient au-delà du délai fixé.  

Les métèques avaient peu de droits et beaucoup d’obligations ; ils n’avaient aucun droit politique, ne prenaient aucune part aux distributions et autres avantages économiques consentis aux citoyens. Ils ne pouvaient posséder ni terre ni maison en Attique. Un mariage entre un(e) métèque et un(e) athénien(ne) était nul et la cohabitation d’un métèque avec une athénienne était réprimée plus sévèrement que celle d’un athénien avec une métèque. De la même façon, l’homicide volontaire était moins sévèrement puni si la victime était métèque, et les métèques pouvaient avoir à témoigner sous la torture. Ils étaient redevable du service militaire et d’impôts. (…)

Les métèques à Athènes se répartissaient en deux groupes : d’un côté les étrangers nés libres, installés à Athènes comme artisans ou commerçants, ou comme réfugiés politiques ; d’autre part, les esclaves affranchis, devenus métèques avec pour patron leur ancien maître. 


Les esclaves

Les esclaves étaient souvent appelés doulos.

Un esclave était une propriété (mobilière) tout comme les animaux, les outils, l’argent, la terre, etc. (…)

L’esclave était à la merci de son maître, et il n’y avait que deux limites. D’abord le maître ne pouvait le mettre à mort : cependant la peine encourue était généralement une amende. C’était surtout le meurtre de l’esclave d’un autre qui donnait matière à procès. (…) Pour le reste le droit de punir ses esclaves était illimité : les fugitifs, s’ils étaient repris, étaient marqués au fer (…) La seconde limite aux droits du propriétaire était qu’un esclave pouvait chercher asile au sanctuaire des Erinyes ou dans celui de Thésée, et pouvait demander à être vendu à un autre maître. (…)

Tant socialement qu’économiquement, il y avait un gouffre entre les milliers d’esclaves qui travaillaient dans les mines du Laurion dans les conditions les plus effroyables qu’on puisse imaginer, parfois enchaînés, et la minorité d’esclaves privilégiés qui pouvaient être banquiers, contremaîtres dans un atelier, avec d’autres esclaves sous leurs ordres, ou régisseurs des biens de leur maître. 


Athenes.jpg

 

L’Assemblée du Peuple

Son organisation

A l’Assemblée (ekklèsia) se réunissait le peuple d’Athènes (dèmos)

Quand un démocrate athénien disait « dèmos », il voulait dire l’ensemble des citoyens ; les détracteurs de la démocratie, en revanche, avaient tendance à voir dans le « dèmos » les « gens ordinaires », par opposition aux classes possédantes. (…)

Il n’est pas douteux que les gens de la ville et des faubourgs dominaient les réunions de l’Assemblée et que la représentation des ruraux n’équivalait pas leur proportion réelle de la population civique.


L’admission à l’Assemblée

Seuls les citoyens adultes mâles avaient le droit de prendre part aux réunions de l’Assemblée ; il était nécessaire d’avoir été porté sur le registre de l’Assemblée de l’un des 139 dèmes, ce qui, au moins après 338 n’était possible que passé 20 ans. Etaient exclus non seulement les femmes, les métèques et les esclaves, mais aussi les citoyens déchus de leurs droits. 


Le nombre de participants

De nombreuses décisions spéciales de l’Assemblée requéraient, pour être ratifiées, un quorum de 6000 citoyens, votant avec des jetons et non à main levée. (…)

Les athéniens introduisirent le paiement pour la présence à l’Assemblée. Aristote dit que ç’avait été décidé parce que les années qui suivirent le guerre du Péloponnèse il était difficile d’atteindre le quorum des 6000 votants. (…) Ainsi donc, après l’installation du salaire, le lieu était normalement plein et il y avait au moins 6000 citoyens présents. Les 6000 premiers arrivés étaient probablement les seuls à être payés.


Le nombre des réunions

Aristote distingue entre deux types de réunions : l’ekklèsia kyria, tenue une fois par prytanie, soit dix fois l’an ; et l’ekklèsia simple, 3 fois par prytanie, soit 30 fois l’an. Leur nombre a changé plusieurs fois mais (…) il y eut un temps où les athéniens n’avaient que 10 réunions annuelles fixes (c’était probablement le système qui prévalait encore au moment de la Guerre du Péloponnèse). 

Mais vers 335 on peut tabler sur 30 réunions par an (Aristote, dans les années 330, en dénombre 40). 


Les jours de réunion 

Les athéniens utilisaient deux calendriers différents : l’un que les historiens appellent « calendrier sacré » et dans lequel l’année se divisait en 12 mois de 29 ou 30 jours (d’une nouvelle lune à l’autre) ; l’autre qu’on appelle de nos jours « bouleutique » ou « prytanique », dans lequel l’année compte 10 prytanies de 36 (prytanies 1 à 4) ou 35 jours (prytanies 5 à 10).

Puisque l’Assemblée était convoquée par prytanes du Conseil, elles obéissaient naturellement au calendrier bouleutique. 


Durée des séances 

Une réunion de l’Assemblée ne pouvait pas excéder la journée. Elle commençait au point du jour ; pour finir à quelle heure ? Si l’on se souvient que les athéniens étaient célèbres pour leur propension à ergoter et que chacun des 6000 participants était habilité à le faire, il n’est pas difficile d’imaginer que cela pouvait durer toute la journée, de l’aube jusqu’au crépuscule. (…)

En fait, on peut raisonnablement conjecturer qu’une réunion ordinaire de l’Assemblée ne durait guère plus de quelques heures et se terminait vers midi. Il est vrai que les gens apportaient leur pain et leur vin sur la Pnyx .


Préparation de l’Assemblée au Conseil des 500

L’Assemblée ne pouvait débattre et voter que sur les questions mises à l’ordre du jour par les prytanes, lesquels ne pouvaient le faire sans que le Conseil ait préalablement voté un décret préliminaire. (…)

Nos sources reflètent certainement la réalité, et témoignent qu’à Athènes la politique était réellement décidée à l’Assemblée plutôt que par le Conseil. 


Les présidents

Au Ve siècle, les séances de l’Assemblée étaient présidées par les prytanes, et en particulier par leur président. A une date située entre 403 et 378, la présidence passa à un bureau de 9 proédroi, parmi lesquels était choisi le président en titre. Cette réforme visait peut-être à prévenir la corruption : il était choisi au coucher du soleil pour une nuit et un jour, tandis que les proèdres furent tirés au sort le matin, juste avant la séance. 


Colonnes.jpg

 

Les débats

Ouverture de séance

L’ordre du jour était affiché 4 jours à l’avance ; (…)

Une fois les citoyens installés dans l’auditorium, on commençait par un sacrifice : un cochon était abattu. Puis le héraut prononçait une prière et une malédiction contre tout orateur qui tenterait de dévoyer le peuple.

Après les cérémonies d’ouverture et mise en délibération du premier point de l’ordre du jour, le crieur posait la question : qui veut prendre la parole ?


Les discours

Dans une assemblée de 6000 personnes, le débat prenait nécessairement la forme d’une succession de discours diversement longs. 

Il est difficile de croire qu’un orateur ait pu lire un discours in extenso et sans changer un mot : il avait probablement un canevas à la main. (…)

Le discours à l’Assemblée devint pour longtemps l’un des 3 genres rhétorique avec l’éloquence du barreau et le discours d’apparat. (…) La division classique des discours en 4 parties est directement héritée de la rhétorique grecque : préambule, narration, argumentation et péroraison. (…) le propos ultime était de convaincre le peuple et obtenir le plus de votes possibles. 


Les orateurs

L’immense majorité des 6000 présent se contentaient d’écouter et de voter ; seule une infime minorité se mettait en avant pour faire les discours ou proposer une motion au vote. C’est cette minorité que les historiens appellent de nos jours « politiciens » (…)

Un orateur soupçonné de corruption ou de fraude pouvait être dénoncé (…)

Pour prononcer un discours à l’Assemblée, il fallait de l’éloquence et une certaine formation rhétorique, ce que tout le monde ne possédait pas. C’est pourquoi le débat était dominé par un petit groupe d’orateurs (semi) professionnels dont une partie s’était formée auprès des sophistes. (…) L’orateur idéal était l’homme capable de parler clair et net, d’un cœur honnête, sans détour et sans se faire trop souvent entendre : les orateurs du Ive siècle se sont plus à louer cet idéal ; ils l’ont fait avec une dextérité qui trahit leur professionnalisme. Le rhètor idéal était un amateur : les athéniens disaient idiôtès, « une personne privée ». dans une réunion de l’Assemblée, il y avait, disons quelques centaines de rhètorés potentiels ; mais de rhètorés au sens politiques, il ne peut guère y en avoir jamais eu plus d’une vingtaine à la fois. 


Les rédacteurs de motions

Il y avait un ensemble nettement plus nombreux de citoyens ordinaires et de membres du Conseil qui prenaient occasionnellement la parole et point trop rarement prenaient sur eux de proposer une motion. 


L’auditoire

La communication était à sens unique, de l’orateur vers l’auditoire : selon la lettre de la loi, il ne devait y avoir aucune communication en sens inverse, en dehors du vote même, ni d’orateur à orateur. (…) Après avoir entendu les orateurs, les membres de l’Assemblée votaient pour ou contre la motion sans discuter.

En pratique, l’auditoire interrompait le bon déroulement de la séance par ses applaudissements, ses protestations, ou ses rires ; il pouvait même arriver à l’orateur d’être sifflé. Les interruptions étaient souvent impromptues ; elles consistaient parfois en questions ou en objections émises par un citoyen isolé ou par un petit groupe et même un dialogue pouvait s’instaurer entre l’orateur et l’auditoire désireux de clarifier tel point ; mais elles pouvaient avoir simplement pour but d’obliger l’orateur à s’arrêter. 


Le vote

Au Ive siècle, il y avait deux modes de scrutin : l’Assemblée votait à main levée, le Tribunal du Peuple en plaçant des petits disques de bronze dans des urnes.

Le scrutin était dirigé par des proèdres. Ils invitaient d’abord les ‘pour’ à lever la main, puis les ‘contre’. On a peu d’indications sur la façon dont s’effectuait le décompte des voix. L’étude des scrutins montre que l’on entreprend jamais un comptage exact. On fait une rapide estimation des mains levées et décide si la motion est adoptée ou rejetée : naturellement en cas de doute on répétait le vote. 


Levée de séance

Après le vote, l’Assemblée passe au point suivant. Il y avait probablement un minimum de neufs points dans l’ordre du jour. Dès que tous les points avaient été traités, les proèdres pouvaient lever la séance.


Le salaire

Dans La politique, Aristote dit qu’il y avait deux façons d’encourager le peuple à participer aux réunions politiques : punir les absentéistes ou récompenser les présents. La première est plus oligarchisante, l’autre est la façon dont procédaient les démocraties radicales. 

Du temps d’Aristote ; le tarif était d’une drachmes pour une ekklésia simple et d’une et demie pour une ekklésia kyria (à la même époque le salaire journalier était de 1.5 à 2.5 drachmes)


Ques-reste-t-il.jpg

 

Ses pouvoirs

Du Ve au Ive siècle

Après les deux révolutions oligarchiques de 411 et 404, les athéniens restaurèrent la démocratie en 403/2 ; mais ils ne voulaient pas revenir à la démocratie péricléenne. On imputait une large part de responsabilité dans la défaite totale subie lors de la Guerre du Péloponnèse aux ‘démagogues’ qui, par leur mauvais usage de la constitution démocratique, avait conduit le peuple à adopter une politique erronée.

D’un côté ils repoussèrent la proposition de Phomisios visant à réserver les droits civiques aux propriétaires terriens ; de l’autre ils limitèrent les pouvoir de l’Assemblée du peuple. 

De plus en plus l’Assemblée fut confinée à ce qu’on appelle aujourd’hui la sphère de l’exécutif : la politique étrangère était encore l’affaire du peuple, mais en politique intérieure l’Assemblée ne fut plus qu’un corps administratif, votant principalement des mesures précises pour des situations particulières.

Ces limitations peuvent tenir en 7 points :

Le pouvoir de voter des lois était transféré aux nomothètes

Les décrets de l’Assemblée devaient être compatibles avec les lois en vigueur

L’Assemblée avait beaucoup moins d’influence sur les finances de l’Etat

Vers 355, l’Assemblée perdit les derniers vestiges de sa compétence dans les procès politiques

Ne pouvait être présenté devant l’Assemblée que des questions préalablement examinées au Conseil

Il pouvait être fait appel de tout décret de l’Assemblée devant le Tribunal du Peuple

L’élection de chaque magistrat était soumise à l’approbation du Tribunal


Décrets, sentences judiciaires et élections

Pour la période 403-322 : le peuple se réunissait 30 à 40 fois l’an et adoptait 9 ou 10 décrets par séance. Pendant les 82 années. de la ‘démocratie nouvelle’, il y eut donc quelques 3000 séances, au cours desquelles furent adoptées quelques 30.000 décrets. 

Tant les sources épigraphiques que littéraires nous montrent que politique étrangère constituait le champ d’action principal de l’Assemblée.

Le groupe de plus loin le plus nombreux parmi les décrets qui nous restent est celui des décrets honorifiques et des attributions de citoyenneté.

Les décrets concernant les cultes et les fêtes religieuses forment numériquement le troisième groupe le plus important. Ils traitent essentiellement des détails pratiques.

Aucune décret ne concerne les mines argentifères, les douanes, le commerce extérieur, ni le commerce sur les marchés ; rien concernant l’artisanat, l’agriculture ou l’urbanisme, rien sur l’éducation et les écoles.


Elections :

L’immense majorité des magistrats étaient tirés au sort, mais quelques-uns parmi les plus importants étaient élus. Ces derniers étaient élus lors d’une séance spéciale de l’Assemblée, tenue au printemps.

 

Poterie---Egine.jpg

 

Musee-archeologique-athenes.jpg

Published by Axel Evigiran - dans Histoire
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:43

On dit souvent que la démocratie est multiples ; et en effet, elle prend et a pris, selon les lieux et les époques différentes formes. Démocratie, mot valise, associé dans l’esprit de la plupart des contemporains à un régime politique enviable. A un progrès dans le gouvernement des peuples ; une manière assez habile de donner le fouet à la masse afin de lui permettre de s’auto-policer.  

Aujourd’hui, il semble bien que son plus petit dénominateur commun se love dans la fameuse boutade de Churchill que l’on sait : « …le pire des régimes à l’exception de tous les autres ».  

De la démocratie on peut d’ailleurs faire la généalogie, en diagnostiquer les pathologies (Cynthia Fleury) ou en analyser les mouvements, les soubresauts. Craindre encore, avec Tocqueville la « tyrannie de la majorité » ou rêver, avec Rousseau, d’une démocratie directe. Car cette souveraineté des peuples tant vantée, n’est-elle pas un simple voile jeté sur un système politique mis au service d’un petit aréopage de boutiquiers mondialisés, servis par une caste de professionnels de la rhétorique creuse ? Et plutôt que de parler, dans nos systèmes représentatifs, de démocratie, ne pourrions-nous pas légitimement user de l’affreux vocable de ploutocratie ? Pourquoi non, en effet, lorsque derrière le concept de démocratie représentative il n’est pas a priori stupide de soupçonner une manœuvre pour chercher à écarter le peuple de l’exercice véritable du pouvoir.  

Ainsi, pour Karl Popper (la Leçon de ce siècle) « La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité. ». Que l’on partage ou non ce constat, rien n’empêche de réfléchir sur les moyens d’améliorer un régime politique qui, depuis les époques reculées de la Grèce ancienne, a tout de même fait ses preuves. On peut aussi, plus radicalement, vouloir en casser d’un coup tous les rouages. On sait ou cela mène. 

Et puisque en ce genre de matière il n’est pas de bonnes réflexions sans bonnes connaissances historiques, on peut penser qu’en liminaire un retour aux sources, et une analyse de ce que fut la démocratie à Athènes, pourrait être un bon point de départ.

La somme de Mogens H.Hansen, « La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène » (1991), historien danois ayant consacré 25 années de recherches à la démocratie athénienne est de ce point de vue un outil inestimable. C’est le sens de la mise en ligne ici de mes notes de lectures – je me suis néanmoins limité à la première partie de l’ouvrage (mise en ligne en deux billets). Non pas que le reste ne fût-ce pas passionnant ; mais, d’une part, j’ai jugé la tâche considérable au vu du modeste de mon objet. Par ailleurs, je préfère renvoyer directement à l’ouvrage de H.Hansen les lecteurs intéressés par une lecture plus consistante ; ceci valant comme invite à se procurer cette étude dont, je le précise, il n’est pas inutile d’en conserver un exemplaire toujours à portée de main.


Acropole.jpg

Afin de mieux fixer les esprits je propose en introduction un petit récapitulatif avec les dates essentielles et principaux protagonistes dont il sera question dans le livre de Mogens H. Hansen.

Periodes historiques
.
683 : Archonte de Créon : système des Eupatrides ( les « biens nés »)
621 : Premier code des lois (perte du monopole de la connaissance des lois par les Eupatrides)
594 : Pleins pouvoirs donnés à Solon ; rédaction d’un nouveau code des lois. Passage d’un gouvernement d’aristocrates à un gouvernement des riches.
561 – 527 : Pisistrate devient tyran (coup de force) 
527 – 510 : Hippias, fils de Pisistrate prend la suite
510 : Prise d’Athènes par les spartiates
510 – 507 : Isagoras vs Clisthène (2 aristocrates) ; Clisthène s’attache le peuple pour gagner
508 – 507 : Instauration d’une démocratie directe (par Clisthène) 
490 : Athènes défait les Perses à Marathon
462 : Ephialte et ses féaux (dont Périclès) parviennent à réduire l’aréopage à l’unique fonction de cour criminelle (Clisthène n’avait pas revu les prérogatives de cet ilot aristocratique).  
442 : Périclès est élu stratège
431 – 404 : guerre du Péloponnèse (Athènes vs Spartes)
415 : Alcibiade persuade les athéniens d’envoyer une grande armada contre Syracuse (mais condamné il fuit à Spartes).
415 – 413 : L’expédition de Sicile s’achève par une catastrophe : émergence d’une opposition oligarchique
411 : L’assemblée vote l’abolition de la démocratie (séance illégale : le gouvernement est remis entre les mains des 400)
410 : rétablissement de la démocratie
404 : Athènes capitule devant Spartes
404 : Les oligarques obligent le peuple à voter à décret désignant pour gouverneur 1 commission des trente qui devirent les trente tyrans sous la conduite de Critias (grand oncle de platon)
403 : les troupes des oligarques sont défaites par les démocrates et Critias est tué lors d’une bataille rangée. Rétablissement de la démocratie. 


Personnages
.
Solon : 640 – 558
Pisistrate : 600 – 527
Clisthène : 
Périclès : 495 – 429
Démosthène : 384 – 322
Hérodote : 484 – 420 
Eschyle : 526 – 456
Sophocle : 495 - 406
Euripide : 480 – 406
Aristophane : 450 - 385
Socrate : 470 - 399
Platon : 424 - 347
Aristote : 384 – 322
.
Solon.jpg
.

Liminaire de Mogens H.Hansen
.
Voici en introduction un extrait tiré des toutes premières pages de l’ouvrage de l’historien danois. Ces réflexions trouvent un écho particulier chez ceux qui actuellement réfléchissent sur l’idée – vue souvent comme farfelue par beaucoup - d’une réintroduction possible d’un système de tirage au sort dans nos démocraties modernes (Cf. E.Chouard)  
« Ceux qui se concentrent sur les institution opposent parfois la « démocratie d’assemblée » à la « démocratie parlementaire ». (…) Les même analyses conceptuelles affichent toujours une perspective historique : assurer que la démocratie directe n’existe plus, du moins dans les Etats souverains, qu’on oppose à des unités plus petites ; et cette indiscutable vérité tend à être suivie de l’affirmation qu’elle telle démocratie ne peut plus exister à cause de la taille des sociétés modernes ; ce qui revient en fait à ignorer que la technique moderne a rendu possible un retour à la démocratie directe.».

Quelques éléments de réflexion 

Les vestiges 
Archéologiques, épigraphiques, sources littéraires (ex discours Démosthène) 

Les exposés sur la démocratie
Ex : Aristote et Plutarque qui ont laissé des « exposés », pas des témoignages. 

Sur la rhétorique 
Le pouvoir politique était fondé sur l’éloquence, et la demande dont l’éloquence l’objet l’amena à devenir un genre littéraire en prose entièrement neuf : la rhétorique. La rhétorique est née au milieu du Ve siècle à Syracuse et à Athènes. (…) Bientôt les dirigeants politiques prirent quasi tous des leçons d’éloquence, souvent auprès de « sophistes » itinérants.
 
Le théâtre
Le théâtre européen remonte aux Dionysies d’Athènes, à l’occasion desquelles étaient représentées chaque année des tragédies et des comédies. 

Les ouvrages d’histoire
En tant que genre littéraire en prose, l’historiographie est née une génération plus tôt que la rhétorique, dans la première moitié du Ve siècle ; mais on n’a pas tort  d’appeler Hérodote « le père de l’histoire ». 

Socrate, Platon et Aristote
Ils ont pris plaisir particulier à cracher dans la soupe : ils vivaient à Athènes, mais glorifiaientPlaton Spartes. (…) Ils préféraient « l’aristocratie des ancêtres » spartiates à la démocratie athénienne. (…) Mais face aux philosophes, il y avait d’autres auteurs, qui avaient une attitude toute différente. Dans les tragédies d’Eschyle et d’Euripide, les idéaux de la démocratie sont loués par les rois mythiques d’Athènes ; les historiens apportent une défense de poids à la démocratie ; Hérodote la défend de tout son cœur dans les Débats sur la constitution ; Thucydide est plus tiède, (…)mais il n’en a pas moins introduit dans son œuvre des discours où les démocrates peuvent tenir leur partie. (…)
Il faut se souvenir que les partisans de la démocratie s’adressaient à un tout autre public que ses détracteurs : Platon, Aristote et Isocrate écrivaient pour un petit groupe de disciples ou d’intellectuels, tandis que les dramaturges ou les orateurs s’adressaient en principe au peuple tout entier. (…)
Dans un discours de 355, Démosthène remarque avec raison que la différence la plus importante entre les systèmes politiques de Sparte et d’Athènes est qu’à Athènes il est permis de louer celui de Sparte et de dénigrer le sien propre, tandis qu’à Sparte nul ne peut louer aucun autre système que celui de Sparte.
(Socrate, il est vrai, fut condamné et exécuté en 399, entre autres pour avoir exprimé ses critiques antidémocratiques dans les cercles aristocratiques qu’il fréquentait et dont les membres se compromirent en 411 et en 404 dans le renversement de la démocratie). 

La Constitution d’Athènes jusqu’en 403 av JC
Athenes_au_Ve_siecle_avant_J-C.jpg
Epoque archaïque
La démocratie fut introduite à Athènes par Clisthène en 507 av JC. 
Revenons 100 ans en arrière : Athènes était gouvernée par des magistrats choisis par et parmi les Eupatrides (les « bien nés ») ; c’est-à-dire les grandes familles. Les magistrats les plus puissants étaient les neuf archontes, dont le chef donnait son nom à l’année. Ce système remontait  à l’archontat d’un certain Créon, en 683. 
Les Eupatrides étaient, économiquement aussi, la classe dominante (…) et recevaient les contributions annuelles d’un nombre important et croissant de petits fermiers (s’ils manquaient à cette obligations ils pouvaient être vendus comme esclaves). (…) Les petits fermiers paupérisés finirent par se soulever en réclamant l’abolition de la servitude pour dette. 

Cylon, Dracon, Solon
En 636 ou 632, un athénien nommé Cylon tenta de s’imposer comme tyrannos de la cité. Quelques années plus tard, en 621, Athènes reçut son premier code de lois écrit, avec pour effet que les Eupatrides n’eurent plus le monopole de la connaissance des lois. 
En 594 les riches et pauvres se mirent d’accord : ils donnèrent à Solon les pleins pouvoirs pour imposer un compromis. Solon était lui-même u Eupatride. Il commença par une amnistie générale, puis abolit l’esclavage pour dettes et libéra ceux qui en avaient été victimes. 
Outre ses réformes économiques, Solon réforma aussi l’administration de la justice.
A l’époque de Solon, les Athéniens étaient déjà divisés en trois classes censitaires : les hippeis (les cavaliers), les zeugites (propriétaires d’une paire de bœufs) et les thètes (littéralement les ‘gagés’, les journaliers). Mais la quatrième, la plus haute, les pentacosiomédimnes (les gens capables de produire 500 ‘mesures’ en nature) peut avoir été ajoutée par Solon. Les électeurs ne pouvaient choisir que des citoyens de la classe supérieure. L’élection dépendait donc désormais de la fortune, non plus de la naissance. Et Solon créa par ce moyen les conditions d’un changement dans la société athénienne : le passage d’un gouvernement des aristocrates à celui des riches. 
Toutefois, le plus important de l’œuvre constitutionnelle de Solon, si l’on en croit la tradition, fut d’avoir crée le Conseil des Quatre Cents (à savoir cent représentants pour chaque tribu). 
Solon mena à bien la rédaction d’un nouveau code de lois : elles ne furent pas révisées avant la période de 410-399. 
Les réformes de Solon connurent le sort habituel des compromis douloureux : aucune des parties ne fut satisfaite (...) Le corps civique fut bientôt déchiré entre trois factions rivales : les ‘Gens de la plaine’, menés par Lycurgue ; les Gens d’au-delà de la montagne’, menés par Pisistrate ; et les ‘Gens de la côte’, menés par l’Alcméonide Mégaclès. Tous ces dirigeants étaient bien entendu des aristocrates. 

Pisistrate et Hippias
En 561, Pisistrate devint tyran à la suite d’un coup de force. Formellement, il ne porta pas atteinte à la constitution de Solon : il s’assura simplement que les archontes fussent de ses partisans et conserva toujours auprès de lui une garde personnelle de mercenaires. Il fut tyran (si l’on excepte deux périodes d’exil) de 561 à 527.
A Pisistrate succéda son fils Hippias (527-510). EN 510 Athènes fut prise, Hippias et ses proches assiégés sur l’Acropole : il capitula bientôt sur la promesse qu’il pourrait s’en aller librement, et partit en exil à Sigée avec sa famille.

Isagoras
Clisthène, désespérant de l’emporter avec le seul appui de l’aristocratie, « attacha le peuple à son parti ». Avec le soutien du démos, il l’emporta sur Isagoras. 

Clisthène
Clisthène institua un nouvel organe dans l’Etat, le Conseil des Cinq Cents, fondé sur une nouvelle division de l’Attique en dix tribus, trente circonscriptions et 139 dèmes. 
Clisthène veilla à ce que nombre de non-Athéniens, et même d’esclaves libérés, fussent inscrits dans les nouveaux dèmes ; devenant ainsi des citoyens d’Athènes, ils seraient un ferme soutien pour le nouveau régime. En 501 fut crée le collège des généraux, élu chaque année par le peuple et composé de dix membres : ils commandaient l’armée et furent tout au long du Ve siècle le plus important des corps de magistrats. 

Ostracisme
Ostraka.jpegEt puis il y eut l’ostracisme (...) : procédure par laquelle un personnage une vue pouvait être banni pour dix ans. On l’appela ostrkismos parce que le vote était exprimé sur des ostraka, des tessons de poterie. Les tessons étaient comptés : s’il y en avait au moins 6000, ils étaient triés par nom ; celui dont le nom revenait le plus souvent devait sans recours ni exception partir dans les dix jours pour dix ans de bannissement. 
On a raison d’attribuer à Clisthène la loi d’ostracisme, mais les Athéniens ne l’utilisèrent réellement que vingt ans après, pour bannir Hipparchos, un parent du dernier tyran, en 487.
Le bannissement par ostracisme fut utilisé une quinzaine de fois pendant le Ve siècle. La procédure ne fut jamais abolie, mais resta lettre morte au IVe siècle. 

Ephialte
En défaisant les Perses et en ostracisant les partisans de la tyrannie, en créant la Ligue de Délos en 478 et en consolidant la suprématie de leur flotte dans la mer Egée, les Athéniens établirent les conditions pour un nouveau progrès de la démocratie. La transformation d’Athènes, d’une puissance terrestre en une puissance maritime, rééquilibra les pouvoirs à l’intérieur de la cité dans la mesure où les forces terrestres (les hoplites) étaient recrutées parmi la classe moyenne, tandis que les pauvres (les thètes) fournissaient les équipages de la flotte
L’aréopage de l’époque archaïque avait supervisé les lois, la conduite des Athéniens en général. Mais un groupe de démocrates, menés par Ephialte et ses féaux, le jeune Périclès et Archestatros, mirent toute leur ardeur à noyer tous ensemble ces îlots de pouvoir aristocratique au beau milieu d’un Etat démocratique et, en 462, ils parvinrent à réduire l’Aréopage à l’unique fonction de cour criminelle dans le cas du meurtre d’un citoyen athénien. 

Périclèspericles.jpg
Ephialte fut cependant assassiné et Périclès lui succéda comme « chef du peuple ». Thucydide (fils de Mélésias), mena un temps l’opposition, jusqu’à ce qu’il soit ostracisé en 443. Année après année, Périclès était élu stratège. Thucydide (l’historien) en fut amené à forger le fameux apophtegme selon lequel en ces années-là à Athènes « sous le nom de la démocratie, c’était en fait le premier citoyen qui gouvernait ». 
Périclès introduisit le salaire journalier, d’abord pour les jurés siégeant au Tribunal du Peuple, puis pour les membres du Conseil et les autres magistrats.
Périclès fit adopter une loi qui réservait désormais la citoyenneté à ceux dont les deux parents étaient athéniens ; avec la réforme péricléenne, le fossé entre citoyens et non-citoyens s’approfondit et le corps des citoyens devint un groupe fermé, peu susceptible de croissance. 

Les successeurs de Périclès
L’essor de l’empire athénien et la peur qu’il inspirait aux autres Etats conduisit la Guerre du Péloponnèse. Sparte était la puissance terrestre, représentante et soutien de l’oligarchie ; Athènes, la puissance maritime, soutien de la démocratie. La guerre dura 27 ans, de 431 à 404.
Les nouveaux dirigeants avaient soif de pouvoir, et cela nuisit à la conduite de cette guerre : les philosophes les nommèrent dédaigneusement « démagogues ». Mais les derniers dirigeants du modèle traditionnel, Nicias et Alcibiade, en étaient également assoiffés. En 415, Alcibiade persuada les Athéniens d’envoyer une grande Armada contre Syracuse, sous sa propre direction ; mais au moment ou la flotte devait appareiller, il fut dénoncé, accusé d’avoir parodié et profané les Mystères d’Eleusis au cours d’orgies nocturnes (...) Il est à remarquer qu’un grand nombre d’entre eux appartenaient au cercle de Socrate. 

Les révolutions oligarchiques
L’expédition de Sicile (415-413) s’acheva de façon catastrophique et entraina l’émergence d’une opposition oligarchique. (...) Cette opposition était menée par Pisandre et par Théramène et l’orateur Antiphon pour éminence grise. Leur programme : revenir à la constitution de Solon ; leur méthode : la terreur. Des contacts furent pris avec Alcibiade, désormais exilé en territoire Perse : il promit d’obtenir l’alliance de la Perse si Athène répudiait la démocratie et rapportait sa condamnation à mort. Cela déboucha (...) à une séance illégale (où) l’Assemblée vota l’abolition de la démocratie (et la remise du) gouvernement entre les mains d’un Conseil des 400 choisi par les oligarques. 
Le régime des 400 ne dura que 4 mois : Alcibiade fut incapable d’apporter l’alliance promise et la flotte resta fidèle à la démocratie. (...)
Pisandre s’enfuit à Sparte et Antiphon fut condamné et exécuté. (...) Les athéniens rétablirent la démocratie au printemps 410 et entreprirent la révision des lois de Dracon et de Solon. 
(...)
Les athéniens subirent de la part des spartiates un siège de 4 mois et capitulèrent au printemps 404.(...)
Les conséquences constitutionnelles furent alors énoncées : la démocratie a fait faillite, disait-on. Les oligarques se mirent de nouveau en avant, cette fois ci sous la direction de Théramène et de Critias, le grand-oncle maternel de Platon. Ils bénéficiaient de l’aide des spartiates : ils obligèrent le peuple  à voter un décret désignant pour gouverner Athènes une commission des Trente. (...mais ces derniers) se transformèrent bientôt en junte militaire et méritèrent rapidement le nom qui ne les a jamais plus quittés de « Trente tyrans ». Critias menait l’aile dure de ces oligarques, et lorsque Théramène protesta contre la dureté de leurs exactions, il fut exécuté sur-le-champ. (...)
Bien entendu, beaucoup de démocrates sincères avaient fui ; ce sont eux qui rassemblèrent et organisèrent la résistance. Les troupes des oligarques furent défaites et Critias tué lors d’une bataille rangée près des ruines des Longs Murs. (...)
A l’automne 403, les démocrates revinrent triomphalement à Athènes et une amnistie fut proclamée ; deux ans plus tard ce qui restait des dirigeants oligarques fut exécuté. La démocratie fut rétablie, et même déifiée : au IVe siècle, on faisait des offrandes à la déesse Demokratia. 
.
Rameurs-d-une-triere--relief-Lenormant--v.-410-400-av.-J.jpg
Athènes, cité-état et démocratie

La polis
La Grèce classique était divisée en quelques 750 poleis, ou « cité-états ». A ces 750, il faut en ajouter au moins 300 autres, communautés d’immigrés fondés par les Grecs à l’extérieur de la Grèce proprement dite. (...) Tout le long des côtes de la méditerranée et de la Mer Noire étaient disposées des cités-états grecques, « comme des grenouilles autour d’une mare », pour reprendre l’expression si vivante de Platon. (...)
Athènes était la plus peuplée de toute la Grèce. (...) Il y avait environ 60.000 citoyens mâles au Ve siècle, quand Périclès dirigeait Athènes et a peu près 30.000 quand Démosthène la dirigea contre Philippe de Macédoine cent ans plus tard. (...)
Mais qu’était-ce une polis ? Son sens fondamental est celui d’une « citadelle » ; polis en vint à signifier une « cité ».

L’Etat
Un Etat est un gouvernement pourvu du droit exclusif de faire respecter un ordre légal donné à l’intérieur d’un territoire donné sur une population donnée.

La taille
Voici encore une différence entre polis et Etat : démographiquement la polis était une lilliputienne. (...)
Athènes : la communauté politique des citoyens ne pouvait fonctionner que parc que sur les 30.000 de plein droit, il n’y en avait pas plus de 6000, en règle générale, pour se présenter à l’Assemblée et aux Tribunaux du peuple. (....)
Aristote a pleinement raison lorsque, au livre III de sa Politique, il défini la polis comme une « communauté de citoyens participant à un système politique ». 

 Politeia
Le concept de politeia était utilisé pour désigner ce qui liait les citoyens entre eux à l’intérieur d’une société : les institutions politiques de l’Etat et, dans un sens plus précis, la structure des des organes de gouvernement de cet Etat.

Typologie des constitutions

 qui-gouverne.JPG

L’aspect le plus singulier de cette analyse aristotélicienne est cet avatar positif du gouvernement du grand nombre, seulement appelé politeia (…) alors que son maître Platon, distingue entre bonne démocratie et une mauvaise ; plus tard, chez Polybe, la bonne variante est appelée ‘démocratie’ et la mauvaise ‘ochlocratie’, le ‘gouvernement de la tourbe, de la foule’. 

Typologie des démocraties
typologie-democraties.JPGDans les démocraties de type I, la communauté est majoritairement rurale ; occupée à cultiver la terre, elle a peu de temps pour tenir les assemblées.
Aristote traite toujours la démocratie comme la mauvaise forme du ‘gouvernement du grand nombre’. (…) Aussi pour lui, la démocratie est-elle en réalité le gouvernement des pauvres plutôt que celui du grand nombre. 
.
la_capitale_de_la_grece_1029x540.jpg
Le terme démocratie
La constitution d’Athènes fut celle d’une démokratia depuis les réformes de Clisthène en 507 jusqu’à la défaite dans la guerre lamiaque en 322 (…)
Il est exact que le mot démokratia n’apparaît pas dans nos sources avant la seconde moitié du Ve siècle. (…) Quoi qu’il en soit, il n’y aucun doute que les athéniens, tant dans les circonstances officielles que dans la conversation courante, appelaient leur constitution démokratia. 

La démocratie comme système politique
Aujourd’hui le concept de ‘politique’ tend à faire principalement référence au processus de décision politique, et on distingue (au moins en principe) entre l’administratif et le politique. On attend de l’administration dans un régime démocratique qu’elle soit pragmatique et apolitique (même si c’est rarement le cas dans les faits). Les athéniens voyaient les choses autrement. Pour eux, tout ce qui concernait le polis était ‘politique’ : ils étaient parfaitement capables de distinguer entre la préparation, la prise de décision et l’exécution, mais ils faisaient pas de distinction entre le politique et l’administratif.

La démocratie comme idéologie
De nos jours, la démocratie est à la fois un système politique et une idéologie politique. L’un et l’autre sont liés par la conviction que les idéaux démocratiques sont mieux portés par des institutions démocratiques que par toute autre sorte de gouvernement (…)
Eschine : « … les monarques et les chefs d’une oligarchie trouvent leur salut dans la méfiance et dans les gardes du corps. Les oligarques et ceux qui gouvernent suivant le principe de l’inégalité doivent se garder des hommes capables de renverser l’Etat par la force des armes, mais nous, dont la constitution est fondée sur l’égalité et le droit, nous devons écarter ceux dont les paroles ou la conduite porte atteinte à la loi ». 
Les idéaux démocratiques sont en réalité au nombre de deux : liberté et égalité.

Liberté 
C’était éleuthéria : la liberté politique de participer aux institutions démocratiques ; la liberté privée de vivre comme on l’entendait. (…)
La démocratie athénienne apporta une certaine protection au foyer du citoyen. (…) Mais au-delà de la protection due à la personne, au foyer, aux biens, le plus précieux des droits individuels est la liberté de parole.

Remarque de Démosthène : la différence fondamentale entre l’oligarchie spartiate et la démocratie athénienne, c’est qu’à Athènes on est libre de louer la constitution de Spartes, et son mode de vie, si on en a l’envie , alors qu’à Sparte il est interdit de louer aucune autre constitution que celle de Sparte.

Mais avoir des lois et des règlements pour protéger les citoyens ne suffit pas : il doit y avoir aussi des moyens de les renforcer quand c’est la cité démocratique elle-même, ou ses représentants, qui leur porte atteinte. Aussi les athéniens prévirent-ils des procédures, publique et privée, contre les magistrats. Par exemple, à la fin du mandat, chaque citoyen pouvait entamer une procédure à titre privée contre un magistrat qui avait outrepassé ses droits.

Egalité
Pour parler d’égalité, les athéniens avaient plusieurs termes, tous composés avec le préfixe iso - : isonomia (égalité des doits politiques), isègorai (égal droit de parole dans les assemblées politiques), isogonia (égalité par la naissance) et isokratia (égalité de pouvoir)
[Les historiens sont d’accord pour faire de l’égalité à Athènes un concept purement politique qui ne s’est jamais étendu aux domaines social et économique (…) Jamais l’égalité de nature n’a été partie intégrante de l’idéologie démocratique athénienne.
.
Acropole-Gravar-copie-pm.jpg
Published by Axel Evigiran - dans Histoire
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 19:29

Muse-Isolated-System-e1349175473113.png

 

Ce n’est pas une formation que j’affectionne particulièrement, mais le diptyque composé des deux derniers titres de l’album de Muse, sorti en 2012 « The 2nd Law » m’ont touchés ; en particulier « Isolated System », très émouvant à sa manière - la vidéo n’y est sans doute pas pour rien.

 

  • The 2nd Law: Unsustainable
  • The 2nd Law: Isolated System

 

 

Le thème de ces douzième et treizième morceaux de cet album sont clairement d’orientation écologique. Mais au-delà du message, somme toute trivial, se révèle le tragique de l’existence. 

Lorsque le réel se mêle aux pixels, et les mondes virtuels à nos rêves, il suffit d’une touche    : Erase ! 


 Et aussi vite que l’on puisse courir, il n’y a nulle échappatoire : 

... la fin est écrite d’avance.

Et tous les vouloirs vivres réduits d’un coup à l’impuissance :

... le néant.

 

ISOLATED SYSTEM

« All natural and technological processes proceed in such a way that the availability of the remaining energy decreases. In all energy exchanges, if no energy enters or leaves an isolated system, the entropy of that system incre,cre,cre,cre,c,c,creases. Energy continuously flows from being concentrated, to becoming dispersed, spread out, wasted and useless. New energy cannot be created and high grade energy is being destroyed. An economy based on endless growth is... »

(Pour les non anglophones, voir la traduction proposée en ligne)

 

Unsustainable

 

« The fundamental laws of thermodynamics will place fixed limits on technological innovation and human advancement. In an isolated system the entropy can only increase. A species set on endless growth is... »

 

Published by Axel Evigiran - dans Ecologie politique
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 11:35

Moby-dick---Couv.jpg

 

J’ai longtemps pensé que Moby Dick était un roman pour adolescent ; un peu à la façon du Vieil homme et la mer d’Hemingway, qu’on lit ou qu’on fait lire aux élèves de collège pour les édifier, leur montrer un exemple de courage et d’abnégation - certes objectivement inutile ;  mais reste l’honneur...

 

A la vérité le chef d’œuvre d’Herman Melville, publié en 1851, est un livre aussi considérable que d’une construction singulière, alternant narration romanesque et parties techniques, chapitres et paragraphes construits un peu à la manière d’un manuel de chasse à la baleine, ou encore, parfois, d’un traité de biologie sur les cétacés ; livre d’observations et de collectes de données scientifiques que n’aurait sans doute pas renié Darwin. 

Mais j’en oublierai presque le style saisissant de Melville. Car Moby Dick est une œuvre qui ne laisse personne indifférent ; avec une prose posée entre le vide de la mer par un jour sans vent et les affreuses tempêtes où le noir de l’âme s’en va nourrir la folie des hommes ; une ivresse sauvage où les monstres marins viennent hanter les beuveries sur fond d’huile de baleine, de vengeance et de rédemption. Certains, je viens de le découvrir à l’instant, iront chercher le merveilleux de Moby Dick dans une comptabilité aussi vaine que scientifiquement exacte. Ceux là sont les négociants égarés d’un océan de points, ces affréteurs de navire qui restent toujours à quai. Passons.

 

The_voyage_of_the_Pequod.jpg

 

C’est à la vérité par une lecture, il y a de cela quelques années à la radio, que j’ai découvert ce monument de littérature. 

Aussitôt le harpon de la fascination s’est planté dans mon crâne. Une fascination certes ambivalente, dont la flamme changeante n’a cessé de s’alimenter de ses propres noirceurs, de ses propres faillites. Car Moby Dick est l’histoire d’une irrémédiable faillite et qu’importe si l’on renonce à en dessiner le contour ou en exprimer l’aigreur grandiose...

 

harponne.jpgLes mots filent, accrochés à cette corde reliée au corps du monstre qui s’apprête à plonger dans les abimes. Dans la barque, transis et féroces, terrorisés tant qu’implacables, les hommes ont choisi leur destinée ; un destin de tragédie, avec pour horizon le baiser mortel avec l’une des filles de Poséidon, Aéthuse, Rhodé ou Despoéna, qu’importe ! Un sort dont on ne sait s’il est enviable à celui des martyrs consentants des jeux du cirque dans la Rome antique. Mais ces marins, pour les plus chanceux, pourront se consoler à l’idée - vanité à la vérité - qu’eux au moins laisseront pour trace évanescente de leur passage sur cette terre de douleur et de labeur, une plaque dans l’église de Nantucket. Ex voto qui dira : « Capitaine Ezechiel Hardy. Tué à la proue de son embarcation par un cachalot sur les côtes du Japon, le 3 août 1933 » . Alors, dans la barque, tandis que brûle la corde nouée solidement au harpon, frappé par une houle violente, ils en oublient presque leur peur et se concentrent sur leur gestes, sur leurs mots ; sur la technique, le métier :  « hale ! », hurle Monsieur Stubb... « Mouillez la ligne ! »... Puis « Serre !! Serre !! ».  souffleur.jpg

 

Moby dick c’est aussi et surtout ses personnages. 

Le dantesque Achab, bien sûr, effroyable unijambiste au regard halluciné suppurant la vengeance comme d’autre la fourberie ou l’insignifiance - car il est aussi parfois des modèle de ce genre ; ils pullulent même en général. Mais pas dans le roman de Melville. Sans doute que dans des situation extrêmes se love une certaine grandeur, une hauteur aussi bien dans le courage que dans l’abjection.

 

Tout commence à l’auberge du Souffleur, par une nuit de neige et de vent à Nantucket, cette île située au large du Cap Cod, ou plus tard Edward Hopper ira poser ses pinceaux. Le narrateur, Ismaël, fluet et sans le sou se voit contraint de partager le lit avec un cannibale réducteur de têtes, harponneur désormais de son état. Passé la frayeur et une nuit sans sommeil, bientôt Queequeg deviendra son ami de cœur : 

Cabnnibale.jpg« On ne peut dissimuler une âme. Sous ses tatouages diaboliques, il me semblait reconnaitre un cœur pur et dans ses yeux sombres et profonds, un esprit propre à défier mille démons ».

Les motivations d’Ismaël pour s’embarquer sur un baleinier sont cependant flottantes ; une dérive plutôt qu’un cap fermement suivit une décision faute de mieux  : « Je veux savoir ce que pêcher la baleine veux dire, je veux voir le monde.. », dira-t-il à celui qui le recrute. Voir le monde ! L’autre qui ne s’y trompe pas invite alors le jeune homme à s’approcher du bastingage et jeter un œil du côté du vent, et de lui demander ce qu’il voit. « Rien que de l’eau, répond Ismaël, un horizon immense !! ». Alors le vieux capitaine recruteur lâche, mine sévère sans desserrer les dents : « As-tu envie de doubler le cap Horn pour ne plus rien voir de plus que cette ligne d’horizon ?!.. Ne peux-tu voir le monde de là où tu es ?!.. » Bonne question à la vérité. Mais qui n’empêchera pas Ismaël signer le registre. De même fera Queequeg, dont le paraphe se réduit à un petit poisson schématique, une sorte de huit couché tel que le dessinent les enfants. 

Le navire est le Pequod. Et c’est le choix d’Ismaël, et de lui seul.  

 Achab.jpeg

Plus tard, à bord, la nuit une fois couchés, ils entendront le pied de bois sinistre d’Achab marteler le pont. Mais ils ne le verront pas, pas tout de suite car le capitaine se tient tout le jour cloitré en ses quartiers. Et ainsi du jour suivant, et du jour après. Mais les langues se délient et la rumeur commence à peindre le contour de la folie vengeresse de l’unijambiste. 

Sur le bateau il y a aussi l’indien et le nègre comme compagnons du cannibale aux harpons. Et bien d’autres personnages encore, embarqués plus ou moins malgré eux dans cette aventure, qui métamorphosera vite en traque d’une unique baleine ; ce monstre quasi légendaire «  au front d’une blancheur de lait, une bosse et n’étant que rides et pattes-d’oie » qui a emporté jadis la jambe du capitaine : Moby Dick ! 


Jurez.jpg

Il aura suffit d’un toast infernal, la mesure de Grog !! Un pacte scellé par la contrainte mais qui souffle sous les crâne à la manière d’une tempête de délire, une folie furieuse que seul le second, Monsieur Starbuck tente de conjurer : « Des représailles sur un simple animal... Qui ne vous a frappé que par le plus aveugle des instincts ! Folie !! »

.Ce sera vain. Achab lui le sait, le monstre est intelligent, retors, empli « d’une insondable malignité ». Et au capitaine d’ajouter, orbites exorbités : « Je frapperais le soleil s’il m’insultait ! »

 Moby-dick---part-couv.jpg

Mais je ne vais pas ici conter toute l’histoire ; elle ne fait que commencer.

Je ne dirai rien des jaunes, singuliers passagers clandestins souquant ferme à la baleine, ni des gris et des blafards, ni de l’énigmatique sicaire enturbanné qui se tient silencieux aux côté d’Achab. Rien de cette cuisine de l’enfer, et toute cette huile - tant d’huile, si précieuse ! 

Sans compter ces barriques pisseuses, causes de la confrontation directe entre Achab et son second. Ce dernier veut que l’on fasse escale pour les colmater. Mais le capitaine n’a qu’une idée en tête : Moby Dick !... Et ne souffrant aucune insubordination sort son fusil, qu’il pointe sur le ventre de Starbuck. L’autre se replie, non sans un avertissement : « Qu’Achab se méfie d’Achab ! ».

 Achab---Starbuck.jpg

Ismaël s’interroge cependant. Comment est-il possible de traquer une seule bête dans une telle immensité sans limites ? La réponse lui vient d’un vieux matelot, et tombe comme une évidence, lourde de présages : « La migration du cachalot se révèle aussi immuable que celle des bancs de Harengs ou des vols d’hirondelles ! ».

 Planche.jpg

Mais en voila assez dit.

Et ne puis que conseiller, avec toute force dont je suis capable, d’aller lire bien sûr le roman, mais aussi de se procurer absolument la fabuleuse adaptation en bande dessinée de Moby Dick qui vient d’être commise par Christophe Chabouté aux bien nommées éditions des Vents d’Ouest.

Pour ce premier tome, qui s’arrête juste après l’altercation entre Achab et Starbuck, nous est présenté plus de 100 pages, servies par un dessin d’une noirceur qui convient on ne pourrait mieux à telle œuvre ; une incarnation au trait sûr, qui rend les regards hallucinés des uns, apeurés ou blasés des autres avec une force peu commune. 

L’équilibre entre dialogues et silences, aux pages noires et blanches comme avant l’orage, est une invite au voyage ; incitation impérieuse à s’embarquer derrière l’épaule d’Ismaël... 

On y éprouvera ainsi l’attente infinie et la routine de ces jours sans fin sur une mer étal ; l’angoisse sourde aussi à l’approche de l’action, la fulgurance enfin de la traque. La folie des hommes, la force de la bête !

 

On l’aura compris, j’ai aimé cette bande dessinée et attend la suite non sans impatience. 

 

Et ne l’oublions pas :

 

« Prenez le plus distrait des hommes, absorbé dans la plus profonde des rêveries, dressez-le sur ses jambes, incitez-le à poser un pied devant l’autre et il vous conduira infailliblement vers l’eau »

Mirages.jpg

 


Quelques liens :

 

Le gai savoir (France culture) - Moby Dick

Lecture par Goerges Claisse d'un passage de Moby Dick

Moby Dick en livre audio (anglais)

 

 


 

Published by Axel Evigiran - dans BD
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 18:41
Published by Axel Evigiran - dans Sciences
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 09:28

Monatigne-1.jpg

 

Certes, c'est un sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant, que l'homme : Il est malaisé d'y fonder jugement constant et uniforme.

 

Montaigne

Livre I, chapitre I

 


 

Au chapitre des résolutions, puisque chaque fois que sonne le glas le l’an écoulé nous nous sentons mystérieusement portés à croire que nous pouvons tout chambouler en nos existences - des choses aussi essentielles que perdre par exemple quelques kilos ou nous lancer dans la méditation tantrique -, et que cette fois, c’est sûr nous allons y parvenir, je me suis lancé un sérieux défi ! 


Qu’on en juge :


Reprendre là ou je l’avais laissé le savoureux « How to live - A life of Montaigne » de Sarah Bakewell et le finir avant l’été.


C’est que, usant du stratagème des lectures « intéressées » pour parfaire mon anglais boiteux, j’avais commencé l’ouvrage au printemps dernier. Hélas, le dernier pavé des aventures imaginées par le génial George R.R Martin, A dance with dragons a pris naturellement le dessus - et qu’entreprendre lecture d’un tel monument en la langue de Shakespeare est une sente semée d’ornières et d’intrigues à qui n’en maitrise pas parfaitement les arcanes (au moins je connais désormais le vocabulaire médiéval guerrier - et quelques insultes et railleries). 


Pour revenir d’un mot sur le livre de Sarah Bakewell : 

Je dirai que c’est un excellent ouvrage, une biographie bien documentée doublée d’une introduction  agréable à la pensée de Montaigne -  il ne faut donc pas se laisser décontenancer par le titre quelque peu racoleur qui ne me parait pas rendre justice à l’esprit du livre.

(A noter également que l’ouvrage en langue originale est deux fois moins cher que la version française - et je doute que les 10 euros supplémentaires aillent dans la poche du traducteur). 


Sur cette belle résolution, certains se gausseront sans doute de si faméliques ambitions. Mais gardons à l’esprit les parole du maître :  


Nous ne pouvons être tenus au-delà de nos forces et de nos moyens. 


Montaigne 

Livre I chapitre VI

 



Sur ce, meilleurs vœux à tous pour cette nouvelle année. 

Et bonnes résolutions !

 

 Monatigne-2.jpg

Published by Axel Evigiran - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article

_________________________

  • : Le blog d'Axel Evigiran
  • Le blog d'Axel Evigiran
  • : Blog généraliste ou sont évoqués tout aussi bien des sujets sociétaux qu’environnementaux ; s’y mêlent des pérégrinations intempestives, des fiches de lectures, des vidéos glanées ici et là sur la toile : Levi-Strauss, Emanuel Todd, Frédéric Lordon, etc. De la musique et de l’humour aussi. D’hier à aujourd’hui inextricablement lié. Sans oublier quelques albums photos, Images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux ou s’est posé mon objectif…
  • Contact